Connect with us

Chronique Tsitsi

Cinq de départ All-Time des Sixers : avec une véritable armada, il faut faire des sacrifices

L’arrêt de la saison permet d’avoir du recul sur l’exercice en cours mais aussi d’étudier un peu plus le passé et donc l’histoire des différentes franchises. Ainsi, j’ai décidé de vous proposer le 5 de départ All-Time des Sixers.

Meneur de jeu – Maurice Cheeks : la nouvelle génération le connait en tant que coach, coach assistant et pourtant, Mo fut un des meilleurs meneurs de l’est à son époque. Meilleur passeur de la franchise ainsi que meilleur intercepteur. Il ne marque que 12 points par match en 83 mais il réussit à être All-Star pour la première fois et le sera 4 fois. Élu 5 fois dans une all-nba defensive team, son maillot est bien sera retiré.

Arrière – Allen Iverson : sans doute le joueur le plus iconic que la NBA ait connue. L’arrière était une sacré machine à scorer. Il se fait mettre au sol 10 fois, il se relevait 11 fois. Son titre MVP en 2001 fut l’un des plus beaux, son run en playoffs aussi. Mauvais défenseur à cause de sa taille, il pallie ce défaut avec son sens de l’interception. All-Star de 2000 à 2006, de nombreuses sélections dans une all-nba team, 2 titres de MVP du All-Star Game, rookie de l’année, des titres de meilleur scoreur et intercepteur. Iverson en dehors des Sixers n’était pas Allen Iverson

Ailier – Julius Erving : l’ailier fou est une légende des Nets mais encore plus des Sixers. DR.J a joué avec des légendes et en 1983, il gagne le titre NBA qui lui manquait tant. Sa rivalité avec Larry Bird est la plus sous-estimée de toute l’histoire. Il sera MVP de la saison régulière en 1981, 11 fois All-Star et de nombreuses sélections dans une All-NBA team. Son maillot est bien entendu retiré par les Sixers et il restera comme le joueur le plus spectaculaire de l’histoire, il avait 20 ans d’avance sur son temps.

Ailier fort – Charles Barkley : Chuck n’a pas toujours été drôle. Durant sa vie à Philadelphie, il était un tueur né. Présent dans de nombreuses All-NBA teams, il reste à ce jour le meilleur rebondeur de l’histoire de sa franchise. Son maillot est bien tendu retiré mais Barkley n’arrivera jamais à mener son équipe au-delà du 2ème tour, souvent barré par Michael Jordan.

Pivot – Wilt Chamberlain : le débat qui fait mal. Comment choisir entre Moses Malone et Wilt Chamberlain ? Il était impossible de virer Charles Barkley, pour mettre les deux intérieurs ensemble, étant donné l’incroyable talent qu’était Barkley. Arrivé en 1964, Chamberlain = 3 saisons, 3 titres de MVP de la saison, c’est aussi à Philadelphie qu’il gagnera un titre NBA (seulement 2 au total). Amplement suffisant pour créer l’histoire et dépasser Moses Malone.

Ce n’est pas au niveau de Boston mais ça reste l’élite de l’élite. Le poste de meneur reste assez faible comparé aux autres postes. Mais quand on voit les bonhommes à côté de Mo Cheeks, c’est du haut de gamme.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Chronique Tsitsi