Connect with us

Actualités

Les 50 meilleurs joueurs de la saison 2019-2020 : Places 30 à 26

Si la saison 2019-2020 comportera pour toujours un astérisque dans l’histoire en raison de sa suspension brutale le 12 Mars dernier, elle nous laisse tout de même un échantillon de matchs suffisant en vue de tirer des conclusions. A l’heure où nous attendons le retour de la NBA, le temps est  venu de considérer la saison régulière terminée, afin d’attribuer les récompenses annuelles. Ainsi, après avoir décerné les habituels trophées de fin de saison puis les All-NBAAll-Rookie et All-Defensive Teams, c’est désormais l’heure du Top 50 de la saison régulière 2019-2020 avec les meilleurs joueurs de l’exercice en cours.

Sachez avant tout que ce Top 50 ne porte uniquement que sur la saison 2019-2020, le but n’est pas de classer les joueurs mais leurs saisons individuelles et collectives respectives. Il s’est élaboré en fonction d’une avalanche de critères : niveau de jeu individuel, bilan collectif, impact sur le terrain, accomplissements, rapport niveau/rôle du joueur, nombre de matchs disputés… Après s’être plongé dans une tonne d’analyse de matchs, de highlights et de chiffres de la saison, voici le top 50 qui en est sorti. Et quand bien même l’idée de ce top est d’être le plus objectif possible, la sensibilité entretenue vis-à-vis de la balle orange n’est évidemment pas la même pour tous, vous verrez ainsi des choix que vous pourrez considérer comme blasphématoires. Le débat est ouvert et on attend votre top de pied ferme !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un gros s/o aux joueurs qui auraient très certainement fait partie de ce top si les blessures les avaient laissées tranquilles : on pense évidemment à Kevin Durant, Stephen Curry, Klay Thompson, Kyrie Irving, Karl-Anthony Towns, John Wall, Jusuf Nurkic… et consorts.

PLACES 50 à 46

PLACES 45 à 41

PLACES 40 à 36

PLACES 35 à 31

PLACE 30 : KRISTAPS PORZINGIS

Stats : 19,2 points, 9,5 rebonds, 1,7 passes, 2,1 contres en 31 min / 42% au tir, 35% à 3pts et 78% aux lancers (51 matchs).

Bien que Dončić représente le moteur et le point d’orgue du jeu des Mavs, il serait injuste et blasphématoire de négliger l’impact considérable de Kristaps cette saison. L’intérieur letton a aligné des statistiques probantes en faisant part match après match de sa classe et de sa palette offensive, ce qui prouve son retour à son meilleur niveau. Sa faculté à prendre les rênes de l’équipe lorsque Dončić fut absent a prouvé le cap franchi par KP. Sans Dončić, Porzi aligne la bagatelle de 27,2 points, 11,8 rebonds et 2,5 contres. Trop adroit, trop dominant, l’ancienne coqueluche du Garden est aujourd’hui un bras droit de choix, capable de tenir le navire d’une équipe jouant les Playoffs à l’Ouest. Les deux jeunes stars doivent désormais relever le défi des Playoffs afin de véritablement créer la surprise.

PLACE 29 : DEMAR DeROZAN

Stats : 22,2 points, 5,6 rebonds, 5,6 passes, 1 interception en 34 min / 52% au tir, 27% à 3pts et 84% aux lancers (61 matchs).

Pour sa deuxième saison dans le Texas, difficile de dire que Demar ait réussi son exercice 2019-2020. L’ancien des Raptors n’a pas déçu individuellement, notamment au vu de ses prouesses offensives réalisées et ses talents d’attaquant tout bonnement élites, mais il pêche encore dans son leadership et sa capacité à guider les siens. Jamais DeRozan n’est parvenu à sortir San Antonio de la pagaille lorsque l’équipe en avait besoin. Bien sûr, l’arrière n’est pas le seul responsable de la triste saison des Spurs, et de nombreuses raisons peuvent expliquer les difficultés rencontrées par Demar pour changer la donne, seulement, en tant que meilleur joueur intrinsèque de l’équipe, il est logique qu’il soit pointé du doigt. Néanmoins, si les Spurs sont aujourd’hui du voyage à Orlando, c’est en grande partie grâce à DeRozan, qui sera très courtisé s’il décline sa Player Option.

PLACE 28 : RUDY GOBERT

Stats : 15,1 points, 13,7 rebonds, 1,5 passes, 2 contres en 34 min / 70% au tir et 62% aux lancers (62 matchs).

Une fois de plus, notre frenchie national Rudy se classe parmi les meilleurs défenseurs de la ligue cette saison. Double DPOY, le pivot du Jazz a encore prouvé sa valeur et montré à quel point il était un patron défensif, voire un système défensif à lui seul. Non, Rudy Gobert n’aura jamais de véritables mains, ni de vrai shoot, ni de skills au poste indéfendables. Il reste néanmoins un excellent finisseur, une terrible menace défensive et l’un des meilleurs pivots de la ligue à ce jour. All-Star cette saison, le natif de Saint-Quentin a malheureusement provoqué un énorme bad-buzz dans son appréhension du Covid-19 et des conséquences qui ont suivies. Espérons que Utah se relève de cette péripétie, mais nul doute que de nombreuses équipes viendront toquer à la porte pour obtenir le français si le vestiaire du Jazz ne s’en remet pas.

PLACE 27 : JA MORANT

Stats : 17,6 points, 3,5 rebonds, 6,9 passes, 1 interception en 30 min / 49% au tir, 37% à 3pts et 77% aux lancers (59 matchs).

Le futur Rookie de l’année 2019-2020 se classe 27ème du Top 50. Ja Morant a transformé une franchise en reconstruction sans véritable projet en une équipe enthousiasmante en Playoffs à l’Ouest. Véritable pépite, Memphis a vu juste en tradant Conley à Utah afin de sélectionner Ja à la Draft et de lui donner les clés de la franchise. Personne n’était prêt : incroyable finisseur, le Rookie est déjà très fort à la passe et son handle, son élégance, sa créativité sont à couper le souffle. Il a également prouvé qu’il n’avait peur de rien ni personne, surtout pas des grands moments. ll est promis à devenir une énorme superstar et nul doute que l’avenir des Grizzlies est entre de bonnes mains avec Ja à la tête de la franchise.

PLACE 26 : PAUL GEORGE

Stats : 21 points, 5,7 rebonds, 3,9 passes, 1,3 interceptions en 29 min / 43% au tir, 40% à 3pts et 88% aux lancers (42 matchs).

N’ayant pris part qu’à peu de rencontres, le niveau qu’affiche George nous paraît parfois dérisoire en rapport à l’année précédente. Lorsqu’on regarde un match des ClippersGeorge est sur le terrain, rares sont les fois où l’ailier prend les choses en main et se montre agressif en impactant des deux côtés du parquet, comme il le faisait lorsqu’il portait le maillot d’OKC l’année passée. La faute peut-être aux multiples absences vécues par PG et ses camarades, qui n’ont foulé le parquet au complet qu’à très peu de reprises, d’où un manque d’alchimie et une nécessité d’adaptation. Néanmoins, bien que les critiques s’abattent parfois sur lui pour sa saison en demi-teinte, PG reste l’un des meilleurs joueurs de la ligue et la deuxième option d’une équipe podium à l’Ouest. Nombreux sont les joueurs qui aimeraient faire d’aussi mauvaises saisons que PG dans ce cas.

C’est tout pour le début du top 30. De 30 à 26, Kristaps Porzingis, Demar DeRozan, Rudy Gobert, Ja Morant, Paul George. On se retrouve vite pour la suite !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités