*
Connect with us

Actualités

Anthony Edwards, l’homme qui est prêt à ne jamais lâcher et tout écraser : le sophomore doit prendre le pouvoir

Source photo : Noah Graham / NBAE via Getty Images

Les saisons s’assemblent et se ressemblent pour les Wolves. Anthony Edwards ne s’attendait pas à ça et si son équipe veut s’en sortir, le joueur doit s’imposer comme le leader numéro 1. Il est le seul à avoir la mentalité, l’éthique de travail et les habitudes d’un vrai leader dans cette équipe.

Depuis son arrivée dans la ligue, Anthony Edwards se fait remarquer pour deux choses. Une faculté hors du commun balle en main, ainsi qu’une personnalité rafraichissante. A part les fans des Wolves, personne ne croit vraiment en cette équipe. Chaque saison, c’est le même cirque. L’année commence plutôt bien, ensuite les résultats catastrophiques s’enchaînent et en fin de saison, on voit du mieux avec quelques victoires et de bonnes performances. Beaucoup oublient que malheureusement, la fin de saison est souvent trompeuse. Moins de pression, des joueurs libérés, des adversaires qui font tourner et quand vient la saison suivante, Minnesota récidive. Il est encore tôt pour faire ce bilan chez les Wolves mais s’il faut changer d’attitude, ça passe par Anthony Edwards.

Sur ce début de saison, le sophomore excelle déjà individuellement : 25.9 points à 43% au shoot et 34.3% à 3 points, 6.2 rebonds et 3.5 passes, sans oublier 1.6 interception par match. Anthony Edwards joue comme un All-Star et agit peu à peu tel un vétéran. Il fera encore énormément d’erreurs, le bougre n’a que 20 ans après tout. Edwards impressionne et joint l’acte à la parole. Il n’hésite pas à être le boss dans le money-time ou encore à gueuler quand il le faut. Une chose est certaine avec lui, lâcher prise ne fait pas partie de son vocabulaire. Pour symboliser cela, son match face aux Warriors :

« Je prêchais juste de continuer à se battre comme si ce n’était pas fini. Nous étions en retard de 16 points. Je pense que c’était 63-79 ou quelque chose comme ça. Faut continuer à se battre. Ce n’est pas fini, et nous avons commencé à prendre la tête au fur et à mesure que le match avançait et et nous nous sommes battus. Je suis simplement heureux. » Anthony Edwards via Marcus Thompson II et Jon Krawczynski

Il y a malheureusement défaite au bout mais ce genre de rédemption en plein match, quand tout semble perdu, ça reste assez nouveau pour ce groupe. Si Anthony Edwards a mené la charge contre Golden State, il doit la mener sur la saison entière et sortir de cette spirale négative au fil des années. Il faut que les choses changent car l’excuse du roster ne peut plus être mise sur la table à chaque fois. Aucun blessé majeur, les Towns, Beverley, Russell, Monk etc ne sont pas des peintres. Justement, les équipes de niveau inférieur, sont censées montrer les crocs en début de saison :

« Je me fiche de savoir qui me respecte et qui ne me respecte pas. Si tu ne me respectes pas, je vais t’obliger à me respecter quand je te jouerai. Je veux dire, oui, si tu ne me respectes pas, alors quand je te joue, après le match tu vas me respecter. »

Nous ne sommes qu’au mois de novembre mais la saison se joue déjà maintenant. 6 défaites de suite, ça commence à faire beaucoup. Anthony Edwards doit mener la fronde ce soir contre les Lakers.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités