Connect with us

Actualités

Le nouveau craquage d’un Evan Fournier au fond du trou…

NBA – Evan Fournier n’est plus lui même et on l’a jamais vu autant galérer en NBA que maintenant. Craquage est un mot faible pour décrire ce qu’il a réalisé hier et difficile de ne pas s’alarmer sur sa situation.

Lors de son dernier match, on commençait déjà à avoir peur. Il avait terminé par un affreux 0/5 au shoot, 0/3 à 3 points mais il avait au moins mis 3 lancers. Cette nuit ? On peut clairement dire que c’est l’hécatombe. Evan Fournier n’a pas mis le moindre panier et termine avec une bulle. On retrouve exactement les mêmes pourcentages autrement dit un 0/5 au shoot et 0/3 à 3 points. Il a pourtant eu du temps de jeu avec un 20 minutes et il a d’ailleurs trop joué, d’autres joueurs ont été plus méritants. On pense en premier lieu à Obi Toppin. Tom Thibodeau a essayé de lui redonner confiance mais force est de constater que ça n’a pas fonctionné. Son mois de novembre est digne de Cristiano Ronaldo à Manchester avec 108 minutes, 19 points à 6/31 au shoot, 12 passes pour 9 turnovers et des pourcentages affreux : 23.1% dont 23.5% à 3 points. S’il ne peut pas rentrer ses shoots, c’est un poids pour l’équipe et le français ne devrait plus jouer un tel quota de minutes, pour le bien de son équipe.

C’est dur d’accepter un tel Evan Fournier mais la réalité le rattrape. Difficile de ne pas le voir hors de la rotation dans les jours à venir. Jouer mal est une chose mais être un handicap pour son équipe en est une autre. Sans shoot, il ne peut rien apporter aux Knicks et on voit clairement un joueur dont la confiance est proche du néant. Trade à venir ?

Quand les Celtics ne respectent pas Killian Hayes…

3 Comments

3 Comments

  1. Cat

    novembre 15, 2022 at 9:55

    Il était sorti de la rotation avant alors qu’il n’avait pas démérité. Je pense que c’est le fait de l’avoir sorti sans raison qui lui a fait perdre confiance. Il suffirait au contraire de le conforter pour que ses shoots tombent dedans

  2. Pingback: Rudy Gobert met un coup de pression à son équipe : "A chaque match où nous jouons bien, on commence tous à être plus à l'aise. Ca doit cesser."

  3. Pingback: La décla du jour : Evan Fournier ne comprend pas la génération "réseaux sociaux"

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités