*
Connect with us

Histoires

Quand Charles Barkley bouffait du Mcdo, tout en gueulant sur ses partenaires à l’entraînement

Avec Charles Barkley, il y a toujours de belles histoires à raconter. Jamais avare concernant les fast-foods, le joueur se prenait pour une star, quitte à tyranniser ses coéquipiers, tout en bouffant son Mcdo au calme.

Le début n’est pas rêvé pour Charles Barkley quand il est officiellement devenu un joueur NBA. Les Sixers le draftent mais le trouvent trop gros. Sa draft est d’ailleurs une surprise, le propriétaire lui dit en face à face ne pas vouloir de lui à cause de son poids. Julius Erving et Moses Malone seront ses mentors, plus particulièrement ce dernier, qui a été sa plus grande influence. Il le défiait chaque semaine de perdre 3 à 4 kilos, encore et encore. Chuck s’exécutait et jouait de mieux en mieux. Les premiers mots de Moses Malone ont été d’ailleurs très durs quand il a rencontré Charles Barkley : « Tu es gros et mou. » Mais ça c’est dans l’ombre, car devant les caméras, il n’y a que de l’amour, comme pour prouver qu’il a confiance en son rookie :

« Tu peux voir que Charles Barkley voulait être un grand, mais il n’avait pas d’éthique de travail. »

Les 2 vétérans ont ainsi apprécié leur temps avec Charles Barkley. S’il leur a piqué les ficelles du métier pour être un hall of famer, il a aussi volé les mauvaises habitudes et quand il s’agit de bouffe, Barkley n’est jamais le plus timide. Pour se décrasser, Julius Erving et Moses Malone mangeaient parfois du Mcdo en faisant du vélo. C’est exactement ce que fera le consultant de NBA on TNT. Jayson Williams raconte cette histoire folle lors de son année rookie car Charles Barkley était son « vétéran » :

« Charles Barkley ne s’entraînait jamais. En 2 ans, il s’est entrainé 2 fois. Il avait l’habitude de faire du vélo 1 kilomètre (en réalité 1.6, le joueur s’exprimant en miles), en une heure. Il prenait du Mcdo, prenait un cake, de la sauce, du beurre et du sirop et enfilait ça comme une Tortilla. Ca avait l’air si bon, surtout quand vous avez la gueule de bois.

Il mangeait et il criait en même temps, « dépêchez vous de courir !!! » Tout en pédalant pendant 1 kilomètre. Et pendant ce temps nous courions et lui était juste assis de l’autre côté en train de crier « Voilà pourquoi on va jamais y arriver parce que vous les gars, vous ne courez pas !! » et il en mettait partout tout en criant »

On imagine tellement la scène avec Charles Barkley assis, qui dégouline tout son petit déjeuner bien gras après s’être mis K.O la veille, mais en ne faisait absolument rien le lendemain. Bien sûr, Charles Barkley a confirmé cette histoire :

« C’est la vérité, quand j’étais à Philadelphie. Dr J, Moses Malone, Maurice Cheeks ne s’entraînaient jamais, ils s’asseyaient sur le côté, sur les vélos, en train de manger du Mcdo donc quand j’ai eu un certain nombre d’années dans les jambes en NBA, j’ai adopté cette philosophie. Je jouais 48 minutes la nuit d’avant, je n’allais pas me lever le matin et allait m’entraîner. »

S’il fallait choisir un joueur pour multiplier les conneries dans l’histoire de la ligue, Charles Barkley était définitivement numéro 1. On parle beaucoup de l’éthique de travail mais le talent a forcément un rôle quand on parle de l’élite et notamment Charles, qui reste l’un des meilleurs joueurs de l’histoire malgré son amour pour la bouffe.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Histoires