Connect with us

Analyses

Cleveland new look continue son bordel : le Thunder tombe et pas qu’à cause de Lebron James !

Source photo : Twitter
C’était le gros, gros match de la soirée et il y avait grosse revanche à prendre, vis à vis du match « aller ». Match qui avait fait basculer les Cavaliers dans une spirale négative. La victoire d’hier fut importante pour le moral et pour le collectif. On a rarement vu un Cleveland aussi motivé, victoire 120-112.

S’ils ne furent que deux à dépasser la barre des 10 points dans le cinq de départ de Cleveland, cela ne reflète en rien l’efficacité collective de l’équipe. D’abord car George Hill a montré, à l’instar du match de Boston, toute son efficacité des deux côtés du terrain. Ce n’est pas un hasard si Russell Westbrook vit une difficile soirée. Soirée qui sera sous le signe du vintage puisque Carmelo Anthony (24 points) est très chaud et nous offre des moments de nostalgie, dans son duel avec Lebron James. Bien aidé par PG, le quart-temps est assez équilibré mais ça c’est avant que le banc des Cavs s’énerve.

Jordan Clarkson montre énormément de possibilités, dont celle de reposer Lebron, qui n’a pas besoin d’être ouvert 24/24 comme une station d’essence, quand il s’agit de porter le ballon. Avec Larry Nance Jr (13 points) et Rodney Hood (14 points), James peut être ce finisseur. De plus en plus, on le voit laisser les « jeunes » s’occuper des fastbreaks et forcément ça le repose. Malgré ça, il montre qui est le boss en plantant 14 points, lors des 5 premières minutes du 3ème quart-temps. OKC arrivera à revenir grâce leur quatuor Melo/PG/Adams/Westbrook, tous à plus de 20 points. Malheureusement pour eux, Jordan Clarkson (14 points) est sacrément énervé  dans le money-time, tout comme JR Smith (17 points). Aucun 3 points ne leur résiste et le Thunder ne s’en remettra pas.

37 points, 8 rebonds et 8 passes. Les statistiques de Lebron sont énormes mais ce n’est pas ce qu’on retiendra du match. Et c’est à ce niveau là que c’est effrayant. Les Cavs n’en sont qu’au début de leur progression, sans Kevin Love. Les vacances du All-Star Break ne pouvaient pas mieux commencer !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

More in Analyses