*
Connect with us

Previews

Preview #3 Milwaukee Bucks vs Miami Heat #6 : vrai reboot ou nouvelle bataille ?

Aujourd’hui tout va commencer, l’heure que les fans rêvent durant des semaines voire des mois. Les playoffs. Le Heat ouvre le bal face à Milwaukee et c’est tout sauf une affiche normale. Ce n’est autre que le remake de l’an passé mais les Bucks semblent avoir l’avantage cette saison de par la saison décevante de potes de Jimmy Butler. Sequel ou reboot ?

Arrières Miami Heat

On commence par le poste 1 et 2. Kendrick Nunn a été évincé de la rotation lors des playoffs passés, difficile d’en vouloir à Spoelstra, le Heat étant allé en finale. La donne a changé depuis, plus de Covid pour le meneur, un meilleur rythme et une mentalité agressive. Il prend sans doute cette série comme une revanche. Son dernier match des Bucks ? 32 points il y a à peine quelques jours. Il aura faim d’en découdre et n’a pas à mener le jeu avec Butler et Adebayo en tant que créateurs principaux. Son job sera de scorer, shooter et faire du mieux qu’il peut en défense. À côté de lui ? Duncan Robinson. Décevant ? Ce serait dur de qualifier la saison de Duncan Robinson de cette manière. Irrégulière ? Absolument. Après tout, à l’image de la franchise floridienne. Le bougre tourne tout de même à 13.1 points à 40.8% à 3 points, ce qui reste un pourcentage hors norme. Le vrai problème pour ce backourt, c’est de pouvoir défendre sur celui d’en face. Jrue Holiday n’est pas Eric Bledsoe, ce dernier utilisera forcément ses qualités techniques et athlétiques pour prendre le dessus et une partie de la réussite de la série se jouera là-dessus.

Report: Kendrick Nunn leaves NBA campus for personal reasons | NBA.com

14.9 points à 50.9% au shoot, 39.8% à 3 points, 3 rebonds et 2.6 passes depuis le Break Du All-Star

Arrières Bucks

Comme évoqué plus haut, Jrue Holiday sera l’élément changeant. Khris Middleton est un très bon joueur mais avoir un joueur de ce calibre, capable de porter la balle, défendre, soulager ses coéquipiers en créant sur pick and roll mais aussi jouer sans ballon, sans oublier une bonne réputation en playoffs, c’est quand même bénéfique. Surtout comparé à Eric Bledsoe : Meilleur passeur, meilleur intercepteur de son équipe, son apport n’est pas négligeable : 17.6 points, 6.1 passes, 1.6 interception par match.  Donte DiVincenzo restera dans son rôle bien précis, autrement dit la plupart du temps, shooter. Il est essentiel de par le fait d’ouvrir le terrain pour son capitaine Giannis, qui en général en profite pour attaquer la peinture avec 4 solides shooteurs autour de lui. Il a bénéficié d’un bon temps de jeu et on devrait le retrouver sur Duncan Robinson au marquage.

https://i2.wp.com/www.basketusa.com/wp-content/uploads/2021/04/jrue-holiday.jpg?resize=1000%2C667&ssl=1

Jrue Holiday possède un defensive rating de 111.2

Ailiers Heat

Jimmy Butler attaque sa deuxième saison au Heat. Relativement décevante d’un point de vue collectif, il vit pour les moments comme les playoffs. Le joueur tourne à 21.5 Points, 6.9 rebonds, 7.1 passes, difficile de lui en vouloir pour quoi que ce soit. Pourra t-il prétendre à une campagne de playoffs digne de 2020 ? Ce sera son grand défi et les Bucks pourraient l’obliger à shooter de loin, ils ont été témoins de l’expérience l’an passé, le natif du Texas s’était promené, pouvant trop facilement créer, scorer et jouer à outrance balle en main, notamment à mi-distance. S’en suit « tout le problème » du Heat. Jae Crowder n’est plus là, il avait réussi une édition de playoffs 2020 somptueuse, déjà avec une campagne stratosphérique, mais aussi avec une dureté qui manquait au Heat. Un véritable soldat qui est remplacé par Trevor Ariza. Il remplit à son tour ce même rôle mais avec une efficacité et un apport bien moindres. Sans doute envoyé en mission sur Giannis pour économiser Jimmy Butler, il devra sortir le basket de sa vie, surtout avec les quelques shoots dont il héritera.

https://i2.wp.com/www.basketusa.com/wp-content/uploads/2020/09/Bam-Adebayo.jpg?resize=1000%2C667&ssl=1

1.080 point encaissé par possession, Miami possède la 7ème défense la plus efficace de la ligue

Ailiers Bucks

Et bien sûr, parlons-en de Giannis Antetokounmpo. Injustement oublié pour le titre de MVP cette saison, il fait sensiblement la même saison que l’an passé : 28.1 points, 11 rebonds et 5.9 passes de moyenne Mais saura t-il vraiment capable d’enfin réussir face au Heat ? Encore cette saison, il tourne seulement à 16.7 points face à la clique de Goran Dragic et n’arrive pas à aller chercher ses points comme face aux autres équipes. Mais comme la phrase le dit si bien, les playoffs n’ont rien à voir avec la saison régulière. On retrouve bien sûr Khris Middleton à ses côtés auteur d’une saison à 20.4 Points, 6 rebonds, 5.4 passes et pourtant pas All-Star en 2021. Il avait mal fini la série face à Miami mais avait plutôt assumé son statut malgré sa maladresse (25.6 points à 41.7%). L’ancien ailier des Pistons devrait avoir plus de libertés grâce à Jrue Holiday et son matchup sur la star adverse devrait être limité. A priori, la triplette Giannis, Jrue et P.J devrait s’occuper de Jimmy Butler.

La shortchart de Giannis Antetokounmpo cette saison (via statmuse)

Pivot Heat

Bam Adebayo a la rage. Non sélectionné pour le titre de DPOY, son agressivité sera la clé de la série. Parfois incapable de se mettre dans le bon mood en se limitant à autant de shoots que Trevor Ariza, il se doit d’être agressif et montrer qu’il est vraiment ce max player. En défense, on se faire guère de soucis. Reste à savoir quel sera le plan de jeu de Spo à ce niveau. En frôlant le triple double de moyenne face aux Bucks cette saison, il ne vient pas en terre inconnue.

Pivot Bucks

Brook Lopez est véritablement le seul joueur à avoir assumé son statut l’an passé contre le Heat. 18.2 points, à 55.8% au shoot, dont 40% à 3 points. On attendra de même de sa part et sa capacité à bien défendre au large pourrait bien embêter Bam Adebayo, qui n’aime pas qu’on le bouscule. Attention à ne pas le sous-estimer, il réalise sa meilleure saison depuis son ère aux Nets.

NBA - Brook Lopez bat un nouveau record pour un pivot

Banc Heat

Goran Dragic et Tyler Herro ont sorti des playoffs de fous furieux l’an passé. Pas loin d’être noté à 10/10, leur saison 2020-2021 a été en revanche bien plus compliquée. Quant à Goran Dragic, il a paru souvent nonchalant et réalise tout simplement sa moins bonne saison depuis qu’il est arrivé ici. Dans cette rotation courte, on devrait ensuite retrouver Nemanja Bjelica, de par son adresse extérieure. Dedmond sera de la fête pour être le back de Bam Adebayo. Dur au mal, il a apporté de nombreuses fois, ces petits détails. Des rebonds, des contres, des écrans, Spo saura bien l’utiliser. Mais en playoffs, les stats ne veulent rien dire, Andre Iguodala aura de nouveau de grosses responsabilités. Il sera envoyé au charbon sur Giannis Antetokounmpo. Son expérience en playoffs parle pour lui et s’il met quelques shoots ici et là, le Heat lui en sera grandement reconnaissant.

Not-so-secret weapon: Pick-and-roll benefiting Giannis Antetokounmpo, Khris  Middleton and Bucks – The Athletic

6ème équipe la plus efficace en pick and roll (0.95 par possession)

Banc Bucks

C’est le pêché mignon de coach Bud. Avec une rotation trop élargie pour les playoffs, va t-il enfin la restreindre ? La qualité est présente sur le banc. Avec le shoot de Bryn Forbes, la polyvalence de Bobby Portis et le soldat Pat Connaughton. On pourrait se limiter à ses joueurs mais on sait bien que l’entraîneur ira pousser pour aller chercher un Jeff Teague… mais pour The Daily Dunk, l’élément le plus important sur le banc, encore plus dans cette série, c’est P.J Tucker. Il est venu à l’est pour ça, défier les KD, Butler, Tatum et compagnie. Le défi face à Jimmy Butler s’annonce hardcore. On a hâte de voir ce duel de costauds.

Attaque Heat

Miami possède seulement la 25ème attaque la ligue et c’est assez embêtant, sachant qu’elle aussi l’une des pires équipes au rebond. Il faudra donc comptabiliser sur une efficacité monstre. Leur moyenne à 3 points a relativement baissé en playoffs. Leur système de jeu est solide mais il faut mettre dedans de loin à l’image des derniers playoffs. L’équipe est relativement complète hormis ce souci d’adresse. Elle peut jouer sur les switchs, sur p&r, partager le ballon ou en isolation. Il faut maintenant retrouver un semblant de confiance… Car de l’autre côté, elle fait plutôt le boulot avec une défense qu’on ne présente plus.

Attaque Bucks

Avec Jrue Holiday en plus, les Bucks s’octroient le droit d’être encore plus complet. Un autre joueur de ce niveau qui porte le ballon offre encore plus d’occasion de finir à 3 points et permet assez souvent de voir Giannis Antetokounmpo attaquer le côté faible, parfois même en attaquant le rebond offensif. Reste à savoir si le coquin va prendre des shoots à 3 points insensés en tête de raquette, il s’agit de son plus gros défaut. Les chiffres parlent d’eux mêmes, il s’agit de la meilleure attaque de la ligue… Bam Adebayo veut prouver sa valeur ? C’est le moment de le faire et être influent comme jaja.

Défense Heat

Parlons maintenant donc de la défense et de ce fameux Bam Adebayo. Être efficace sur switch c’est bien mignon, le pivot va devoir se faire violence aux rebonds. La clé en défense se joue dans ce registre. Les Bucks vont forcément mettre dedans, le plus important sera de sécuriser la gonfle et ne pas offrir de secondes chances. On devrait retrouver par séquence de la zone, bien que cela signifie donner beaucoup de shoots à 3 points. Jae Crowder manquera énormément par rapport à l’année dernière. Trevor Ariza a beau joué les bad boys, son body peut freiner le Heat et c’est là qu’Andre Iguodala aura de nouveau son importance. Petit stat qui fait plaisir, Miami a la 4ème défense de la ligue.

Défense Bucks

Ironiquement, la défense de Milwaukee a baissé en efficacité avec la venue de Jrue Holiday. Toutefois, les chiffres sont à prendre en compte sur un plus grand nombre de possessions. Par rapport à l’an passé, les Bucks ont pas mal de joueurs capables de défendre sur Jimmy Butler. Idem pour Bam Adebayo. Devenu intraitable sur le porteur du ballon en pick and roll en défendant parfaitement en drop, cela pourrait impacter l’apport de Jimmy Butler…

Plus que sur le talent des joueurs, c’est surtout tactiquement que cette série se jouera. Mike Budenholzer n’a jamais su répondre et dans aucun registre l’an passé. Il sait à quoi s’attendre dorénavant et on misera sur une courte victoire de Milwaukee 4 à 2, voire 4 à 1 avec un peu de chance. Début de la série à 20 heures !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Previews