*
Connect with us

Histoires

Un rêve accompli après la déchéance : Marion Jones et la WNBA, une histoire d’amour qui aurait pu effacer toutes les désillusions en athlétisme

Marion Jones était brillante, belle, douée et rafla toutes les récompenses possibles en athlétisme lors de l’été 2000. Malheureusement, la vraie histoire est toute autre. Alors qu’elle était propulsée G.O.A.T de par ses médailles à Sydney et ses jeux olympiques dans sa discipline, elle était considérée comme la référence ultime en athlétisme, Marion Jones révélera qu’elle s’était dopée des années plus tard. Elle devra rendre ses médailles et passera même par la case prison pendant 6 mois, pour parjure. Mais aujourd’hui, on se focus sur sa carrière de basketteuse. Celle qu’on surnommait « Flash », avait malgré tout un talent générationnel.

A l’image de Lebron James avec le foot, tout comme Allen Iverson, ou encore Vince Carter avec le volley-ball, d’autres stars ont plusieurs dons. Pour Marion Jones, il s’agit du basket. Durant son parcours universitaire, elle suit les traces de Michael Jordan, en acceptant l’offre de North Carolina et aide son équipe à décrocher le titre national, bien qu’elle n’était que dans sa première année. Durant sa 3ème année en NCAA, elle ne jouera pas s’étant blessée. La malheureuse aurait dû être sélectionnée par team USA mais cette foutue blessure aura gâché ses rêves. Elle finira par définitivement se concentrer sur l’athlétisme. Ses 3 autres exercices sont formidables en NCAA et Marion marquera plus de 16 points par match, en étant considérée comme une top prospect du pays.

Puis vient les JO 2000. Marion Jones annonce vouloir choper 5 médailles, une performance jamais réalisée. Elle n’en prendra « que » 4, ce qui reste la meilleure performance all-time de l’époque. Toutes ses médailles lui seront retirées à cause du dopage. En 2003, elle sera draftée par Phoenix mais n’y mettra jamais les pieds. Les années 2000 seront une terrible épreuve pour l’ancienne pensionnaire de North Carolina, qui doit faire face à ses erreurs passées. Le dopage la rattrape et elle finira déchue en passant par la case prison. Marion Jones reviendra ensuite à ses premiers amours, le basket et plus précisément la WNBA. Elle signe en 2010 pour Tulsa. Jones disputera 33 matchs et devient la plus vieille joueuse à avoir startée dans l’histoire de la ligue. Marion sera coupée durant la saison suivante, pour offrir une place à joueuse plus jeune.

Après avoir été ruinée et endettée, avec notamment des maisons saisies, Marion Jones se rend compte de la valeur de la vie aujourd’hui. Désormais à Austin en tant qu’entraîneuse personnelle, elle n’hésite pas à parler à sa communauté pour ne pas que les gens qu’elle côtoie, fassent les mêmes erreurs passées. Durant les JO de  Sydney, on avait beau adoré Marion Jones, elle n’était en réalité qu’une voleuse. Comment ne pas penser à notre frenchy Christine Aaron, qui avait échoué en demi-finale en 2000. Comment ne pas penser à la médaille de bronze et d’argent, à qui Marion a volées des moments forts. Elle a payé très cher le prix de ses choix mais aujourd’hui Marion Jones mérite de vivre en paix. Sa vie pourrait être retranscrite en film, vu son parcours si unique.

Draymond Green met à l’amende une superstar NBA : « Il est hors de forme en ce moment »

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Rudy Gay victimisé par Stephen Currry au buzzer : l'injustice n'a pas lieu que dans la rue

  2. Pingback: Le pétage de plomb de Draymond Green : tentative de shoot de l'égalisation du logo... mais pourquoi ?!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Histoires