*
Connect with us

Chronique Tsitsi

Classement All-Time des Raptors : le top 5 des meilleurs joueurs de l’histoire de la franchise

L’arrêt de la saison permet d’avoir du recul sur l’exercice en cours mais aussi d’étudier un peu plus le passé et donc l’histoire des différentes franchises. Ainsi, j’ai décidé de vous proposer les meilleurs joueurs de chaque franchise. Impact, victoire, récompense, tous les facteurs ont leur importance sans pour autant faire une biographie de chaque joueur. Alors d’accord ou pas d’accord sur le classement ?

NBA : Ceci une chronique personnelle à l’heure H et qu’à travers le temps, le classement peut changer dans les années à venir.

1/ Kyle Lowry

« C’est certain. Il a fait beaucoup. Il a accompli beaucoup. Il a traversé des hauts et des bas et il était au sommet de la montagne. Bien sur, plus il jouera ici, plus il réalisera de merveilleux exploits comme celui-ci. C’est bien mérité. Il aime jouer, c’est un compétiteur, évidemment. Je suis content d’avoir pu le voir. » On ne pouvait pas plus valider la déclaration de Vince Carter sur Kyle Lowry en tant que meilleur joueur de l’histoire des Raptors, lorsqu’ils se sont affrontés plus tôt dans la saison. Kyle Lowry est champion NBA et pas en étant un figurant. K-Low a eu ses hauts et ses bas durant cette campagne de playoffs mais il s’est souvent réveillé au meilleur des moments. Son game 5 contre Milwaukee en finale de conférence, en prenant feu à 3 points pour éviter le 3 à 1 et bien sûr, son game 6 pour le titre contre les Warriors, avec 26 points, 7 rebonds et 10 passes. Sur les 8 saisons à Toronto, il sera 6 fois All-Star. La longévité justement, c’est ce qui fait la différence en plus du titre NBA et son changement de statut au niveau du public. Dire qu’il était venu en tant que rôle-player et il va repartir en tant que légende, ça en dit long sur le bosseur qu’il est.

2/ DeMar DeRozan

Avant de partir pour les Spurs, le plus grand joueur de l’histoire des Raptors, c’était bien DeMar DeRozan. L’histoire aurait pu être belle. Un gamin de Compton qui débarque dans le froid du Canada, jusqu’à y devenir star et même All-Star (4 fois), 2 fois sélectionné dans une All-NBA. Le problème est qu’il se mangera un mur dénommé Lebron James durant sa carrière. Comme beaucoup avant lui, jamais il ne pourra passer cet obstacle et sa dernière en tant que Raptor fait tâche. Le garçon frustré, se fera expulsé dans le 3ème quart-temps et c’est ainsi qu’il terminera sa carrière à Toronto… Au fur à mesure des années il deviendra un bon all-around player en attaque et sa saison 2016-2017 en référence avec plus de 27 points par match. Malheureusement, il sera considéré comme un choker en post-season. Il aura tout de même guidé son équipe en finale de conférence, ce qui n’était jamais arrivé auparavant.

3/ Vince Carter

Vinsanity n’est que 3ème mais il restera à jamais comme celui qui aura eu le plus d’impact sur la ville de Toronto. Icone de toute une génération par ses actions clutchs, ses tomars, ses lay-ups aériens, il a littéralement mis les Raptors sur la carte NBA. Rookie de l’année en 1999, il est propulsé au rang de superstar en 2000 avec le concours de dunks. La suite est encore plus merveilleuse avec une saison 2000-2001, en marquant plus de 27 points par match dans une NBA ultra défensive. Sa campagne de playoffs l’est encore plus en éliminant les Knicks (qui les avaient éliminé la saison passée), en étant ultra clutch. S’en suit une série légendaire contre les Sixers et un duel face à Allen Iverson. Un match à 50 points, sur les 102 de son équipe, pour terminer à plus de 30 points de moyenne. Mais il y aura ce buzzer beater raté pendant ce game 7, assez symbolique de sa carrière. Les deux années qui suivirent furent un cauchemar en étant constamment blessé. Toronto tombe dans les profondeurs du classement et Vince demandera son transfert en 2004… 5 fois All-Star et 2 fois All-NBA chez les Raptors, il restera toujours un monument au Canada mais le fait d’avoir été blessé sans cesse pendant ses plus belles années, sera toujours un énorme what if aux Raptors.

4/ Kawhi Leonard

C’est le sujet qui fâche. Comment caler Kawhi Leonard dans ce classement alors qu’il n’a joué qu’une saison ? Certains trouveront cela injuste mais il est impossible de ne pas y incruster le joueur qui a permis aux siens de remporter le titre. Une saison mais quelle saison : All-Star, All-NBA second defensive team et… MVP des finales. Car c’est bien sa campagne de playoffs qui sera notre principal argument concernant son entrée dans le top 5. Après une saison bien gérée physiquement (26.6 points en 60 matchs), il détruit tout en playoffs. Plus de 30 points à 49% au shoot sur l’ensemble de la post-season, son buzzer mythique sur la tête de Joel Embiid. Il terminera d’ailleurs la série contre les Sixers à 34 points par match… Jusqu’à mener son équipe au titre NBA. Kawhi Leonard aura été le meilleur joueur de la franchise… Sur une saison, pour peut être le premier titre et le seul de Toronto, avant très, très longtemps.

5 Chris Bosh

C’est un choix un peu par défaut. Chris Bosh n’a jamais su être le leader espéré, quand il a été drafté par les Raptors. Il était très bon, une star, même All-Star (4x All-Star). Il a pris le « contrôle » de la franchise durant l’année 2004, quand Vince Carter a été transféré. Très bon joueur, il posait ses stats mais il n’a jamais eu l’aura, ni le leadership pourrait les emmener bien loin. Il a d’ailleurs souvent été critiqué par ses coéquipiers sur le sujet. A chaque qualification en playoffs, il se faisait torcher au premier tour. Contre Orlando, et même New Jersey contre… Vince Carter, alors que les Raptors avaient l’avantage du terrain. Toronto perdra cette série au quasi buzzer. Chris Bosh aux Raptors, c’est donc 8 saisons, 2 éliminations au 1er tour et 6 saisons sans playoffs. Sa meilleure saison aura été en 2009-2010 : 24 points et 10.8 rebonds. Son rôle au Heat sera bien plus adéquat vis à vis du joueur, en étant une 3ème star, sans pression des stats et surtout du leadership. Il n’empêche que le natif de Dallas aura été un excellent joueur dans cette ligue et son talent n’a jamais été remis en cause.

Ainsi s’achève mon top 5 de l’histoire de la franchise des Raptors. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur twitter pour des débats enflammés.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Chronique Tsitsi