*
Connect with us

Histoires

Un sandwich a sauvé la carrière de Ja Morant : la vie est faite de coïncidences et le meneur des Grizzlies ne dira pas le contraire

Source photo : Ezoic

La vie ne se joue parfois à rien, de nombreuses stars, pour ne pas dire toutes, ont connu un coup du destin à un moment ou un autre de leur vie. Pour Ja Morant, il s’agit d’un sandwich. Ce titre n’est pas parodique, on le jure. Ja aurait sans doute connu du succès, mais sûrement pas aussi tôt que maintenant avec les Memphis Grizzlies.

A l’image d’un Jimmy Butler, Ja Morant n’intéresse personne à la sortie de ses 4 ans d’high school car il ne joue pas pour un gros lycée. Pour beaucoup de monde, et notamment les recruteurs, il ne s’agit ni plus ni moins d’un meneur de jeu maigrichon qui a du ballon mais certainement pas une star en devenir, ou bien même un joueur solide. Ja Morant a pourtant connu les circuits AAU, avec notamment Zion Williamson. Sauf que voilà, seulement une poignée de joueurs arrive à être pro. Quelques années plus tard au lycée, il montre son talent et attend quand même son année senior (dernière année) pour son premier dunk. Impensable quand on voit qu’il saute plus haut que n’importe qui à l’heure actuelle. Sur ses deux dernières saisons lycée, il tourne à 27 points, 8 rebonds et 8 passes. Malgré ses récompenses, ESPN ne le classe même pas parmi son classement des 100 meilleurs joueurs du pays. C’est dire ! Il faut se rendre compte qu’à la sortie du lycée, plus de la moitié des joueurs de ce classement n’iront pas en NBA. Cela en dit long sur le manque de considération du bonhomme. La seule école qui veut de lui, c’est South Carolina. Tout simplement car il le connaisse, étant donné qu’il s’agit de la fac de sa région natale. Toutefois, « il refuse » puisque c’est un poste de remplaçant, Ja Morant pensait valoir mieux que cela. Le rookie de l’année attend patiemment qu’un coup du destin se pointe, avant d’utiliser cette option de jouer les backups.

En caroline du sud, un assistant de coach de Murray State, James Kane, vient voir un lycéen qui sera un futur joueur de la fac. Dans le gymnase avait lieu un camp d’entraînement et dans un autre gymnase avec ses tresses, il y avait un dénommé Ja Morant. Il tapait un 3 vs 3. Quand il l’aperçoit, James Kane n’en démord pas et reste choqué devant tant de talent : « Wow, ce gars peut être vraiment bon. » Plus rapide, athlétique et avec un QI basket, imaginez un peu à quel point il en faut pour impressionner le coach d’un programme de division I en si peu de temps. Ja Morant raconte sa version de l’histoire :

« J’étais ajouté tard dans la liste pour le camp [d’entraînement]. Ils appelaient les noms et m’ont dit si on t’appelle pas, va dans l’autre gymnase. Mon nom n’a pas été appelé donc je suis allé dans l’autre gymnase.

Il [le coach] a tourné la tête et m’a regardé pendant quelques minutes. Je suppose que c’est là quand il m’a vu. J’étais juste heureux d’avoir une offre d’une école comme ça. »

Rencontre avec Zion Williamson, la « Nouvelle Star » de la NBA | Basket USA

Mais le plus marrant dans cette histoire, c’est le timing. L’assistant coach de Murray State était sorti du gymnase du camp d’entraînement uniquement pour prendre un sandwich et avait pour idée de repartir aussitôt. Comme quoi, même un entraineur peut avoir la dalle. Après sa pause déjeuner et comme le raconte Ja Morant, il regarde le jeune meneur de jeu et se dit ébahi. Il reste de nombreuses minutes et dans la foulée, il appelle son head coach et lui dit avoir trouvé une superstar en devenir. En à peine quelque instants, il y croit dur comme fer. Par la suite, il y a la fameuse réunion avec la famille et la maman de la star des Grizzlies s’inquiète de savoir si la bourse sera bien pour 4 ans d’université. Le programme de Murray State lui répond oui mais assure que Ja Morant n’y sera qu’une ou deux années. Pourquoi ? Il voit en lui un joueur NBA et un futur All-Star. Sa mère n’y croit pas. Pour son premier match en NCAA, Ja Morant plante 7 points et délivre 11 passes dans une victoire de presque 60 points. Après une bonne année NCAA, il se fait remarquer, participe au camp de Chris Paul et ses stats explosent. Bien que n’ayant joué que deux matchs lors de la march madness 2019, la cote de Ja Morant ne touche plus terre. Il est sélectionné en seconde position pour un avenir qui s’annonce radieux.

Une histoire invraisemblable. A quelques semaines près, Ja Morant ne savait pas quoi faire de sa vie. Le destin lui a donné un sacré de pouce et depuis, il le lui rend bien en devenant l’un des joueurs les plus prometteurs de toute la ligue. Les recruteurs ont normalement besoin d’une ou plusieurs saisons pour se faire une idée. Murray State n’avait besoin que d’un sandwich salade, tomate, oignon.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Histoires