Preview Milwaukee Bucks – Le focus : A t-on vu les limites d’Eric Bledsoe en tant que meneur titulaire ? – The Daily Dunk
Connect with us

Analyses

Preview Milwaukee Bucks – Le focus : A t-on vu les limites d’Eric Bledsoe en tant que meneur titulaire ?

Source photo : SB Nation

C’est parti pour la troisième et dernière partie de la preview des Bucks avec le focus. Celui-ci peut se porter sur le facteur X, sur un joueur attendu au tournant ou sur un joueur pouvant connaitre une breakout year. C’est le choix de la rédaction une nouvelle fois et les avis peuvent-être différents. 

Eric Bledsoe

Il fut un temps où Eric Bledsoe était le meneur back-up de Chris Paul et qu’on prédisait à « Mini LeBron » une bonne carrière de meneur starter. Voilà qu’il est le meneur titulaire d’un contender…et que ses saisons régulières sont plutôt bonnes, surtout celle du dernière exercice. Cependant, il y a un problème avec Eric, c’est que dès que le niveau s’élève, le joueur disparaît comme Thiago Silva dans les grands matchs. Une première fois contre Terry Rozier, et une deuxième fois contre Kyle Lowry. Contre ce dernier, Eric Bledsoe a pris très cher avec 10 points par match avec des pourcentages que nous pouvons juger de catastrophique, immondes, affreux (30% au tir, 16% à trois points). Alors, Eric Bledsoe est sans doute un bon meneur de banc, un bon meneur d’une équipe sans ambition…mais est-il réellement un bon meneur pour un contender ? Il semblerait que nous ayons vu les limites de Mini LeBron et qu’il fait plus de mal que de bien à son équipe, surtout en prenant son vis-à-vis de très haut. Et ce n’est pas la première fois qu’il commet ce type d’erreur. Et ce monsieur a bientôt 30 piges. Et lorsqu’on voit à quel point un meneur est impactant chez les contenders, on peut se demander si les Bucks ont fait le bon choix de le prolonger à un prix si élevé. 

Pour les raisons expliquées dans l’article, Eric Bledsoe nuit aux bons résultats de son équipe, notamment en playoffs. Car effectivement, la post-season est d’un niveau différent, d’une intensité différente, et ça fait quelques années qu’il se chie dessus comme le PSG en quarts de finale. 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Un voyage à gagner à Brooklyn e participant à la bonne cause




SOIRÉE NBA @ TOULOUSE LE 22 OCTOBRE




More in Analyses