*
Connect with us

Histoires

Edwige Lawson Wade la GOAT française : une après carrière digne des plus grandes reconversions

Edwige Lawson Wade est-elle la GOAT du basket français ? The Daily Dunk répond un grand oui avec une objectivité aussi absente que les bons sons d’Alicia Keys en 2020. Sa carrière parle pour elle et est sans doute inégalable mais aujourd’hui on va parler de son « après carrière » en dehors des terrains. On le dit souvent, partir à la retraite sportive est une seconde mort. Il est difficile de sortir de ce train train des terrains mais Edwige Lawson Wade réussit là où beaucoup ont échoué : avoir du succès après sa carrière sportive.

De son mètre 67, Edwige Lawson-Wade a un palmarès aussi long que les chansons non commercialisées de Jul. Quand elle passe pro, Edwige n’est pas encore majeure. Le reste appartient à l’histoire avec des euroleagues remportées, 5 médailles avec l’équipe nationale. On passe outre ses 5 ans en WNBA ou ses titres nationaux avec ses nombreux clubs. Aujourd’hui, on s’intéresse vraiment à l’essence même de son après carrière. La légende française prend sa retraite en 2013 pour suivre un nouvel élan de sa vie. Il est peu de dire qu’elle a vécu 1000 vies. Suite à cette fameuse année 2013, Lawson-Wade le sait, rester dans le monde du basket est son obsession, de consultant WNBA, à agent de joueuse ou encore vice-présidente de la LFB, c’est véritablement son poste à Montpellier qui lui permet de s’octroyer une belle réussite en dehors des terrains sur le long terme. Elle s’en explique sur le site Ouest France :

« Avant la fin de ma carrière, je savais déjà que je voulais rester dans ce milieuAlors j’ai passé mon diplôme pour être manager général au CDES à Limoges. J’ai vingt ans de basket derrière moi, je n’ai jamais voulu être entraîneure, mais rester proche du terrain, oui. Avec ce poste de directrice sportive, c’est le cas. » 

L’un des grands souhaits d’un ancien baller est de profiter de sa famille à la retraite. Jouer aux 4 coins du pays, enchaîner entrainement, match, interview et ce presque tous les jours, à un rythme infernal, c’est souvent épuisant. Cela l’est d’autant plus pour une joueuse de basket de très haut niveau. Contrairement à une star NBA, qui reste aux States, en plus des compétitions internationales à travers les stages, préparations et donc tournoi, une Edwige Lawson-Wade était par exemple « obligée » de jouer durant toute l’année dans tout le globe. La star française jouait par exemple durant l’année « scolaire » dans son club en europe comme une saison normale. Cela se traduit par des déplacements nationaux pour le championnat, puis des déplacements dans l’europe pour l’euroleague. Durant l’été, c’est direction les States avec la WNBA.

 

Une fois passée cette vie de « fou », Edwige Lawson GOAT a terminé donc sa carrière à Montpellier (2011 à 2013) et ce choix n’était pas anodin. Aujourd’hui, elle travaille au sein de ce même club en tant que directrice sportive. L’ancienne internationale s’occupe donc du recrutement, de la performance sportive des joueuses et coachs. L’ancienne point guard s’investit à fond et aussi humainement pour témoigner son expérience. Avec son mari James Wade, qui est donc entraîneur à Chicago et aussi en Russie, les voyages sont monnaie courante, en plus de s’occuper de leur enfant. Plutôt que d’avoir un rôle de general manager, Lawson-Wade s’occupe vraiment de la partie de basket, pour garder ce fameux équilibre entre vie de famille retrouvée à 100% et projet professionnel. Elle n’a sans doute pas quitté les terrains pour être busy H24 en dehors :

« Ma propriété avant tout c’est d’être maman. L’équilibre familial est tout aussi important que l’équilibre pro, pour le moment c’est celui qui passe beaucoup de temps au travail c’est mon mari. Si je veux lui laisser la place de bien s’épanouir, et je veux que mon fils passe du temps avec ses parents ou sa mère (rires). Moi je dois avoir un travail qui ne prend pas beaucoup de temps. Le travail de GM c’est énorme donc peut être que mon fils aura grandi et que mon mari se sera posé. J’ai reçu une offre de WNBA que j’ai refusé en 5 secondes. » Edwige Lawson Wade via le podcast Crossover

Présente pour son enfant qui n’a même pas 10 ans, Edwige Lawson-Wade n’en oublie pas ses rêves. Elle évoque la possibilité qu’un jour, la légende française atteigne le graal suprême : être GM d’une franchise WNBA. Il faut savoir que son mari est à la fois entraîneur de Chicago et à la fois GM, c’est dire la double casquette difficile, en plus de son poste d’entraîneur en europe durant la saison estivale. Aller aux States un jour est un objectif mais pour le moment, le petit Lawson-Wade grandit avec sa maman. Rendez-vous dans 10 ans, on pourra évoquer ce possible moment d’être GM WNBA mais ce n’est pas parce qu’elle n’est pas aux States constamment que les ricains ne pensent pas à Edwige Lawson-Wade. Dernièrement, elle a fait un big buzz et pas des moindres. La triple championne de France a réussi à recruter… Napheesa Collier. La Lynx débarque en 2021, de quoi faire péter la banque des habitants de Montpellier, si on est un jour autorisé à revenir dans les gymnases. All-Star et rookie de la saison 2019, l’ailière fait partie de ces stars montantes de la ligue. Il faut se rendre compte de la dinguerie de la chose. Dans quelques années, elle sera sans doute une candidate MVP en WNBA. On le doit en grande partie à Queen Edwige Lawson-Wade.

WNBA: James Wade, mari de Edwige Lawson, nommé coach du Chicago Sky |  Basket Europe

On a encore dans le coin de notre tête ses passes dans le dos, sa rage sur le terrain mais aussi sa fierté de porter le maillot bleu et sa passion. Personne n’a oublié les larmes de notre star, qui a brisé le cœur à des millions de français lors de son dernier match avec les bleus en Finale de l’Euro. Mais que ce soit dans la victoire ou la défaite, Edwige Lawson-Wade a su garder la tête haute en toute circonstance. C’est à ça qu’on reconnait les personnes qui marquent l’histoire de leur sport. On ne doute pas que sa mentalité de winner continuera à perdurer à travers les années, même si elle n’est plus sur les terrains.

 

Blake Griffin préfère rire que de se battre : Thomas Bryant voulait en découdre, fais doucement c’est la pré-saison

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Histoires