*
Connect with us

Chronique Tsitsi

Le plus grand rival de l’histoire des Raptors : les Nets du traître Vince Carter et de l’arrogant Paul Pierce ou les Cavs de Lebronto ?

L’arrêt de la saison permet d’avoir du recul sur l’exercice en cours mais aussi d’étudier un peu plus le passé et donc l’histoire des différentes franchises. C’est déjà bientôt la fin du chapitre « Raptors All-Time ». Après avoir évoqué le plus grand rival, je terminerai tout naturellement par la meilleure équipe de l’histoire des Raptors. Voici donc l’avant dernier épisode.

Les Raptors sont jeunes mais ont déjà eu beaucoup de rivaux. Le premier sera véritablement les New Jersey Nets. Vince Carter fait la diva, il veut partir et sera envoyé chez Jason Kidd et ses potes. Le premier retour fait très mal et pour la première fois, la NBA connaît un véritable déchaînement de haine due à une trahison. La rivalité fait d’autant plus mal, lorsque Vince Carter revient en 2006, pratiquement au niveau de 2001, en plantant le buzzer beater avec 42 points à la clé. L’année qui suit est encore meilleure niveau entertainement. Les deux équipes s’affrontent en playoffs, le Air Canada Centre est en feu dès que Carter effleure le cuir mais là encore, Vince repart vainqueur (en 6 matchs). Un an plus tard, il fait le combo qui tue : shoot de l’égalisation à 11 mètres, et alley-oop pour la gagne… Paul Pierce perpétue la tradition quelques années plus tard, en les décapitant au game 1 avec un money-time de feu, et surtout un contre durant le game 7, sur le pauvre Kyle Lowy.

Cependant, le choix du rival absolu ira vers Lebron James et ses Cavs. Une rivalité est censée aller dans les deux sens, tout le monde devrait être d’accord sur le sujet. Néanmoins, les fans de Toronto voulaient se les faire et les deux équipes vont se rencontrer trois fois de suite. Pour Cleveland, cela a souvent été une formalité, il n’empêche que les Raptors étaient des concurrents. Premier affrontement en 2016. Après avoir gagné 2 matchs, Cleveland se fait rattraper et Toronto montre tout son cœur, pour finalement perdre en 6 matchs. En 2017, c’est l’heure de la revanche. Enfin pas vraiment, Lebron James est ultra énervé et il les balaye avec un sweep d’anthologie. Puis arrive la dernière confrontation. Les Raptors se disent que la malédiction doit se terminer mais l’expression jamais 2 sans 3 prend encore plus son sens. Les dinos sont censés avoir l’avantage psychologique, ils sont premiers à l’est, DeRozan s’est acheté un shoot à 3 points, une toute nouvelle philosophie de jeu, la confiance est au top. Ce sera la pire raclée que les Raptors se prendront par les Cavs. Kevin Love se réveille, pourtant nullissime au 1er tour. Pire encore, Lebron James plante le buzzer au 3ème match. Cerise sur le gâteau, DeMar DeRozan se fait expulser, frustré, et il ne le sait pas encore, ce match propulsera notre ami à San Antonio…

Pour être le rival numéro 1, il n’y avait pas photo et Lebron James était tellement dominant contre eux, que Toronto sera surnommé « Lebronto ». 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Chronique Tsitsi