Connect with us

Chronique Tsitsi

Cinq de départ All-Time des Nets : Jason Kidd peut envoyer des alley-oops aux 4 coins du terrain

L’arrêt de la saison permet d’avoir du recul sur l’exercice en cours mais aussi d’étudier un peu plus le passé et donc l’histoire des différentes franchises. Ainsi, j’ai décidé de vous proposer le 5 de départ All-Time des Nets, après celui des Raptors et des Celtics.

Jason Kidd : dans l’histoire de la NBA, peu de meneurs peuvent se targuer d’avoir une valeur telle que J-Kidd. Monsieur triple-double est le joueur qui a réussi à mener son équipe en finale, avec l’ un des rosters les plus faibles de l’histoire, lors de la saison 2002. 6x All-Star avec New Jersey, il collectionne aussi les All-NBA teams. Le regret pour les fans des Nets ? Avoir échoué deux fois de suite en finale. Lassé de porter l’équipe avec comme seuls bons joueurs Carter et Jefferson, il demandera son transfert en 2008. Seul épisode négatif, son attitude pour obtenir la tête de Byron Scott et il aura bien réussi à le faire virer…

Vince Carter : « Grâce » à New Jersey, Vinsanity a su redevenir Vinsanity. Sa première saison est monstrueuse avec presque 30 points par match. Il en va de même en playoffs, il dépasse cette fameuse barre durant quelques séries. Tournant constamment à plus de 20 points de moyenne, il n’a malheureusement jamais pu mener les siens, au-delà de la demi-finale de conférence. Il partira en 2009 et même s’il sera éternellement reconnu comme légende des Raptors, VC restera l’un des meilleurs joueurs de la NBA chez les Nets.

Julius Erving : il était impossible de zapper « Docteur J », même s’il a été un joueur phare des Nets en ABA dans un premier temps. C’est un moment spécial pour la ligue, puisque lors du All-Star Game entre les deux ligues, le joueur se fait remarquer. Par la suite, les deux ligues fusionneront. C’est le début de la popularité de la star des Nets, qui aura joué 3 saisons dans l’état de New-York, toutes à plus de 24 points par match. Son côté showman dans les airs, alors jamais vu dans la ligue, fera grand bruit et la NBA deviendra une ligue vraiment fun grâce à lui.

Derrick Coleman : Le choix était compliqué entre K-Mart et Derrick Coleman. Cependant, Coleman a été monstrueux offensivement, quand un Kenyon Martin n’était que « solide ». Rookie de la saison et All-Star dans les années 90, il finira par partir pour Philadelphie. Il réalisera 3 saisons de suite à au moins 20 points de moyenne. Un gars capable de réaliser un 20/10 quasiment tous les soirs et ce, dès sa première année dans la ligue.

Buck Williams : le choix était compliqué et Brook Lopez était un choix respectable. J’ai décidé de la jouer small-ball. Buck n’a beau que faire 2.03 mètres, il est l’un des meilleurs rebondeurs de toute l’histoire de la NBA. « Buck » sera 3 fois All-Star avec les Nets et chopera le titre de rookie de l’année. Il a été dépassé par Brook Lopez pour le titre de meilleur scoreur de la franchise, mais il reste le meilleur rebondeur de leur histoire, et un des meilleurs poste 4 de son époque.

Un classement qui peut faire grincer, avec les absences de Joe Johnson, Drazen Petrovic ou Brook Lopez mais dans un cinq de départ, il faut savoir faire des choix.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Chronique Tsitsi