*
Connect with us

Histoires

Aucune vanne, Russell Westbrook n’était pas athlétique durant sa jeunesse : son premier dunk a eu lieu seulement à 17 ans

Russell Westbrook est un monstre physique et athlétique mais ce n’était pas censé être la destinée du joueur. Russ était en réalité un gars « normal », il a dû travailler pour en arriver là où il en est.

La fin de carrière de Brodie sera intéressante à suivre, bien qu’on en est encore très loin. Contrairement à un Kevin Durant ou James Harden, lui ne pourra se reposer sur son shoot à 3 points, à cause de la façon dont il est irrégulier dans le domaine. 30.5% en carrière et depuis 3 ans, le meneur de jeu n’a pas réussi à dépasser cette barre des 30%. Son jeu repose en grande partie grâce à ses qualités athlétiques et quand il était plus jeune, monsieur « Why Not » n’était pourtant pas prédisposé à être l’homme volant qu’on lui connaissait. Pour cela, il faut revenir à ses heures de gloire en high school. Né le 12 novembre 1988, Russell Westbrook a fait ses gammes au lycée de  Leuzinger. 

Le bébé naquit à Long Beach en California. De son vrai nom Russell Westbrook Jr. Comme tout gamin, il avait un meilleur ami. Il se nommait Khelcey Barrs III. Les deux enfants avaient un rêve, aller ensemble à la grande fac de UCLA pour jouer ensemble. Malheureusement, son best Khelcey meurt en 2004 (on y reviendra dans une autre « story »). Quand il rentre au lycée, il ne fait que 1.74 pour seulement 64 kilos. Oui, on parle bien de l’affamé MVP 2017 que l’on connaît tous. Russ n’est pas dans le cinq de départ lors de sa première année, le Rocket devra attendre sa saison junior. Aucun recruteur ne s’intéresse à lui, l’homme qui ira pourtant dans la prestigieuse école de UCLA. C’est alors que durant sa dernière année, le prodige californien atteint sa forme parfaite, il est désormais adulte. Pendant ces 3 années, il a bossé d’arrache pied sur son corps et à ce moment là, le numéro 0 réalisera son premier dunk. Il a pourtant déjà 17 ans !!! Le trentenaire s’en explique sur le premier moment fort de sa carrière :

“Nous jouions l’école rivale. J’ai réalisé une interception et je pensais pas que j’allais le faire. J’ai sauté le plus haut que j’ai pu. J’étais vraiment excité – je savais que je donnerais le momentum à notre équipe et que ça allait nous chauffer. La chose plus importante c’est que nous avons gagné le match. »

Durant sa dernière année, Russell Westbrook explose aux yeux de ses coéquipiers. Il termine sa saison à  25.1 points, 8.7 rebonds, 3.1 interceptions, et 2.3 passes. Son lycée gagne 25 matchs sur 29 possibles. Russ établira son record de points avec 51 unités et plus encore, dépassera la barre des 30 points 8 fois. Malgré être devenu un crack individuellement, tout en faisant gagner son équipe, ce n’est pas assez pour être un elite player au lycée. Les gros programmes universitaires ne s’intéressent pas à lui jusqu’à ce que l’entraîneur de UCLA, Ben Howland, le contacte, après que Jordan Farmar se présente à la draft. Désormais au top physiquement, rien ne l’arrête mais il a dû travailler d’arrache pied pour arriver à ce niveau :

“Pour être honnête, je ne sautais pas aussi haut quand j’étais plus jeune. J’ai dû travailler dessus. Je n’ai dunké que pour la première fois lors du dernier match de mon année sénior au lycée (dernière année). Je n’ai que commencé à dunker régulièrement à l’université. J’ai juste travaillé mes jambes. Monter les escalier, Squats, travailler mes cuisses, mes ischios etc. »

Comme quoi, le travail paie toujours et des années plus tard, Russell Westbrook est devenu un des meilleurs joueurs de l’histoire. Il lui reste maintenant quelques années pour aller cherche le titre.

The Jordan Rules : L’envers du décor du 1er titre de MJ, qui changera à jamais l’histoire de la NBA

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Histoires