Connect with us

Analyses

[Rookie Rankings] Le bilan final : déceptions, surprises, réveil tardif…

Comme tous les mercredis, c’est l’heure du rookie rankings. Après le classement final, c’est au tour du bilan d’être étudié. Comme toujours, déceptions et surprises sont au programme, mais pas que. A noter que le classement à l’intérieur du bilan n’est pas forcément dans l’ordre.
  • Ils ont répondu à nos attentes 

  1. Malgré une grosse cuvée, ils ne sont pas nombreux à avoir répondus aux attentes des fans : Le premier est bien évidemment Ben Simmons, qui réalise une saison époustouflante. Grâce à ses triple doubles, le rookie des Sixers s’est déjà fait une place parmi les joueurs les plus influents de la ligue, ce qui est quelque chose d’assez fou.
  2. Le second est nul autre que le second choix de la dernière draft. On est clair avec vous tout de suite : les statistiques de Lonzo Ball ne reflètent pas son influence, le big baller a totalement changé le jeu des Lakers. Il est par ailleurs devenu le plus jeune joueur à réaliser un triple double. Comment dit-on talent en langage LaVar ?
  3. Ensuite, il y a le rookie des Celtics. On a déjà pas mal parlé de Jayson Tatum, à juste titre. Dans le futur, il deviendra un grand joueur, et surtout un grand scoreur. Il possède déjà une palette offensive assez large pour un joueur de son âge. Balle en main ou alors loin du ballon, l’ancien de Duke trouvera un moyen de planter.
  4. Enfin, le dernier homme de cette liste est Lauri Markkanen. Le finlandais est dans la lignée de Kristaps Porzingis puisqu’il est capable de shooter au large et également au poste bas car il est plutôt technique. Dans la NBA moderne, l’ailier fort ne peut que réussir, il n’y a pas d’autres options.
  • Ils ont été les surprises 

  1. En premier lieu, nous avons le premier concurrent pour le titre de rookie de l’année, il s’agit de Donovan Mitchell. Même si on pouvait s’attendra à un steal, on ne l’attendait pas à ce niveau là : scoreur, mais aussi playmaker et surtout leader d’une équipe potentiellement troisième de la conférence Ouest. C’est qui Gordon Hayward ?
  2. Puis, il y a eu Kyle Kuzma. Auteur d’une grosse summer league, double K a par la suite confirmé en pré-saison, puis en saison régulière. Il peut scorer de toutes les manières : skyhook, shoot, post-up, drive. Bien qu’il se prend parfois pour une star, le 27ème chox de la dernière draft est un incroyable atout pour sa team.
  3. Nous enchaînons avec Bogdan Bogdanovic. Nous attentions du shoot, nous avons eu plus que du shoot. Bien sur, il a apporté ses qualités de tirs, que ce soit à mi distance ou bien à longue distance, le rookie drafté en 2014 a également amené de la clutchitude et c’est déjà un shooteur respecté que l’on ne peut pas laisser ouvert.
  4. Continuons avec les belles surprises. Désormais, c’est au tour de Dillon Brooks d’avoir sa petite évaluation. Malgré la saison pourrie des Grizzlies, sa bonne saison lui a valu une place au Rising Stars Challenge. Un peu plus de 10 points par match pour un 45ème choix de draft, c’est vraiment pas mal.
  5. Il y a un joueur auquel on ne s’attendait pas vraiment du côté de Boston : Daniel Theis. Grâce à la magie de Brad Stevens, l’Allemand a vraiment été utile dans la rotation à l’intérieur. Il est devenu une force, là où les faiblesses se font remarquer chez les Celtics. Néanmoins, il n’est malheureusement pas opérationnel pour les playoffs.
  6. Il est surnommé Charles Barkley pour sa capacité à prendre des rebonds, on vous présente Josh Hart. Toutefois, il peut faire également défendre et shooter à longue distance. De plus, il est très efficace sur le drive grâce à une belle protection de la balle dans les airs.
  7. Bam Adebayo a montré qu’il pouvait être le back-up d’Hassan Whiteside. Dans le même style, c’est un pivot peut-être encore plus moderne que le pivot titulaire : en effet, le rookie protège l’arceau et a probablement plus de qualités athlétiques qu’Hassan Whiteside.
  8. Puis, il y a un gars qui titulaire chez la meilleure équipe de l’est, un gars complémentaire de la doublette d’All-Star à Toronto, on vous parle de OG Anunoby. Il n’a pas besoin du ballon pour briller, au contraire des anciens ailiers qui n’ont pas réussi aux Raptors.
  9. Jarrett Allen est la définition même de l’efficacité. Dès qu’il est dans la peinture, il ne rate quasiment rien. Grâce à ses excellentes mains, il se met dans de bonnes positions afin de marquer facilement.
  10. A Atlanta, c’était le seul joueur intransférable lors de trade deadline, c’est pour vous dire le talent que John Collins a. Le rookie des Hawks va devenir l’ailier fort titulaire d’Atlanta, et ça ne se discute même pas.
  11. Jordan Bell est adoubé par Draymond Green en personne pour sa défense. Certes, ils sont dans la même équipe, le champion NBA est tout de même capable de dire que vous n’êtes pas bon. Le rookie des Warriors a pris même parfois le poste de titulaire chez le champion en titre. Rien à ajouter.
  12. Ce n’était pas le rookie des Hornets que l’on attendait le plus, et pourtant c’est le back up de Dwight Howard, et il est même devant Willy Hernangomez dans la rotation. A force de travail, Dwayne Bacon s’est peut-être fait une place dans une franchise NBA car il va falloir confirmer.
  • Ils ont déçu

  1. Malheureusement, Frank Ntilikina est l’une de nos déceptions. Certes, on savait que le français n’était pas un scoreur, et plutôt un bon défenseur. Malgré la bonne défense, il a clairement manqué d’agressivité en attaque, c’est pour cela que ses minutes ont fait les montagnes russes.
  2. Globalement, à Detroit, tout le monde a déçu et Luke Kennard fait partie de cette longue liste des déceptions aux Pistons. Le rookie aurait pu aider son équipe en sortie de banc, il a cependant été bien trop discret.
  • Il s’est réveillé tardivement

  1. Josh Jackson a mis du temps pour s’intégrer dans cette ligue. Le rookie des Suns a dormi pendant un long moment avant de se réveiller et de faire des matchs à 20 points régulièrement. Ce n’était qu’une année préparatoire avant l’explosion.
  • Ils doivent être plus réguliers
  1. Il y en a qui avait parfaitement débuté les trois-quatre premiers matchs puisqu’il tournait en 15-5-5, c’est De’Aaron Fox. Néanmoins, le meneur des Kings a vraiment eu des hauts et des bas : sa place dans la rotations a été remis en cause parfois. Même, si nous sommes d’accord, son utilisation était vraiment moyenne.
  2. A l’instar de son équipe, Jonathan Isaac avait débuté dans de conditions idéales : le collectif tourne bien, ses prestations individuelles suivent, mais suite à sa blessure, le rookie du Magic a ensuite galéré à retrouver le rythme.
  3. C’est le quatrième meilleur marqueur parmi les rookies et pourtant Dennis Smith Jr a été irrégulier : le meneur explosif fut constant dans son scoring, en revanche, il ne le fut pas dans son impact.
  4. Lorsqu’il fut présenté à la draft, Malik Monk était considéré comme un scoreur, il était censé devenir le 6ème des Hornets sauf qu’il n’a pas toujours été à la hauteur. Il aurait même pu concurrencer Nicolas Batum.
  • Ils ont montré de belles choses
  1. A Portland, Zach Collins a sorti quelques bons matchs. En sortie de banc, il a parfois maintenu les siens en vie grâce à son adresse.
  2. Frank Mason III était en discussion pour être le meilleur rookie des Kings, il a donc eu des minutes et a saisi les chances qu’il a eu.
  3. Aux Cavaliers, Cedi Osman a profité des nombreuses absences et blessures pour être titulaire sur quelques matchs, et le rookie a magnifiquement répondu aux services de son coach.
  4. Comme d’habitude, les Spurs font le bon choix à la draft. En attendant son développement, Brandon Paul a pu montrer de quoi il était capable.
  5. Milos Teodosic aurait pu être dans les bonnes surprises, sauf que le meneur Serbe a connu deux défauts : les blessures récurrentes et son âge. Bah ouais, être rookie à plus de 30 ans, ça va pas la tête ? Même s’il kiffe la magie.
  6. A l’image de son partenaire, Daniel Theis, Guerschon Yabusele a eu des minutes, s’est plutôt montré. Cependant, il faut sanctionner à un moment donné : le dab en célébration, c’est inacceptable.
  7. T.J Leaf a pu se démarquer grâce à ses qualités athlétiques. Certes, sa saison est presque terminée car le rookie des Pacers ne sera pas dans la rotation en playoffs, mais l’année prochaine, le jeune joueur pourrait exploser et ce serait tout sauf une surprise au vue de sa summer league.
  8. Après la blessure d’Andre Roberson, Terrance Ferguson a été promu dans le cinq avec trois all stars à ses côtés et avec un mec qui fait peur. Néanmoins, le rookie s’est fait piqué sa place par Corey Brewer car les trois points valent trois points et les dunks spectaculaires valent deux points. Bien que ce ne soit pas la vraie raison, on aurait aimé plus voir le rookie de Thunder.
  • Il ne peut pas être jugé
  1. Concernant le numéro 1 de la dernière draft, il n’y a pas de doute a propos de Markelle Fultz : ce sera une star, c’est sur ! Sa mécanique de tir semble régler, le meneur a réalisé un retour fracassant. Tous les éléments sont mis en place pour qu’il soit terrifiant la saison prochaine.
Oh bordel, oh quel bordel cette cuvée ! Cela faisait très longtemps qu’on avait pas eu une classe aussi prometteuse. Les rookies ont eu plus de minutes que les drafts précédentes et cela se ressent dans le potentiel.
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

More in Analyses