*
Connect with us

Actualités

Alex Caruso, une source d’inspiration pour Gary Payton II : percer de la G-League sur le long terme NBA, c’est quelque chose de très rare

Alex Caruso n’est pas seulement le chouchou des Lakers (encore aujourd’hui), il est le celui de toute la ligue. Son histoire est si incroyable, son apport monstrueux, que son adaptation à Chicago parait normale. Gary Payton II s’en inspire et vu son parcours, c’est la suite logique à une carrière qui pourrait enfin exploser.

Carugoat a déjà 27 ans. Ce n’est pas un vieillard (quoi qu’avec sa calvitie), son expérience chez les pros ne semble dater que depuis quelques années. Elle est assez unique et il est la définition même du charognard. Tous les pronostics étaient contre lui. Personne ne pense qu’il sera drafté en 2016 quand il se présente. Les sceptiques auront raison. Grâce à une invitation à la summer league, il décroche un spot lors du training camp du Thunder. Caruso ne sera pas conservé. Ce sera finalement quelques mois plus tard, qu’il trouve le bonheur, du côté de Los Angeles. Il y rencontrera un certain Gary Payton II, avec qu’il se lie tout de suite d’amitié et encore aujourd’hui, ce lien n’est pas rompu.

« C’est mon gars. Nous sommes restés en contact. On continuait à travailler tous les étés. Je suis motivé parce qu’il a fait. Trouver un spot quelque part et aider une équipe de différentes façons. Je l’admire. »

Les deux hommes se rencontrent chez les Lakers… mais en G-League. Un certain Thomas Bryant fait aussi partie du roster. A l’époque, Caruso joue à la fois avec l’équipe une en étant signé en tant que 2 way contract. Pas vraiment dans les plans de la franchise en premier lieu, il a continué dans son rôle. Dans un premier temps cheerleader, les garbages time sont extrêmement importants pour se faire remarquer. Il montre son envie en défense, ainsi que sa détente pas encore connue à l’époque. A partir de 2019, adieu la G-League. Membre 100% des Lakers de Los Angeles, il devient ce dynamiteur de banc entre shoots à 3 points et défense, jusqu’à aider les Lakers vers le titre.

L’histoire est belle, sauf qu’elle reste rare. Les joueurs qui sortent de G-League sont très jeunes. C’est une ligue qui permet aux « projets » de pouvoir se faire au monde pro tout en se développant. On peut penser à Fred VanVleet, Khris Middleton ou encore Pascal Siakam. Néanmoins, Caruso a fait ses premiers pas en NBA à 24 ans, un âge avancé mais à force de persuasion, il a trouvé sa place dans la ligue. Beaucoup ne comprennent pas qu’il ne faut pas être le meilleur joueur possible pour être en NBA. Trouver son rôle est le principal facteur, ensuite exceller dans ce dernier. Gary Payton II a justement le même profil et à 28 ans, il espère s’imposer comme son pote : 6 points à 69% au shoot et 50% à 3 points, c’est pas mal non ? Grâce à son énergie et ses tomars, il est vite devenu le chouchou de la chase center.

Cet article vient à point nommé, puisque les deux hommes s’affrontent ce soir à 4h du matin, dans LE choc attendu de la semaine. Les Bulls sont l’équipe surprise de l’est et les Warriors sont l’équipe à abattre. Les deux hommes ne se feront pas de cadeau.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités