*
Connect with us

Analyses

Norman Powell prolonge pour 42 millions : et si Toronto avait son big three ?

Source photo : Sharp Magazine
La banque des Raptors est tellement folle en ce moment, qu’il faudra peut être demander des sous-sous à Drake. Nouvelle signature cet été après Kyle Growly et Serge Iblocka !

Et bien voilà un très bel été du côté de Toronto, peut être l’un des meilleurs de la ligue. Quand le visage biactol de la franchise s’appelle DeMar DeRozan, il faut mettre tout en oeuvre pour essayer d’aller embêter les Warriors et les Cavaliers. En plein prime (à l’anglaise praaaaaymeeuh), il faut mettre le paquet pour que l’équipe reste un minimum compétitive. Alors ce n’est pas Klay Thompson, Isaiah Thomas ou encore Draymond Green mais avoir signé un gars comme Norman Powell, c’est tout de même une belle garantie.

42 millions de dollars sur 4 ans, c’est même gâteau, surtout au vu du prix exorbitant du marché. Le jeune joueur de 24 ans (25 mai) peut être fier de lui. Personne n’aurait misé sur lui il y a quelques années. Deuxième tour de draft, il fallait avoir le mental d’Allen Iverson pour s’imposer à Toronto. Dans le canada, on adore collectionner les arrières et il peut être heureux de s’être imposé et collecter ce joli chèque !

Norman Powell a été révélé au grand jour lors d’une certaine série de playoffs face à… Paul George. Dans cette série en 7 matchs, il lâche deux performances à 10 points. Cependant, c’est son match 7 qui va faire énormément de bruit. Depuis la série face à Allen Iverson, Toronto n’avait jamais plus passé le second tour. Un match 7 mémorable qui avait détruit le cœur de tous les canadiens. Et alors qu’on attendait DeRozan ou Lowry, c’est Norman Powell qui allait surprendre tout le monde. Une performance à 12 points, une défense à la Tony Allen et une interception suivi d’un dunk à la « Air Canada » qui allait changer toute l’issue de la série et faire exploser le pubic. A partir de ce moment, Toronto ne fut plus la franchise de la loose.

Considéré comme un jeune espoir, Norman Powell est maintenant un joueur cadre de l’équipe. Du côté Toronto, le centre de formation est encore plus académique que celui d’Arsenal. Quand tu joues arrière, tu dois savoir faire deux choses. Dunker et balancer à 3 points. Cela existe depuis la nuit de temps entre les T-Mac, Vinsanity, Ross, Deebo et bien sûr Norman Powell. Encore en pleine progression, c’est le moment de performer et si le cinq de départ n’est pas encore connu, il n’y a pas de surprise pour nous sur le choix du 3 titulaire aux côtés de DeRozan.

Vous avez préparé le marteau ? Ça va dunker sévère à Toronto. Sans faire de vague, le cinq de départ est l’un des plus forts de la ligue, c’est au coach maintenant de faire le taff et à ce niveau il y a peut être du souci à se faire.
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Analyses