*
Connect with us

Chronique Tsitsi

Le plus gros game winner encaissé en playoffs dans l’histoire des Raptors : Paul Pierce, le véritable cauchemar de Toronto

L’arrêt de la saison permet d’avoir du recul sur l’exercice en cours mais aussi d’étudier un peu plus le passé et donc l’histoire des différentes franchises. En choisissant Paul Pierce, il était vraiment compliqué de prendre un moment précis car ils sont nombreux, en seulement deux campagnes de playoffs contre Toronto. Ce n’est pas un hasard si durant les années 2010, il est l’homme le plus détesté du pays. Mais voilà, il faut se mouiller et j’ai ainsi choisi le contre sur Kyle Lowry dans le game 7. Même si ce n’est pas un shoot, il compte bien comme un game winner.

Je vois déjà les commentaires : « Et Lebron alors ? ». Toronto est à une époque différente à ce moment précis. Les Raptors sont jeunes et ne veulent qu’une chose : passer un 1er tour. Performance qui n’a pas été faite dans la franchise depuis les Raptors de Vince Carter en 2001. Contre Lebron James, l’espoir était bien présent mais après tout, c’est Lebron, comment battre le meilleur joueur du monde ? Il dégage ce sentiment de puissance, d’invincibilité. La déception est grande mais pas autant immense que de se faire poignarder par « The Truth« . Ce n’était pas une honte. Néanmoins, perdre contre Washington ou Brooklyn, est un sentiment à la limite du dégoût. 

Avant parler du contre de Paul Pierce, évoquons tout de même les trois autres actions qui auraient pu se trouver à la 1ère position. 1er match à Toronto en 2014, Pierce sera indécent avec un money-time connu de tous (10 de ses 15 points dans le dernier quart-temps) et surtout la phrase qui fait taire l’Air Canada Centre : « That’s why they brought me here ». Autre souvenir fort, cette fois avec la tunique des Wizards un an plus tard. Dans son fameux coin à 45 degrés, il plante un 3 points après un pump fake et il ira faire l’ignare devant son public. Autre souvenir qui aurait pu être cité, c’est quand Richard Jefferson plante le shoot de la gagne en 2007 sur un spin move, pour éliminer les Raptors en 6  matchs. Mais toutes ces actions ne sont rien contre le fameux contre de Paulo sur Kyle Lowry dans un game 7 à l’extérieur.

Cette série et ce match auront quand même secoué des têtes. Jonas Valanciunas a avoué qu’il avait eu peur de ce match 7 de par sa non-expérience. Kyle Lowry quant à lui, a déclaré que ça l’avait travaillé des mois et des mois. Retour sur les faits : 4 mai 2014. +1 pour les Nets, il reste exactement 6 secondes à jouer. Lowry est défendu par Deron Williams, Patterson vient faire écran, Kyle Lowry ne lâche pas le ballon malgré que Kevin Garnett soit ressorti sur lui. Entouré de 3 jours, il se fraye un chemin mais Paul Pierce l’attend. « The Truth » le contre violemment, game over. Toronto est éliminé pour la 4ème fois de suite au 1er tour depuis ce fameux 2ème tour contre les Sixers en 2001 : 

« Je suis juste arrivé au bon endroit, au bon moment. Je l’ai vu passer entre les défenseurs, je l’ai vu monter, je suis monté avec lui. J’ai mis ma main sur le ballon, game over. Je n’ai pas fait un très bon match en attaque. J’avais des problèmes de fautes toute la nuit. Parfois, tu dois trouver des façons ton équipe à aider. » Paul Pierce via ESPN

Si Lebron James représente le respect ou la puissance pour les fans de Toronto, Paul Pierce inspire la haine. On est certains que les plus vieux fans n’ont toujours pas oublié ces moments, qui ont permis à leurs joueurs de grandir.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Chronique Tsitsi