... ...
... boston Archives - The Daily Dunk - Actualité NBA quotidienne
Connect with us

Gordon Hayward est chaud pour la saison à venir : « Je suis à 100% »

Gordon Hayward fera bientôt son retour sur les terrains. Il y aura beaucoup d’appréhension, c’est certain, pour autant, le joueur est très excité et il se dit quasiment à 100% pour la rentrée officielle qui aura lieu dans quelques jours.

ENFIN ! ENFIN ! ENFIN ! Non, il n’a pas décidé de mettre moins de gel. Mais ce qui s’est passé récemment est tout aussi important. Après 11 mois sans jouer, Gordon Hayward est donc autorisé à refaire du 5 vs 5. De bonne augure pour le training camp, qui commence bientôt. Et le timing est parfait car il faudra trouver une certaine cohésion, avec tous les ailiers qu’il y a dans l’équipe. Jaylen Brown, Gordon Hayward donc et Jayson Tatum. Une bonne concurrence interne, qui ne pourra que les faire progresser les uns les autres. Du gros calibre et ce sera à Gordon de montrer qu’il peut toujours rivaliser avec les jeunes, même 11 mois après son énorme blessure survenue à Cleveland. On parle quand même d’un joueur All-Star, polyvalent, capable de jouer sur plusieurs postes et qui a en plus de l’expérience. Comme l’a indiqué Chris Forsberg d’ESPN, ce fut un long processus :

« En gros, je suis à 100%. Il y a encore des choses qui vont prendre du temps. Même si je suis en pleine forme, je ne suis pas à mon meilleur niveau  basket, parce que je n’ai pas joué de l’année. J’essaie encore de comprendre ça. La dernière étape, d’un point de vue physique, c’est la dernière touche d’explosivité.  C’est ce qui va me prendre le plus de temps mais, comme je le dis, je me sens très bien globalement. »

Il a aussi expliqué que ce fut très long. Très long de voir ses petits copains affronter les meilleurs joueurs du monde, pendant que lui était dans le froid glacial de Boston, à commencer sa rééducation. Il avait été soutenu par Kobe Bryant à l’époque, qui lui avait bien expliqué que c’était le passage obligé, pour retrouver l’élite. Gordon Hayward ne sera pas le joueur fabuleux qu’il est dès le premier match. Ça prendra du temps, 1 semaine, 2 semaines, 3 semaines, peut être même plusieurs mois. Il y aura des rechutes et l’important pour lui sera d’être au top mentalement et avec des coéquipiers talentueux et un coach qu’il a connu à la fac, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas pour lui. Il y a deux saisons, il scorait tout de même presque 22 points par match, dans la redoutable conférence ouest ! Par ailleurs, il a aussi indiqué qu’il sera présent pour l’opening night. On a déjà hâte d’y être !

Les attentes envers Boston ou même Gordon Hayward sont très élevées. Ce sera ensemble qu’ils essayeront de franchir les étapes et pourquoi pas taper les Warriors, s’ils vont en finale comme prévu, mais on en est encore bien loin.
Click to comment

Hate it or love it, Ray Allen rend hommage à Boston : « Le moment le plus important de la vie »

Gagner est quelque chose d’important. Il n’y a qu’à voir la différence d’appréciation entre un Paul Pierce et un Tracy McGrady, pourtant, tout le monde sait qui est le plus talentueux. Ainsi, Ray Allen a voulu rendre hommage à son époque à Boston.

Avant 2008, Ray Allen est ce qu’on appelle un loser magnifique. Bien sûr, chaque joueur en NBA ne peut être un perdant mais le fait que Ray Ray n’est pas gagné de titre, l’handicape fortement, comme à l’époque Vince Carter, Allen Iverson, Paul Pierce, Kevin Garnett ou encore Tracy McGrady. L’ancien numéro 20 de Boston veut gagner et c’est ainsi qu’il veut changer son étiquette de « loser ».
Grâce au fameux big three, il réussit à gagner un titre, où on le rappelle, il se devait se coltiner en finale son rival de toujours, un certain Kobe Bryant. Son passage a Boston fut magnifique et aucun fan ne peut le nier. Son départ a été tumultueux et une signature d’une seconde, ne devrait pas entacher 5 années magnifiques :

« Les gens regardent comment je suis parti, mais je regarde comment j’ai vécu ici.

Pour moi c’est le moment le plus important de ma vie parce que je n’avais jamais gagné. Et j’ai été capable de gagner. Et probablement la chose la plus importante que je veux que les gens se souviennent, est le temps que nous avons passé ensemble. 

Maintenant, je comprends que les gens étaient énervés contre moi car ils aiment tellement (l’équipe qui a gagné le titre), je faisais partie de l’équipe et je fais partie de tout ce qu’ils ont fait pour gagner. »

Des paroles qui devront aller droit au cœur des fans de Boston. Cette affaire dure depuis bien trop longtemps entre Ray Allen et les anciens Celtics. Doc Rivers avait d’ailleurs déclaré qu’il avait pourtant tout fait pour que les deux camps puissent se réconcilier.
Sans doute encore que le shooteur le plus prolifique de l’histoire, aura quelques mots doux pour Boston, équipe comme il le rappelle, qui a gagné le titre et le seul de sa carrière. 
Contrairement à Paul Pierce lors ce que son maillot a été retiré, il a eu des mots forts, même s’il n’a pas cité ses anciens coéquipiers. En tout cas, il peut être fier de son passage à Boston.

On vous donne rendez vous ce soir pour voir Ray Allen, en tant que hall of famer. En espérant que les anciens des Celtics 2008 auront la délicatesse de lui rendre hommage.
Click to comment

Doc Rivers évoque les tensions entre Ray Allen et Boston : « Je déteste voir ça »

Récemment, Doc Rivers s’est longuement entretenu sur Boston et cette merveilleuse équipe qu’il a coaché. Il est évidemment revenu sur Ray Allen, qui fera son entrée au hall of fame demain.

Elle n’aura gagné qu’un titre NBA mais cette fameuse team restera dans les mémoires. Fin années 2000 et début 2010, elle aura martyrisé la ligue, quand bien même des blessures auront gâché pas mal le tableau, comme celle de Kevin Garnett. Tout le monde connaissait son rôle et elle ne semblait plus faire qu’une. Kevin Garnett en leader de la défense et du vestiaire. Paul Pierce en tant que leader spirituel et super-scoreur et enfin Ray Allen, qui s’occupait d’étirer les défenses tout en artillant de loin. Si les jeunes se sont développés au fur et à mesure, c’est bien ce big three qui a tout commencé, afin que les Celtics retrouvent le sommet. Depuis, ça va bien mal puisque Ray Allen est parti à Miami et à partir de là, les tensions se sont multipliées et Doc Rivers le regrette :

« Au fil du temps, les choses se sont fracturées et je déteste ça. Je déteste voir ça. J’aimerais qu’il y ait une célébration pour Ray. Ray nous a fait gagné un titre. »

Si Paul Pierce et Ray Allen ont réussi à faire une « petite paix », ce n’est absolument pas le cas avec un certain Rajon Rondo. Il faut dire que « Jésus » n’a pas calmé les choses avec son livre, où il s’en est donné à cœur joie pour démonter son ex-coéquipier. De son côté aussi, Rondo n’a pas vraiment voulu calmer les choses. Doc Rivers voudrait d’ailleurs faire une réunion car il se rappelle à quel point ce groupe était proche. Il a d’ailleurs tout fait pour qu’il y ait eu des retrouvailles mais en vain. Kevin Garnett n’a pas dit un mot au sujet de Ray Allen depuis belle lurette mais à l’image de Westbrook et Durant, ce sont bien des conneries d’enfants… Si le coach Doc Rivers qui a eu dans les vestiaires de tels lascars, et qu’il n’a pas réussi à les rabibocher, alors seuls eux pourront le faire…

Cette équipe de 2008 restera pour longtemps comme celle qui a régné avec les Lakers lors de ces fameuses années. Ils auraient donc besoin de faire la paix, juste pour leurs fans qui eux aussi de leur côté, ont été dur avec le numéro 20 de l’époque.
Click to comment

Jayson Tatum raconte sa rencontre avec Kobe Bryant : « c’est un rêve qui devient réalité »

Alors que c’est l’anniversaire de Kobe Bryant, Jayson Tatum nous raconte sa rencontre avec son héros de toujours. En même temps, quand on rencontre Kobe, il y a des choses à dire et à observer !

Plutôt bizarre d’être un Celtic et un ultra fan de Kobe Bryant. Jayson Tatum ne savait pas qu’il serait un joueur de Boston mais ce sont bien les fans des Celtics qui doivent être heureux. Ils ont récupéré un talent brut, qui a déjà choqué de son talent lors de son année rookie et surtout pendant les playoffs. Quant aux fans des Lakers, il faut espérer pour eux que Lonzo Ball soit aussi fort et que surtout, il évite l’infirmerie un peu plus souvent. Pour rappel, Los Angeles avait un choix d’avance sur Boston…
Lors de cet été, Jayson Tatum a eu la chance de rencontrer son idole de toujours. Ce fut un peu comme un retour à l’adolescence, puisque la lumière dans ses yeux quand il parle du Mamba, est bien présente. Un moment irréel comme il le dit et qu’il a voulu partager :

« C’était un rêve qui devient réalité. Il a toujours été mon joueur préféré, et avoir l’opportunité de lui parler et juste d’être présent avec lui au gymnase, c’était un moment irréel.

Être dans le même état d’esprit que lui, voir comment il pensait en tant que joueur et en tant que jeune joueur, essayant de s’améliorer année après année dans la ligue.
Nous avons parlé de ce qu’il a fait pour que ces choses arrivent et comment il a eu autant de succès
Nous avons juste parlé de ces quelques petites choses pendant que nous travaillions. Nous avons fait beaucoup de travail au poste bas, des trucs comme ça, alors je me suis bien senti pour tout ce qu’il m’a montré, peut-être que je dois changer quelques trucs. »

Pour blablater, ils ont beaucoup blablaté. Il faut dire que les deux joueurs n’ont pas vraiment le même début de carrière. Kobe Bryant s’est troué dès son entrée en playoffs, notamment lors du 2ème tour face à Utah. Cela l’a en quelque sorte formé et il ne faut pas oublier qu’il sortait à peine du lycée. Pour Jayson Tatum, les choses sont bien différentes. Il a déjà 20 ans et il a su se montrer à son meilleur niveau et offrant une belle confrontation avec un certain Lebron James…
Jayson Tatum et Kobe Bryant ont aussi parlé de l’aspect mental et physique. Des aspects qu’on sous-estime bien trop, lorsqu’on parle de la carrière de l’ancien numéro 24 des Lakers. 
Alors qu’il était plutôt comparé à Paul Pierce, Jayson Tatum a tout pour devenir le nouveau Kobe, de part ses moves qui semblent illimités et surtout qu’il est bien plus qu’une copie, un peu comme Kobe par rapport à MJ à l’époque…

Qu’il se rassure, il n’est pas le seul à travailler avec son idole. Toutes les stars ou presque, sont passées par là mais à l’époque, il n’y avait pas de réseaux sociaux.
Click to comment

Calendrier des Celtics : le retour d’Hayward à Utah, Lakers, match de Noël, Boston atteint le sommet de l’est !

En cette soirée du 10 Août, la NBA a communiqué le calendrier à venir pour toutes les équipes. Pour bien commencer le week-end, on vous livre tous les gros matchs, par équipe bien sûr !

C’est Boston qui a l’honneur d’ouvrir la saison NBA, à la maison, contre Philadelphie, avant d’aller se déplacer à Toronto. Les Celtics retrouveront encore les Sixers mais cette fois-ci pour Noël à 23h30. Pour le Nouvel An, il y aura de quoi s’amuser aussi avec une rencontre opposée à San Antonio.
Un match pas folichon à suivre mais en antenne nationale face aux Knicks, le 1 février. Peut être la future équipe d’un certain Kyrie Irving. 6 jours plus tard, on retrouve l’un des matchs les plus attendus de l’année, avec une opposition contre les Lakers de Lebron James. Enfin, toujours en antenne nationale, le grand retour de Gordon Hayward contre le Jazz, le 9 novembre.
Leur fin de saison ne sera pas facile non plus, avec un enchaînement, Miami, Miami, Orlando, Indiana et Washington !

Fans des Celtics, venez découvrir le calendrier intégral de votre équipe préférée sur ESPN, qui vient donc de nous dévoiler le fameux sésame !
Click to comment

Les 10 matchs à ne pas rater : entre les larmes et le sang, c’est à de vous choisir

Si on vous fait la liste équipe par équipe, ESPN fait limite mieux, en vous proposant les 10 meilleurs matchs de la saison et attention, il y a du très lourd.

1/ Sixers vs Celtics – 16 octobre

C’est l’ouverture de la saison et il n’y a aucune raison de rater cette dinguerie. C’est l’affiche de la précédente demi-finale et surtout les jeunes les plus talentueux du pays. Il n’y a pas de raison que ce ne soit pas l’une des rivalités naissantes et il y aura aussi le retour de Kyrie Irving et Gordon Hayward…

2/ Lakers vs Blazers – 18 octobre

Là aussi, il ne faudra pas rater la dinguerie. C’est l’ouverture de la saison d’un certain Lebron James, face à son pote Damian Lillard. Pas un match facile et il faudra annoncer la couleur, face à une équipe qui a fini dans le top 3 la saison dernière tout de même.

3/ Warriors vs Rockets – 15 novembre

Les regrets doivent être encore dans la tête de Chris Paul. Ce n’est qu’un match de saison régulière mais la tension risque d’être palpable, ça l’est toujours quand deux équipes de haut niveau s’affrontent. En plus de ça, Carmelo Anthony est maintenant un Rocket…

4/ Lakers vs Warriors – Noël

Lebron James face aux Warriors, c’est l’un des gros classiques de Noël. Malheureusement, on a bien vu que sans Kyrie, ce n’est plus la même. Avec les Lakers, l’ambiance devrait être différente avec une grosse hype en plus. Golden State partira bien sûr favori.

5/ Thunder vs Rockets – Noël

Là aussi, les cadeaux devraient pleuvoir. Carmelo Anthony se tape son ancienne équipe, et il voudra sans doute prendre sa revanche, lui qui s’en est pris plein la gueule, parfois à raison. On ne peut pas faire plus kiffant en prime time aux States.

6/ Sixers vs Jazz – 27 décembre

Toujours dans la période des vacances, des gamins vont pouvoir se mettre sur la gueule. La bataille des rookies est terminée mais Ben Simmons et Donovan Mitchell ont tout pour créé une rivalité à la Magic, Larry, c’est tout le mal qu’on souhaite aux fans NBA.

7/ Raptors vs Spurs – 3 janvier

Vous avez préparé vos tomates, à côté de vos steaks ? C’est sans doute ce que feront les texans, puisqu’il s’agit probablement du pire jour de l’année pour Kawhi Leonard. Le bougre est de retour en ville, alors que DeMar DeRozan ira à Toronto le 22 février.

8/ Warriors vs Celtics  26 janvier

Si vous n’êtes pas invités au 42ème anniversaire de Vince Carter, il y a de quoi s’occuper. Celtics – Warriors, c’est la finale NBA la plus probable en 2019, étant donné le départ de Lebron James dans l’autre conférence. Maintenant, tout ce qu’on veut c’est aucune blessure…

9/ Lakers vs Celtics – 7 février

Toujours avec Boston mais cette rencontre risque d’être encore plus hypée puisque c’est le retour de la plus grande rivalité. Boston vs Los Angeles, on n’avait plus vu les équipes aussi fortes, depuis l’ère Kobe Bryant vs Paul Pierce. En plus, Kyrie et Lebron sont dans ces deux équipes, ça en dit long sur le potentiel du clash…

10/ Warriors vs Thunder – 16 mars

Et on termine en beauté avec le sang qui doit couler à OKC. C’est ce que les fans veulent. En effet, la bande de Kevin Durant débarque en ville et le hasard fait que ce sera juste avant les playoffs. Comment ne pas kiffer le programme ?

Voilà, vous avez vos 10 matchs à ne pas rater cette saison et il y a du très lourd. Avec un tel programme, impossible de ne pas vouloir être en octobre…
Click to comment

Les notes de la free agency – Boston : un été géré avant le bordel Kyrie Irving

Pour chaque équipe, nous allons évaluer la free agency durant tout le mois d’août. Des bons, des mauvais étés, des signatures qui pourront changer l’avenir de la franchise… Ou pas !

L’été des Celtics

On attendait Danny Ainge et ses Celtics très actifs durant cette free agency avec notamment une réelle volonté de récupérer Kawhi Leonard mais sans pour autant lâcher ses jeunes pépites que sont Jayson Tatum et Jaylen Brown. Finalement, Spurs et Celtics se sont révélés trop gourmands et The Klaw a fini aux Raptors. Mais ce n’est pas pour autant que les Celtes ont chômé ! L’effectif n’a presque pas évolué mais le front office a assuré le principal en prolongeant Marcus Smart et Aron Baynes, réels symboles de la grinta des Celtics.
A signaler aussi que Danny Ainge a réussi à ne concéder aucun départ (hormis Larkin) et a également fait prolonger le jeune Jabari Bird.

L’analyse des transferts

Un été dans la continuité pour Boston. Un choix très compréhensible et parfaitement logique quand on voit qu’ils ont presque réussi à se hisser en Finales NBA la saison dernière et que le dernier homme qui leur barrait la route, LeBron James, est parti à l’Ouest. Cela fait un sacré changement tout de même lorsque l’on compare cet été avec celui très très mouvementé de la saison dernière. Mais ce n’est pas pour nous déplaire car Danny Ainge a réussi l’exploit de ne perdre aucun joueur tout en prolongeant ses joueurs qui ont la réputation d’être ceux qui font le « travail de l’ombre » pour les Celtics.

La note de l’été des Celtics

Un été remarquable pour les Celtics. Tous les objectifs ont été remplis et cela mérite bien un 17/20. Reste à voir si cette note se confirmera et si cette free agency permettra à Boston de se hisser en Finales NBA.

Prochain épisode avec les Nets. Ont-ils réussi à faire une aussi bonne free agency que celle des Celtics ? Pas de retour de Beyoncé mais c’est quand même un été très réussi !

Click to comment

The Daily Video: Paul Pierce et la naissance du surnom The Truth par BeIN Sports !

Pas de NBA ce soir ? Pas de problème ! Pour les nouveaux, The Daily Video est une chronique quotidienne qui débarque, pour vous occuper quand il n’y a pas de NBA.

Hier soir, on vous parlait du fameux all-star game 2006 et il y avait un certain Paul Pierce. Après les antennes de canal +, on va chez BeIN pour redécouvrir en quelques minutes, la naissance du mythique surnom « The Truth ».
Il vient d’un certain Shaquille O’Neal, suite à un match Boston – Los Angeles, où le numéro 34 de Boston score presque 50 points. A partir de là, « The Truth » devient une star au même titre que les Iverson, T-Mac, Kobe, Carter ou autre Ray Allen. La suite du documentaire vous emmène jusqu’au fameux titre 2008, sans oublier les épisodes Toronto, avec le maillot de Brooklyn sur ses épaules, ainsi que le buzzer face aux Hawks. Un sujet sorti juste après la retraite du numéro 34 légendaire des Celtics. On vous laisse apprécier !

Que c’est toujours bon de se remémorer les bons souvenirs. Paul Pierce nous aura fait rêver dans les moments les plus importants : en fin de match et en playoffs.

Click to comment

The Daily Video : documentaire de plus d’une heure sur le titre de Boston en 2008

Pas de NBA ce soir ? Pas de problème ! Pour les nouveaux, The Daily Video est une chronique quotidienne qui débarque, pour vous occuper quand il n’y a pas de NBA.

Avant le retour de la NBA demain soir du côté de Cleveland, on continue à vous faire plaisir. Aujourd’hui, il était temps de revenir sur le titre de Boston en 2008. Si maintenant, tous les Celtics se foutent sur la gueule, avec notamment l’affaire Ray Allen, le titre de 2008 restera à jamais dans l’histoire des blancs et verts.
Un documentaire de presque 1h20 et ça vaut son pesant de cacahuètes. Des premiers témoignages des nouveaux venus que sont Kevin Garnett et Ray Allen, en passant par leur évolution durant la saison régulière, jusqu’à leurs playoffs et la victoire contre Los Angeles. Une épopée tout simplement incroyable, à revivre sans modération.

Assez triste de voir cette équipe devenue si friable avec le temps qui passe. Le départ de Ray Allen en 2012 aura fait un sacré bordel par la suite, plutôt triste même si ça n’enlève rien à leur parcours.

Click to comment

Preview Cavaliers – Celtics : c’est Lebron James contre le reste du monde

A 2 heures 30, c’est l’un des matchs les plus historiques qui pourrait avoir lieu. Lebron James peut rater sa première finale NBA depuis 10 ans…

Le King face aux Celtics, c’est une grande histoire d’amour. 2012, 2008, Lebron James sait y faire en terme de game 7. Mieux encore, il a affronté par deux fois les Pacers via un game 7. Le numéro 23 de Cleveland a un gros historique derrière lui, contrairement à celui des jeunes joueurs de Boston. James sort d’un énorme match où il a planté 46 points. Il leur avait fait la totale, avec un money-time très soigné. Le match de ce soir s’annonce comme une mission impossible pour lui. Kevin Love s’est pété une énième fois. L’intérieur est annoncé out ce soir et ça complique forcément les choses.

Kevin Love est le seul joueur, hormis Lebron James qui tourne à plus de 10 points par match. Le scoring, le talent, il faudra oublier tout ça cette nuit. L’équipe qui remportera le match, ne sera pas forcément la meilleure. L’équipe qui l’emportera sera celle qui jouera la plus dure et pour l’instant, celle de Boston est la meilleure. L’ambiance du TD Garden aura son rôle à jouer, plus que jamais, et cette fois-ci, Lebron James ne devrait pas être fatigué. Tournant à plus de 30 points de moyenne dans les games 7, Lebron adore ce genre de matchs et il n’empêche qu’il aura besoin d’aide. Sans Love, Cleveland jouera sur ses qualités défensives, à l’image de Houston, une raison pour laquelle Green « start » à la place de Love. Switcher sur tous les écrans, troubler le jeu collectif offensif de Boston, afin d’avoir des points faciles…

Il y a 10 ans, Lebron James jouait contre les Celtics et cette fois-ci, il peut l’emporter. S’il faut jouer dur, le début de match aura son importance tout comme ses coéquipiers qui vont être devoir être adroits.
Click to comment