*
Connect with us

Histoires

Damian Lillard n’était pas né tueur, il l’est devenu : le feu s’est allumé durant une confrontation avec son coach

On pourrait le croire avec ce qu’il produit chaque saison. Damian Lillard est un tueur, leader, travailleur mais avant de devenir Dame Dolla, il a dû apprendre le métier. Comme beaucoup de joueurs avant lui, le meneur des Blazers a eu un moment charnière durant ses jeunes années. A partir de là, quand bien même il a été décrié ou sous-estimé, le numéro 0 a su se servir de ses expériences passées pour toujours se pousser à devenir meilleur en s’arrachant à chaque fois.

Damian Lillard n’a pas eu que la belle vie depuis ses débuts dans le basket. Encore aujourd’hui, son parcours est difficile et il n’est pas respecté à sa véritable valeur, autrement dit à celle des meilleurs joueurs de la ligue. Les Lebron James, Kevin Durant, Larry Bird, Kobe Bryant, Magic Johnson sont passés par les meilleurs lycées, les meilleures universités pour certains et ont été mis en lumière par les médias. C’est tout sauf le cas de Damian Lillard. Il doit changer de lycée à chaque fois car soit il ne joue pas assez, soit son école n’est pas assez connue. Il en connaîtra 4. Pire encore, son classement est catastrophique à la sortie du lycée et seul Weber State, une petite fac, lui offre une bourse. Lors des années 2010, le fameux one and done est populaire. Une star universitaire reste un an avant de partir en NBA. Ce ne sera pas le cas pour Damian Lillard, il doit se faire un nom et restera 4 saisons avant d’aller en NBA. Sa cote n’est pas folle mais les Blazers ont besoin d’un joueur confirmé. Quoi de mieux qu’un jeune prodige ayant fait son cursus complet ? Damian Lillard remporte le titre de rookie de l’année et de nouveau, il n’est pourtant pas le plus en vue. Anthony Davis fait beaucoup plus parler de lui. La suite, vous la connaissez. Bien qu’il n’ait pas le respect qui lui est du, Damian Lillard travaille dur mais il n’a pas toujours été comme ça…

Grand retour en arrière, plus précisément à St. Joseph’s, une école privée. Si Stephen Curry est la star incontestée, les véritables natifs d’Oakland les plus connus de l’histoire se nomment Jason Kidd et Gary Payton. Et justement, « monsieur triple-double » est aussi passé par St Joseph’s. Durant son passage dans cette école, il se passe l’un des moments si ce n’est le moment plus important de sa jeune carrière. Il définira ce qu’il deviendra par la suite. A ce moment précis de sa vie, Damian Lillard ne joue donc pas beaucoup et commence à en avoir marre. La superstar de Portland demande ainsi à son coach Don Lippi de l’époque comment avoir plus de minutes. Sa réponse est pour le moins cash et marquera à vie le sextuple All-Star :

« Tu es nonchalant… tu fais des passes soft… il a commencé à énumérer un grand nombre de choses. Certaines d’entre elles étaient exactes. Mais en partie, il était énervé, comme si je venais à lui. Après cela, tout s’est dégradé. »

L’ambiance est délétère et Lillard n’arrive pas à rebondir après les critiques de son entraîneur. La saison se joue, lui cire le banc ou presque jusqu’à la fin de l’exercice et son coach ira même se moquer du rêve de Dame, de jouer en NBA. Il n’en fallait pas plus pour Damian Lillard, un changement salvateur allait se produire.
On l’a tous vu, son frère Houston traîne souvent dans le coin depuis la tendre enfance de son père, lui qui est devenu coach de football au lycée. Il s’explique sur la manière dont l’événement a changé Damian Lillard :

« Ca l’a changé. Damian avant ça était paresseux. Paresseux mais talentueux. Il jouait beaucoup mais il n’en faisait pas plus. Il n’avait pas cette mentalité qu’il a aujourd’hui que nous connaissons tous. Mais cette expérience l’a à 100% déclenché. »

Remettons un peu de contexte sur cette situation. Il avait à 15 ans seulement à l’époque. Beaucoup de monde lui disaient de laisser passer, ce n’est rien, ce n’est qu’une critique. Damian Lillard n’était pas d’accord avec ça, ces fameuses critiques, c’était l’occasion de s’améliorer et de les utiliser pour devenir un joueur de haut calibre pour se rapprocher encore un peu plus de son rêve d’être un joueur NBA :

« Cette expérience m’a en quelque sorte mis sur le bord de chaque petite chose. Après cela, je suis devenu plus militant. J’ai commencé à travailler beaucoup plus dur, et je suis arrivé au point où je savais que je travaillais si dur, et je faisais tout ce que j’avais à faire, que je m’attendais à être le meilleur joueur. »

Et voilà comment le feu est né chez Damian Lillard. A partir de ce moment, il voulait prouver à tout le monde qui croisait son chemin qu’il serait le meilleur. Son éthique de travail parle pour lui et on traiterait n’importe qui de fou, si une personne le qualifiait de soft ou paresseux. Une histoire qui pourrait servir de source d’inspiration à beaucoup. Aujourd’hui, s’il n’est pas respecté, c’est bien à cause des médias américains qui ne le mettent pas assez en lumière. On s’occupe de le faire à leur place.

Donovan Mitchell remet Lebron James à sa place : un peu de tension pour le All-Star Game, rien de tel pour donner du gout à ce match

5 Comments

5 Comments

  1. Pingback: Le tweet de la nuit : Damian Lillard répond au méa culpa de Paul George

  2. Pingback: Julius Randle est comme enfant après son 1er All-Star Game : les Knicks vivent leur meilleure vie

  3. Pingback: Trade Deadline : toutes les rumeurs sur la Division Atlantique !

  4. Pingback: Le défi de Jeanie Buss se nomme Lebron James : se la jouer Kobe Bryant ou Kareem Abdul-Jabbar ?

  5. Pingback: Trade Deadline : toutes les rumeurs sur la Division Centrale !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Histoires