Connect with us

Histoires

Personne ne gagne autant que Maya Moore : le bilan effrayant de la première athlète à avoir signée chez Jordan

Maya est une force de la nature et si on ne sait pas trop si elle reviendra sur les terrains, survolons sa carrière en terme de victoires et son parcours est édifiant.

« All i Do Is Win. » Est-ce que Ludacris, DJ Khaled et leurs potes se sont inspirés de Maya Moore pour écrire leur titre de rap ? Sans doute pas. Mais c’est bien en 2012, lors de l’année de ce tube, que Maya Moore commencera à exploser à un niveau mondial. Et on ne parle pas de victoires au basket, qu’elle collectionne déjà mais bien de reconnaissance par ses pairs. Kobe Bryant disait de Maya Moore qu’elle pourrait jouer en NBA mais le commentaire le plus impressionnant venait de Kevin Durant himself. S’il est un twittos encore plus fou que Rebeudeter, il est un des meilleurs analystes du jeu :

« Elle fait des choses sur un parquet que LeBron pourrait faire, le lendemain elle peut jouer comme Kobe et le soir suivant comme Melo »

Cela en dit long sur le respect qu’elle procure. Comme évoqué en préambule, elle est la première femme signée chez Jordan. Malheureusement pour les fans des basket mais heureusement pour l’humanité, elle a arrêté le basket pour sauver un homme d’une injustice à cause d’un meurtre qu’il n’avait pas commis. Maya Moore arrivera à le faire sortir et finira par l’épouser, une histoire comme on en fait plus mais avant le plus beau jour de sa vie, il y a eu d’autres belles stories et tout commence au lycée. Maya Moore explose déjà tout sur son passage, 4 ans, 4 tournois nationaux AAU remportés, 3 championnats d’état et 2x élu joueuse de l’année. Le bilan de Maya Moore au lycée : 125 victoires et 3 défaites…

Si les joueurs NBA sont scrutés au lycée, il faut souvent attendre l’université pour les joueuses. La plupart des futures WNBAers restent 4 ans, bien que le minimum pour partir dans la grande ligue est de 3 ans (cela dépend des études entamées). Elle commence de manière ahurissante ses années à la fac avec le titre de meilleure 1ère année et surtout deux titres en 2ème et 3ème… Si elle ne remportera pas plus de titre national par la suite, Maya Moore finit avec un bilan de 150 victoires pour 4 défaites à l’université. La défaite ? Elle ne connait pas. Et c’est à la fin de son parcours que la joueuse gagnera l’opportunité de signer chez Jordan Brand, avant ses années pro en WNBA. Yup. Bien avant Zion Williamson.

Son entrée chez les pros est attendue de toutes et tous. Maya Moore réussit à gagner le titre de rookie de l’année et au bon endroit au bon moment, remporte 4 titres WNBA en 7 ans. Dès son arrivée, elle remportera d’ailleurs le championnat, ce qui en dit long sur ses capacités à mener une équipe. Au fil du temps, c’est son jeu qui évolue. Elle s’inspire de Michael Jordan qui est dominant des deux côtés du terrain. Comme chaque rookie, elle se fait attaquer par les stars adverses, à peine deux années plus tard, la numéro 23 de Minnesota chasse elle même les scoreuses adverse, du poste 4 au poste 1. MVP, MVP des finales et même à l’international, Maya gagne tout, qui pourrait faire exploser notre clavier si on décidait de citer tous ses trophées. Après un bilan de 222 victoires et 70 défaites en WNBA, son effrayant bilan All-Time se calcule à 497 victoires en 575 matchs…

Maya Moore ne peut pas nous quitter comme ça, on espère que dès la saison prochaine, elle pourra revenir sur les terrains, au moins pour un dernier tour d’honneur… En attendant, son palmarès parle pour elle et Maya peut regarder n’importe quel athlète de n’importe quelle époque dans les yeux.

Les stats irréelles de Lebron James au lycée avec un bilan 101 victoires et 6 défaites

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"







More in Histoires