Connect with us

Histoires

Lebron James et Kyrie Irving, tout pour l’éthique de travail : « Je ne partirai pas du terrain sans lui »

Source photo : Cavaliers Nation

Pendant que les plateaux TV préfèrent se déchirer sur Lebron James et Kyrie Irving, on préfère se souvenir des meilleurs moments de ce duo et surtout raconter des histoires méconnues. Ky et Bron n’étaient pas des ennemis, bien au contraire, quand il s’agissait de travailler, les deux superstars n’avaient pas d’égal dans la ligue.

Cleveland aurait pu gagner une bague supplémentaire si Kyrie Irving ne s’était pas blessé lors des NBA finals 2015. On ne va pas évoquer un autre what if impossible mais le récit de ce papier part d’ici. Lors de la saison 2015-2016, les débuts de Irving sont catastrophiques. 13 points de moyenne au mois de décembre. 17.2 points au moins de janvier. Il ne dépasse pas les 10 points à 5 reprises durant ce laps de temps, une chose insensée pour lui. Logiquement, le meneur n’est pas sélectionné au All-Star Game. Après sa fracture, entre opération, rééducation et plus de match pendant 5 mois, Kyrie Irving est logiquement hors de forme. Travailleur acharné, il sait que son devoir est de s’entraîner encore plus. Peut être poussait-il trop mais c’était dans sa nature d’avoir une telle éthique de travail. Le champion NBA 2016 s’entraînait ainsi avant et après les entraînements, à domicile et à l’extérieur. Lebron James était souvent là pour l’accompagner. Durant une séance où les deux joueurs multipliaient les spots dans une séance qui devenait de plus en plus intense et longue, les esprits s’échauffent au bord du terrain…

Cette séquence se passe après un entrainement. Sauf que l’équipe est toujours présente car il faut savoir que dans ce gymnase, il n’y avait pas de douche. Toute l’équipe se tenait ainsi sur le côté en sueur, en attendant que les deux stars terminent. Les minutes passent, puis une heure. Le rookie de l’époque, Sasha Kaun, commençait à en avoir marre d’attendre. Andrea Varejao a bien observé son rookie et lui dit de se calmer, les médias sont aussi présents et il faut éviter une polémique inutile : « Il ne comprend pas. C’est la vie avec Lebron, parfois il faut attendre. » 20 minutes plus tard, le brésilien commençait à être aussi énervé, Kevin Love monte aussi en pression. Les entraîneurs annoncent qu’ils avaient des bails de prévus au resto. Kyrie Irving et Lebron James n’abdiquent pas, ils continuent de bosser et cette phrase de Bron résumera assez bien la relation qu’il a eu dans les moments de bonheur mais aussi les difficiles avec Kyrie :

« Je ne partirai JAMAIS du terrain sans lui. Ce qui veut dire que s’il est le seul à tirer, je ne partirai pas. Je ne partirai pas. Et il le sait. »

Lebron James savait que ses coéquipiers et ses coachs étaient sur le point de péter un câble. Tyronn Lue alors encore assistant à l’époque, devenait complètement fou et question de timing, lorsque Kyrie et Lebron en avaient enfin fini, leur futur coach leur cria dessus : « C’est grossier p*tain. C’est irrespectueux. » Lebron James a alors rigolé en lui disant de se détendre car quelques (rescapés) journalistes étaient encore présents. Est-ce que Lebron voulait montrer à tout le monde que Kyrie Irving ne sera jamais seul ? Que les deux stars avaient une éthique de travail de malade ? Sans doute un peu de tout ça. Conscient de leur état de nervosité, il avait un message à faire passer.

“Ils pouvaient nous laisser. Ils n’avaient pas besoin de nous attendre. Nous connaissons le chemin du retour. »

Le journaliste John Lloyd nous avait ainsi appris ce jour là que ces deux garnements n’étaient pas fait du même bois que les autres. Kyrie Irving arrivera à retrouver son niveau et guidera avec Lebron James, les Cavaliers au titre de champion lors de cette fameuse année 2016. Comment les fans des Cavs ne peuvent pas être attristés avec histoires pareilles…? On sait bien que le drama, les trolls et compagnies sont intéressants mais rien ne vaut les anecdotes qui parlent réellement de basket, pour comprendre les joueurs NBA.

Nicolas Batum passe un message pour ses haters : « Je ne suis pas cramé comme j’ai pu l’entendre »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Histoires