Russell Westbrook évolue petit à petit : Un Uber Athlète en transformation – The Daily Dunk
Connect with us

Analyses

Russell Westbrook évolue petit à petit : Un Uber Athlète en transformation

Depuis le All-Star Week End, certains joueurs ont ralenti le rythme, notamment à cause de la fatigue ou encore pour se préserver pour les playoffs à venir. D’autres comme Russell Westbrook commencent tout juste à s’échauffer pour mi-Avril.

Longtemps critiqué cette raison (à tort ou à raison, c’est un autre débat) à cause de ses pourcentages exécrables au tir et surtout aux lancers, le meneur du Thunder a, depuis le ASG, décidé de fermer de nombreuses bouches. Même si OKC traverse une mauvaise passe en ce moment (calendrier compliqué + blessure de Paul George), le Brodie lui montre de bien belles choses :

Sur le dernier mois de compétition (article écrit avant le match contre Golden State), il n’est descendu que 5 fois sous les 50% aux shoots et seulement deux fois sous les 40%. Continuons dans les stats, il a entamé la reprise post-All Star avec deux matchs en back to back à au moins 40 points. Il est également sur deux triple-doubles de suite contre les Nets et les Pacers. Sans oublier sa folle série de 10 triple-doubles de suite en Janvier-Février qui le fait encore un peu plus rentrer dans l’histoire (qui était avant le All Star Break).

Les critiques qui peuvent être statistiquement entendues sur la saison de Westbrook, sont celles en rapport avec son efficacité aux lancers francs qui est en chute libre en comparaison aux saisons passées. Son pourcentage en carrière est de 80% de réussite, cette saison, c’est seulement 65% des lancers qui tombent dedans. De plus, là où cela devient problématique, c’est seulement son deuxième plus bas total de lancers tentés sur une saison. Ce qui signifie donc qu’il n’est pas décisif sur la ligne quand on fait appel à lui (rappelons que la saison où il fait pire niveau lancers tentés, il ne joue que 46 matchs).

Cette stat montre aussi une évolution dans le jeu de Westbrook : moins d’agressivité et plus d’organisation du jeu, moins de « croquage » de tirs (2ème plus bas total de tirs pris sur une saison sur en carrière) et des Money Time mieux gérés avec Paul George qui hérite souvent des dernières balles (Philadelphie, Brooklyn et Utah s’en souviennent encore).
N’oublions pas que Russell Westbrook continue encore d’écrire l’histoire :

  • Sur les bases d’une troisième saison de suite en triple double
  • Peut possiblement dépasser, cette saison, Magic Johnson au nombre de triple-doubles en carrière à tout juste 30 ans (il lui en manque 7).
  • A réalisé la plus grande série de triple-doubles de suite (10)

Certes il est moins spectaculaire ou décisif que la version MVP d’il y a deux ans, mais Russell Westbrook se réinvente car il sait qu’il ne pourra pas durer en s’appuyant seulement sur son explosivité et son côté athlétique. Et forcément cela prends du temps, comme on dit, Rome ne s’est pas fait en un jour…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







More in Analyses