*
Connect with us

Histoires

Quand Shaquille O’Neal fait exprès de faire des fautes car il est trop cramé par l’altitude

On en fera pas 2 des joueurs comme Shaquille O’Neal. Il était si fort, si naturellement. Bien sûr, il s’entraînait, toutefois, comme le disait si bien Kobe Bryant, lors d’un passage dans  la faculté de sa fille Natalia Bryant, un peu après sa retraite, Shaq aurait pu être le GOAT. L’un des points faibles de la légende vivante, c’est son physique ou plutôt son état physique. Ironique quand il est un monstre athlétique.

Si elle s’appelle la Ball Arena, la salle des Nuggets se prénommait autrefois le Pepsi Center. Oui, ça claquait bien plus. Cette salle est assez spéciale par rapport aux autres en NBA. Denver est situé dans le Colorado, en plein milieu des montagnes. Accrochez vous parce qu’on va monter très haut. La salle est située à 5280 pieds. Pour mieux comprendre, elle est tout simplement à 1609 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ces chiffres paraissent impressionnants et peuvent ne pas faire parler. Explications. Quand le corps humain se retrouve à 400 mètres d’altitude ou plus, le corps commence à encaisser. Si vous avez déjà été en montagne ou pour faire le BG au ski, vous savez de quoi en parle. En haute altitude, le souffle est plus difficile, un rythme cardiaque accéléré et donc efforts multipliés. Tous les joueurs le ressentent, un plus qu’un autre, il s’agissait de Shaquille O’Neal :

« J’étais si fatigué que je ne pouvais plus respirer. Je luttais. Je fais trois fautes rapidement. Phil [Jackson] me dit : « Je sais ce que tu fais. »

En l’occurrence, Phil Jackson savait qu’il faisait des fautes pour sortir du match. Cela était arrivé au début des années 2000, quand il jouait pour les Lakers. Shaquille O’Neal n’a jamais été un gros bosseur et la prise de poids à travers les années a eu raison de lui. On se souvient de son body à Orlando, il était si intenable, un intérieur rapide, agile et avec un toucher incroyable. Chez les Lakers, c’en était fini de ça. Il est devenu un joueur exclusivement en pick and roll et au poste bas. Terminé les contre-attaques à partir des années 2001/2002. Cela ne l’empêchera pas de gagner un titre à Miami par la suite mais c’est justement car son corps et plus précisément ses genoux, que sa santé ne suivait plus. Faut dire qu’il a encaissé. Lors du threepeat, il a tourné à 45 minutes de moyenne en 2000 et 2001, lors des finales . En 2002, il tournait même à 41.5 contre les New Jersey Nets. S’il écrasait tout, c’est assez physique de se prendre des coups car personne ne pouvait l’arrêter.

Sans parler des fans, de l’ambiance, la salle la plus compliquée à jouer est bien l’ancien Pepsi Center. Cette anecdote un peu folle de Shaquille O’Neal prouve à quel point ça devait être un enfer de jouer si haut en altitude.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Histoires