*
Connect with us

Analyses

Derrick Rose était un homme trop bresson par le passé : tiens, tiens, le même discours que Lebron en 2011 ?

Source photo : doublie
Les grands esprits se rencontrent ! Derrick Rose veut retrouver l’amour du jeu et il n’y a rien de mieux quand on joue avec Lebron James. C’est plus marrant quand on gagne non ?

Nous sommes à la fin de la saison 2010-2011, Lebron James vient de se faire tuer par Dallas. Il s’enfermera comme une ado dans sa chambre après un gros chagrin. 2 semaines enfermées pour réfléchir à sa vie et le pourquoi du comment d’un échec. Il décide alors d’apaiser son âme et de retrouver l’amour du jeu ! Lors de cette fameuse année, Lebron James était l’ennemi public numéro 1 et plutôt que de jouer pour le fun, il avait ce sentiment de haine et de revanche. Par la suite, le numéro 6 nous livre un exercice formidable et sa progression n’en sera que fulgurante.
Derrick Rose semble vouloir prendre exemple sur lui car:

« J’étais dans un mood sombre il y a quelques années. Par sombre, je veux dire que je jouais avec un esprit de revanche et ce n’était pas ma façon de jouer. J’adore la compétition mais lorsque je suis revenu c’était pour essayer de revenir au top et donner tort à tout le monde. Je sais  ce que je suis en tant qu’homme, je sais qui je suis en tant que joueur et personne. Il n’y a plus aucun intérêt à faire ça désormais. « 

Un état d’esprit à la Damian Lillard et John Wall en soit. Il n’y a rien de mal à ça mais la signature de D-Rose à Cleveland en dit long sur son mood. Il aurait pu signer dans un tas d’équipe en étant titulaire. Certes des équipes de bas de tableau et il aurait pu s’en satisfaire. En venant chez les Cavs, il savait qu’il serait remplaçant et cela montre son état d’esprit de vouloir gagner. Le gros défi pour lui cette saison sera de rester en bonne santé et surtout performer histoire de choper un dernier bon contrat. N’oublions pas qu’il n’a que 28 ans et non 38, comme il le déclarait il y a peu de temps. La balle et ses cheveux horribles sont dans son camp, à lui de transformer ses paroles en acte.

En plus de retrouver la paix avec lui même, il retrouve un spot de titulaire en attendant le retour d’Isaiah Thomas. Dans une équipe qui gagne et sans le bordel de New-York, il nous doit une grande saison !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Analyses