*
Connect with us

Histoires

Quand Ray Allen aurait dû être drafté par les Celtics : la douleur est telle qu’il en pleure…

Le Big 3 des Celtics restera dans les mémoires de la NBA. Ray Allen, Paul Pierce et Kevin Garnett. Plus que des coéquipiers, ils se fréquentaient depuis les années 90. Et justement, lors de la draft 1996, Ray Allen a failli débarquer à Boston mais le destin en a décidé autrement.

La draft 1996 restera comme l’une des plus talentueuses de l’histoire : Ray Allen, Allen Iverson, Kobe Bryant, Stephon Marbury, Antoine Walker et on en passe et des meilleurs. Tout droit sorti de Uconn, Ray Ray se présente ainsi à la draft. Il terminera à Milwaukee et personne n’a oublié à quel point il fut productif avec ce big 3 composé de lui même, Sam Cassell et Glenn Robinson. Le numéro 34 des Bucks attendra 4 saisons avant de devenir All-Star. Il le sera 3 fois avec Milwaukee et échouera aux portes des finales en 2001. La star de He Got Game sera envoyée chez les Sonics en 2003 et y jouera jusqu’en 2007. Mais tout cela n’a failli jamais arriver. Boston voulait Ray Allen, Ray Allen voulait Boston.

« Le moment où j’entends le commissionner dire « Stephon Marbury », tout ce que je pensais c’est : « Oh mon dieu, j’y crois pas, je vais devenir un Celtic ! »

On se dirige donc vers le 26 juin 1996 à East Rutherford. La draft a lieu et l’ancien joueur du Heat sait qu’il sera choisi en tant que top pick. L’ordre de la draft de l’époque, les 76ers, Raptors, Grizzlies, Bucks, et Timberwolves. Juste après, on retrouve donc les Celtics. Ces derniers sont clairs, ils veulent Ray Allen. Quelques heures avant la draft, Red Auerbach (légende et président des Celtics) l’appelle et lui dit qu’il le sélectionnera, si bien sûr, il est encore disponible. La draft commence, Minnesota s’apprête à choisir son joueur, et les Celtics se frottent déjà les mains pour avoir Ray Allen. Comment les Wolves pourrait le choisir ? Le joueur leur a mis un bon doigt d’honneur en ne se présentant pas au workout pré-draft. Dans sa tête, tout était déjà fait :

« Il n’y avait aucune chance que Minnesota, choisissant juste avant Boston, me prenne, pas après que je ne me sois pas présenté au workout. »

Coup du sort, les Wolves le draftent quand même et sera échangé contre Stephon Marbury dans la foulée.. Si mal, la nouvelle star des Bucks en pleure en retournant à son hôtel. Encore des années après, il se souvient comment il était dévasté ce jour là, le soi-disant plus beau jour de sa vie. Quelle ironie du sort. Ray Allen se fait drafter par la franchise de Kevin Garnett et aurait pu jouer avec Paul Pierce (drafté en 1998). C’était déjà écrit, « Jésus » devait terminer un jour ou l’autre à Boston…

On part clairement sur le meilleur top 10 de l’année : Jamal Murray sauve les fesses des Nuggets grâce à « quarterback » Nikola Jokic

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Histoires