*
Connect with us

Anecdotes

Un jour, une anecdote : 61 points pour Chris Paul comme les 61 années de son grand père défunt

Let’s go pour un autre épisode de « Un jour, une anecdote ». Celle-ci est connue de tous et c’est peut être même insulte de la classer avec les dernières. Elle devrait être hors catégorie vu à quel point elle est exceptionnelle et très touchante. Ce match de Chris Paul aura une importance capitale dans la suite de sa carrière.

Chaque mi-novembre, CP3 tweete « 61 ». 61 ans. Voilà l’âge du « Grandpa » de Chris Paul quand il est décédé, le 15 novembre 2002. Sa dernière année de lycée est une véritable montagne russe de sentiments. A peine une semaine avant ce terrible drame, Chris accepte l’offre de Wake Forest, le programme qui a accueilli un autre grand joueur nommé Tim Duncan. Le lendemain, son grand père est retrouvé mort chez lui, assassiné par des cambrioleurs… Chienne de vie, Chris Paul a perdu son plus « grand fan », son meilleur ami, il en veut à la terre entière, il a un match à jouer et Paul est perdu, à juste titre, anéanti par la mort de son grand père. Élève à Winston-Salem, personne ne sait encore si le meneur star va jouer : « Tout le monde doit mourir mais je pensais que mon grand père était l’une de ces personnes qui n’allaient jamais mourir. »

Il retourne alors pour la première fois sur les terrains et sa première pensée est la suivante « Comment je pourrais jouer sachant ce qui est arrivé à mon grand père ? » Sa tante lui a alors demandé pourquoi pas l’honorer en marquant 61 points ? « Impossible, je peux pas faire ça. » Il ne pensait pas avoir le talent pour réaliser une telle performance. Puis il se souvient son plus grand fan, son meilleur ami, n’aurait pas accepté qu’il ne joue pas à fond. Chris Paul s’est alors pointé sur le terrain et en jouant à 110%, comme toujours, et s’est laissé guider par le flow du game. CP3 commence à être chaud et dans le seul 2ème quart-temps, il frôle les 30 points. Il comprend qu’il peut le faire et Chris Paul devient « unstoppable ». Tomar, un and one, feinte de corps avec sa malice, il est emporté par une force inconnue. Le public est en feu, et toute une école est derrière lui.  Pour arriver aux 61 points, il provoque un and one. Tombant par terre suite à la faute, CP3 comprend, ses coéquipiers comprennent, que l’objectif a été accompli et que c’est un moment qu’il n’oubliera jamais de sa vie. Arrivé à la barre des 61 points et présent sur la ligne des lancers, le bruit est assourdissant mais dans sa tête, Chris Paul était seul avec son grand père. Il prend son inspiration, balance un air-ball. Le public l’applaudit, tout le monde est touché, il tourne le regard vers ses parents qui fondent en larmes. Il s’écroulera à son tour dans les bras de son père pour un moment gravé à jamais dans la vie de CP3.

On comprend pourquoi Chris est si famille. Il ne pensait pas avoir la force de pouvoir le faire, il ne pensait pas être à la cheville de son grand père et pourtant, il l’a fait. Une des plus belles histoires que le basket ait connue. Rest in peace Nathaniel Jones.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Anecdotes