*
Connect with us

Actualités

Preview #2 – Milwaukee Bucks : Les patrons vont ils (enfin) hausser leur niveau en playoffs?

Source photo : The Ringer

La meilleure des ligues revient à partir de demain soir…sans les Bucks. Pourtant, Milwaukee s’est imposé comme l’une des meilleures équipes, sans véritablement assumer son statut en playoffs. Et c’est aussi l’équipe que nous allons traiter dans notre avant dernière preview.

Contexte

Comme la dernière saison, la régulière a été un long fleuve tranquille pour nos amis les Bucks. La franchise n’a jamais été inquiétée dans son statut de leader de sa conférence et a achevé la saison avec 56 victoires et 17 défaites. Mais comme l’exercice 2018-2019, les Bucks, Giannis Antetokounmpo et Mike Budenholzer ont montré leurs lacunes et limites en playoffs, et Milwaukee a été dominé par le Heat (4-1) au second tour. Néanmoins, on retiendra malgré tout la prolongation du Greek Freak juste après son double MVP – DPOY. 

La recrue phare

Si Giannis Antetokounmpo voulait Bogdan Bogdanovic et/ou Bradley Beal, le double MVP en titre aura Jrue Holiday. Et c’est déjà très bien, car au moins, c’est un meneur qui jouera pour Milwaukee en post-season, ce qui n’était pas vraiment le cas de Bledsoe. Outre le fait que le meneur soit une upgrade sur le poste, c’est aussi un joueur multifonction qui répondra aux attentes du coach. Première lame défensive, soutien de poids au playmaking, bonne capacité à scorer ainsi qu’une belle expérience, Jrue Holiday représente le joueur idéal voulu par le franchise player.

Review de l’effectif 

  1. On vient d’en parler : l’ajout de Jrue Holiday à ce roster est un énorme coup. Ce n’est pas forcément celui qui va faire le plus de bruit, mais bordel, quel volume de jeu chez le meneur. L’ancien meneur des Sixers et des Pelicans vient avec l’étiquette de l’éternel joueur sous côté…et un titre (individuel ou collectif) pourrait enfin le place à sa juste valeur. Autre renfort très intéressant : DJ Augustin. Le meneur est aussi assez sous estimé pour un joueur qui répond souvent aux attentes et est largement capable de porter la second unit.
  2. Laissée vide par Wesley Matthews, la place de titulaire va revenir à Donte DiVicenzo. Pas exactement le même profil, cependant, son rôle sera assez similaire, celui de se mettre en retrait pour rendre service au collectif. A lui de saisir sa chance. En back-up, nous retrouverons Bryn Forbes qui peut être intéressant lorsqu’il faut débloquer des rencontres quand les joueurs majeurs passent à côté de leur match.
  3. On pourrait croire que Khris Middleton est le franchise player lorsqu’on s’aperçoit qu’il met les tirs importants en fin de match. Mais non. Toutefois, son niveau de jeu est très élevé, et sa productivité est assez incroyable. Il n’a pas les tirs les plus faciles, mais ça rentre souvent. Pat Connaughton sera son remplaçant et il continue de nous offrir quelques highlights.
  4. Sur le poste 4, le patron Giannis Antetokounmpo est toujours là, pour un long moment en plus. Le Greek Freak devrait encore dominer en saison régulière, mais maintenant, il est attendu au tournant en playoffs. Gros statut pour un rendement assez faible en post-season. Le Grec doit step-up à partir de mai s’il veut que lui et son équipe franchissent un cap. Giannis sera supplée par Torrey Craig, et là encore, c’est un magnifique renfort en discrétion. 3&D, l’ailier passé par Denver incarne parfaitement le soldat de la NBA d’aujourd’hui. 
  5. Enfin pour la raquette, il faut faire de la place à Brook Lopez. Ah bah non, le pivot passe son temps derrière la ligne à trois points. Mais heureusement, car BroLo est essentiel à la réussite de Giannis et des Bucks. Il s’est parfaitement adapté à la NBA moderne, et on peut dire que son travail porte ses fruits. Bobby Portis a rejoint l’équipe pour fournir du scoring en sortie de banc. L’intérieur n’est plus dans les organisations horribles de Chicago, Washington, New-York…et place à l’explosion ? Et on ne parle pas du nez de Nikola Mirotic.

Le joueur à surveiller

Donte DiVicenzo : les départs d’Eric Bledsoe, de Wesley Matthews et la non venue de Bogdan Bogdanovic libèrent une place dans le cinq et c’est l’arrière qui en profite. Une opportunité en or pour lui, même s’il devra se mettre au service du collectif. C’est à dire que Donte DiVicenzo devra défendre et surtout trouver une vraie régularité à trois points. Depuis son arrivée en NBA, l’arrière peine à enchainer les bonnes performances. Avec un plus gros temps de jeu et un rôle défini sur le long terme, c’est peut-être la meilleure des choses pour Donte DiVicenzo.

Objectif

A Milwaukee, les objectifs ont toujours été assumés mais malheureusement, la franchise a toujours déçu en playoffs. Et encore une fois, les Bucks vont jouer le titre, la première place, le MVP, le défenseur de l’année, etc. Cependant, ça fait deux-trois ans que les hommes de Mike Budenholzer butent en finale de conférence (ou avant) car les défauts des joueurs sont trop visibles chez les adversaires. Il est temps de gagner.

Les raisons de suivre les Bucks

  • Giannis Antetokounmpo : on a le sentiment que le Greek Freak a réalisé deux fois la même saison : deux saisons monstrueuses et en playoffs, ça tousse, car son shoot n’est pas fiable. Et le résultat est sans appel : ce n’est pas le Giannis de la régulière et son niveau baisse. Désormais on attend plus le Grec en régulière, ce sont les playoffs qui comptent.
  • Mike Budenholzer : c’est un peu le même son de cloche chez le coach des Bucks. Arrivé facilement en tête de l’Est pendant deux saisons consécutives, Coach Bud perd ensuite ses moyens en playoffs et ne parvient pas à s’ajuster. Sauf que Mike Budenholzer est remplaçable plus aisément que Giannis Antetokounmpo… Saura t-il s’adapter ? C’est le grand début de la saison.

Les contrats

*Player Option*Team Option

Encore une fois, les Bucks devraient facilement prendre les devants à l’Est. Et ensuite, c’est marrant de mettre des 4-0 à Orlando, Detroit et autres petites équipes. Mais par la suite, ça pêche, et malheureusement pour eux, l’histoire se répète tous les ans…pour la même raison.

Donovan Mitchell s’exprime sur l’énorme contrat de Rudy Gobert

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités