Connect with us

Actualités

Les 50 meilleurs joueurs de la saison 2019-2020 : Places 15 à 11

Source image : daznservices.com

Si la saison 2019-2020 comportera pour toujours un astérisque dans l’histoire en raison de sa suspension brutale le 12 Mars dernier, elle nous laisse tout de même un échantillon de matchs suffisant en vue de tirer des conclusions. A l’heure où nous attendons le retour de la NBA, le temps est  venu de considérer la saison régulière terminée, afin d’attribuer les récompenses annuelles. Ainsi, après avoir décerné les habituels trophées de fin de saison puis les All-NBAAll-Rookie et All-Defensive Teams, c’est désormais l’heure du Top 50 de la saison régulière 2019-2020 avec les meilleurs joueurs de l’exercice en cours.

Sachez avant tout que ce Top 50 ne porte uniquement que sur la saison 2019-2020, le but n’est pas de classer les joueurs mais leurs saisons individuelles et collectives respectives. Il s’est élaboré en fonction d’une avalanche de critères : niveau de jeu individuel, bilan collectif, impact sur le terrain, accomplissements, rapport niveau/rôle du joueur, nombre de matchs disputés… Après s’être plongé dans une tonne d’analyse de matchs, de highlights et de chiffres de la saison, voici le top 50 qui en est sorti. Et quand bien même l’idée de ce top est d’être le plus objectif possible, la sensibilité entretenue vis-à-vis de la balle orange n’est évidemment pas la même pour tous, vous verrez ainsi des choix que vous pourrez considérer comme blasphématoires. Le débat est ouvert et on attend votre top de pied ferme !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un gros s/o aux joueurs qui auraient très certainement fait partie de ce top si les blessures les avaient laissées tranquilles : on pense évidemment à Kevin Durant, Stephen Curry, Klay Thompson, Kyrie Irving, Karl-Anthony Towns, John Wall, Jusuf Nurkic… et consorts.

PLACES 50 à 46

PLACES 45 à 41

PLACES 40 à 36

PLACES 35 à 31

PLACES 30 à 26

PLACES 25 à 21

PLACES 20 à 16

PLACE 15 : JOEL EMBIID

Stats : 23,4 points, 11,8 rebonds, 3,1 passes, 1,3 contres en 30 minutes / 47% au tir, 35% à 3pts et 81% aux lancers (44 matchs)

Malgré un talent brut indiscutable et une place sans conteste au sein des meilleurs joueurs de la ligue, Joël Embiid a déçu cette saison. Annoncé MVP ou DPOY et moteur d’une équipe terrassant l’Est par de nombreux observateurs, le camerounais n’a finalement rempli aucun de ces challenges et pire, il a montré de nombreuses difficultés à guider son équipe et à jouer au niveau qui est le sien. Sixièmes de conférence, les 76ers accusent de sérieux troubles au sein de leur collectif et l’alchimie sur le parquet n’est pas au beau fixe. Certes, Joël n’est pas la seule explication aux déboires de Phily, mais en tant que Franchise Player, il semble logique qu’il soit pointé du doigt. Espérons qu’Embiid et ses coéquipiers aient profité de la suspension pour se retrouver et devenir les véritables prétendants au titre qu’ils devraient être. Nul doute que le pivot lui aura à cœur de bien terminer sa saison.

PLACE 14 : PASCAL SIAKAM

Stats : 23,6 points, 7,5 rebonds, 3,6 passes, 1 interception en 35 minutes / 46% au tir, 36% à 3pts et 80% aux lancers (53 matchs)

Le MIP 2019 n’a aucune limite. Après avoir surpris l’ensemble de la planète Basket en progressant de manière drastique la saison passée, Pascal a explosé une fois de plus l’ensemble des pronostics le concernant cette année. Penser que Toronto serait dénué de ses forces après le départ de Kawhi n’était que sous estimer le cap qu’à franchi cette équipe en allant au bout cet été ainsi que le niveau réel de Pascal Siakam. Déjà indéfendable sur son drive et en transition, le camerounais est devenu une véritable menace à 3 points et sa capacité à scorer de manière polyvalente et prolifique est surprenante. Régulier et imperturbable, l’ailier fort est désormais le leader offensif des Dinos et il semble parvenu à faire oublier The Klaw, ce qui était impensable en début de saison. Alors, Siakam est-il encore capable de nous surprendre ? Le camerounais nous répondra à Orlando, mais rien ne serait moins étonnant.

PLACE 13 : JAYSON TATUM

Stats : 23,6 points, 7,1 rebonds, 2,9 passes, 1,4 interceptions en 35 minutes / 45% au tir, 40% à 3pts et 80% aux lancers (59 matchs)

L’heure où nous nous demandions si Tatum était capable de porter une équipe n’existe plus. All-Star indiscutable et leader offensif de Boston, 3ème de l’Est, JT est enfin devenu ce que nous attendions qu’il soit, à savoir cet ailier indéfendable et tout bonnement magnifique à voir jouer. En progression fulgurante par rapport à l’an passé, le troisième choix de Draft 2016 fait désormais partie de l’élite en NBA et son ascension ne fait que débuter. Propre, élégant et régulier dans ses efforts, l’ailier a clairement passé un cap dans son leadership et son appréhension du jeu pour devenir un véritable tueur, quand bien même son plafond semble loin d’être atteint. Il a définitivement prouvé qu’il était à même de prendre les rênes de l’équipe après le départ de Kyrie l’été dernier. Qui sait donc ce que nous réserve ce Tatum en Playoffs ? L’ensemble des fans NBA auront à coup sûr leurs yeux écarquillés pour le découvrir.

PLACE 12 : KHRIS MIDDLETON

Stats : 21,1 points, 6,2 rebonds, 4,1 passes en 30 minutes / 50% au tir, 42% à 3pts et 91% aux lancers (52 matchs)

Non, Khris Middleton n’a pas volé sa place dans le top 15. Certains vous diront même qu’il devrait être top 10. Après avoir touché le jackpot cet été (177,5 millions sur 5 ans), nombreux qualifiaient Middleton de surpayé voire de contrat d’ores et déjà toxique. Et Khris a fermé un paquet de bouches cette saison. En quasiment 50-40-90 (sans arrondir, l’ailier est à 49,9% au tir) l’ancien de Detroit forme aujourd’hui un formidable duo aux côtés de Giannis. Et jamais Milwaukee n’aurait le meilleur bilan de la ligue, ou n’aurait été en course pour remporter près de 70 matchs sans un tel bras droit d’Antetokounmpo. Que cela soit au scoring où sa progression en termes de régularité et d’efficacité est indéniable, en défense, dans son playmaking ou encore dans son leadership lorsque Giannis est absent, Khris fut absolument parfait. Il est une des raisons principales du rouleau-compresseur des Bucks tant il facilite le jeu par son intelligence sur le parquet. Reste à reproduire cela en Playoffs et Middleton aura fait tout son possible pour obtenir une bague à Milwaukee.

PLACE 11 : BRADLEY BEAL

Stats : 30,5 points, 4,2 rebonds, 6,1 passes, 1,2 interceptions en 36 minutes / 45% au tir, 35% à 3pts et 84% aux lancers (57 matchs)

Si Washington n’avait pas un bilan si désastreux, Bradley Beal serait très probablement au titre de MVP. Fantastique cette saison, le troisième choix de la Draft 2012 a montré à ceux qui ne l’avaient pas encore compris qu’il fait partie des meilleurs joueurs de la ligue et du top 2 des arrières actuels. Capable de tout faire en attaque, Bradley s’est distingué par ses nombreux récitals offensifs mais aussi par ses progrès dans l’implication de ses coéquipiers. Certes, il fut à maintes reprises agacé par sa propre équipe et son incapacité à la guider vers la victoire (d’où les rumeurs de trade), et malgré cela, rien n’a empêché le numéro 3 de fournir un show individuel de gala et des preuves de son infaillible loyauté. Nul doute que Beal compte sur le retour de son pote John Wall pour viser les sommets avec un back-court de grande classe. D’ici là, apprécions la chance qui est la nôtre de voir jouer Bradley Beal en plein prime.

C’est tout pour ces places 15 à 11 du top 50. De 15 à 11, Joël Embiid, Pascal Siakam, Jayson Tatum, Khris Middleton, Bradley Beal. On se retrouve vite pour le top 10 et la fin de ce top 50 !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités