Les Celtics ne font qu’une bouchée du Heat (82 – 102) : encore un blowout dans ces playoffs, ça fait beaucoup là non ?
*
Connect with us

Actualités

Les Celtics ne font qu’une bouchée du Heat (82 – 102) : encore un blowout dans ces playoffs, ça fait beaucoup là non ?

Celtics

Dans l’obligation de gagner pour ne pas retourner à 3 – 1 en Floride, les Celtics ont parfaitement fait le boulot. Le 1er quart-temps catastrophique du Heat a bien aidé. Résultat, un match plié à la mi-temps et un nouveau blowout dans ces playoffs.

C’est donc à un must-win que les Celtics font face et ça, le TD Garden le sait. La salle pousse fort son équipe dès le début du match. Des efforts dans les tribunes qui semblent motiver leurs joueurs. Boston commence bien et Derrick White, qui remplace Marcus Smart absent dans le cinq, inscrit les sept premiers points des C’s (7 – 0). Malgré l’absence du « Defensive Player of the Year » (meilleur défenseur de l’année), les hommes d’Ime Udoka défendent bien, mais ils profitent aussi du début de match catastrophique du Heat. Miami n’aurait pas pu commencer de pire manière. Après 9 minutes dans le premier quart-temps, les Floridiens n’ont inscrit qu’un seul point, sur lancer franc. Ils sont à 0/14 au tir, ce qui permet à leurs adversaires de créer un premier écart : 18 – 1. C’est finalement Oladipo qui met un terme à cette catastrophe. A la fin du quart-temps, Jayson Tatum (12 points) compte plus de points que toute l’équipe du Heat (11 points). Le deuxième quart-temps continue sur la même dynamique. Les Celtics, emmenés par Jayson Tatum sont agressifs, provoquent des fautes, vont sur la ligne des lancers. Ils s’offrent aussi de nombreux seconds ballons en attaque notamment grâce aux rebonds offensifs de Robert Williams (5) qui règnent en maître dans la raquette. Pour le Heat, seul Oladipo se montre. Les titulaires sont complètement absents. A la mi-temps, ils n’ont inscrit que 12 points et deux joueurs sont à 0 point. Forcément Miami accuse le coup et compte déjà 24 points de retard (33 – 57).

Au retour des vestiaires on voit déjà les coachs des deux équipes faire sortir certains des joueurs majeurs. Le match semblait terminé au 3ème quart-temps et les deux équipes se tournaient déjà vers la rencontre prochaine. Et ça on l’a très vite ressenti, même le TD Garden était complètement endormi. Boston s’offre alors ce game 4 (82 – 102) et ramène la série en Floride à 2 – 2.

Les Celtics n’ont même pas eu besoin de forcer. L’écart creusé dès l’entame de match a suffi pour remporter ce match. Les C’s ont même été maladroits à longue distance (8/34, 23%). Mais ils ont pu compter sur un bon Jayson Tatum : 31 points, 8 rebonds et 5 passes. A côté, le supporting cast n’a pas eu à forcer non plus : Derrick White (13 points), Jaylen Brown (12 points), Payton Pritchard (14 points) et Robert Williams (12 points). Al Horford de son côté termine avec 13 rebonds et un très bon plus/minus : +33.

Le Heat n’est jamais rentré dans la rencontre. Leur 1er quart-temps catastrophique leur a anéanti tout espoir de remporter le match. Les titulaires ont été totalement absents, à l’image de Jimmy Butler qui termine à 6 points. Les cinq titulaires n’ont inscrit que 18 points et deux joueurs terminent à 0 point : PJ Tucker et Max Strus. Seul Victor Oladipo s’est montré durant cette rencontre. Il est celui qui a atténué (un tout petit peu) le massacre de son équipe. Il termine à 23 points à 7/16 au tir et 4/7 à trois points.

Encore une fois dans cette série, une équipe aura créée un grand écart au cours d’un quart-temps. Avec l’absence de Marcus Smart, on aurait pu craindre pour les Celtics. Finalement, le match a été à sens unique et les C’s recollent à 2 – 2 dans la série. Retour à Miami donc, où on espère tout sauf un nouveau blowout.

Les Wolves veulent viser le haut de tableau : l’ancien des Nuggets débarque dans le Minnesota pour créer une armada !

 

 

3 Comments

3 Comments

  1. Pingback: Erik Spoelstra prône la sagesse après l'énorme claque reçue : "Ca fait partie des playoffs"

  2. Pingback: Quand les Celtics ont laissé le sentiment d'urgence guider leur match

  3. Pingback: Les Celtics frappent un grand coup à Miami (93 - 80) et auront la possibilité de conclure la série au TD Garden

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités