*
Connect with us

Actualités

Preview #25 – San Antonio Spurs : l’heure de la destruction ?

Source photo : Fan+

La NBA reprend ses droits le 22 décembre prochain et nous sommes toujours dans le premier tiers de nos previews. Et aujourd’hui on s’attaque aux Spurs. On ne vous cache pas que ça fait très bizarre de faire San Antonio dans la première semaine. 

Contexte

Toutes les séries sont faites pour avoir une fin, et la fin des 22 qualifications consécutives en playoffs sonne comme un choc, mais un choc préparé. Après le Big Three, on se rapproche de la fin de Gregg Popovich, et certains ont même songé qu’il arrêterait en fin de saison dernière. Mais il est encore là. De cette manière, les Spurs ont terminé à la onzième place de leur conférence pour un bilan de 32 victoires et 39 défaites. Et on les imagine mal recommencer une série phénoménale de suite…

La recrue phare

Dans la rubrique recrue phare, il y a recrue et il y a phare (wow). Mais comme les Spurs n’ont pas recruté le moindre joueur (que des prolongations), on ne peut parler d’un joueur qui vient pour sublimer cette équipe. Même si San Antonio n’est pas un gros marché, les Texans avaient pour habitude d’avoir le nez fin et recruter des bons rôles players. Mais vraisemblablement, même ça, la franchise n’y arrive plus.

Review de l’effectif

  1. Les Spurs repartent donc sur de nouvelles bases, et Dejounte Murray est une des pierres principales de ce nouveau projet. Malgré tout, le jeune meneur doit encore plus s’affirmer sur le terrain même si de gros progrès sont à noter. Revenir d’une saison blanche n’est pas chose la plus facile. En back-up, les Spurs sont pour l’instant avec Patty Mills, mais il est sur le départ, ça en dit long sur les objectifs de la franchise.
  2. Chez les arrières, on mise une nouvelle fois sur la jeunesse à San Antonio. Avec Derrick White, les Spurs peuvent petit à petit compléter les cadres de demain. Durant la bulle, le numéro 4 a tout simplement été le meilleur joueur de la franchise. Il pourrait d’ailleurs devenir le prochain homme fort de la franchise, tout comme Lonnie Walker IV. La franchise a toujours été très patiente avec ses rookies, et l’arrière pourrait enfin montrer tout l’étendue de son talent en entrant (régulièrement) dans la rotation.
  3. A la surprise générale, ou pas, DeMar DeRozan a choisi d’activer son option et de rester aux Spurs…pour l’instant. Quelques rumeurs ont circulé concernant un possible départ de la maison Texane. Derrière lui, on aura le droit à du Rudy Gay. Mine de rien, l’ailier fait son boulot et apporte du talent offensif dans la second unit. Et l’éthique de travail est toujours impeccable. 
  4. Comme son coéquipier, LaMarcus Aldridge a été associé à des différentes équipes pour un possible transfert. Rien de concret jusqu’à présent, mais un deal peut rapidement devenir imminent. Pour l’instant, l’intérieur a la tête aux Spurs, tout comme Trey Lyles dont la côte pourrait grimper aux alentours de la deadline compte-tenu de son profil intéressant.
  5. Joueur le moins connu du transfert de Kawhi Leonard, Jakob Poeltl s’est fait un trou en NBA, et ça ne se ressent pas forcément dans les statistiques mais plus sur les petites choses qu’on ne voit pas sur la feuille de match. D’ailleurs, le pivot Autrichien a touché un beau petit contrat. Quant à Drew Eubanks, il continue de faire son petit bonhomme de chemin, pas mal pour un joueur non drafté.

Le joueur à surveiller

A qui donner les clés du camion Spurs ? A Derrick White ! Le présent est encore représenté par DeMar DeRozan et LaMarcus Aldridge, mais pour combien de temps ? Il faut préparer le futur et Derrick White incarne celui des Spurs. Avec la confiance de ses dirigeants, sa palette offensive qui s’élargie, l’arrière a les armes nécessaires pour devenir le nouveau leader des Spurs.

Objectif 

Avec cet effectif, les Spurs sont malgré tout en mesure d’avoir comme but les playoffs via le but. Néanmoins, la cuvée 2021 est décrite comme très talentueuse et les Spurs ne sont pas des fins connaisseurs des lottery picks…sauf qu’ils sentent à merveille les bons coups et les monstres en devenir. San Antonio n’aura pas un Tim Duncan mais si elle peut s’appuyer sur un joueur potentiellement de cette trempe, elle le fera.

Les raisons de suivre les Spurs

  • Les transferts : les Spurs ne nous ont pas habitué à être dans les gros trades. Même Kawhi Leonard était dans un contexte à part. Mais cette saison, la franchise pourrait ne pas respecter cette tradition en bougeant les vétérans comme DeMar DeRozan, LaMarcus Aldridge ou Patty Mills. Trois cadres qui viendraient définitivement tourner la page pour reconstruire. 
  • Gregg Popovich : On ne veut pas forcément le penser, le croire mais Gregg Popovich se rapproche bel et bien de la fin. Interviews génialissimes, coups tactiques incroyables, management extraordinaire…profitions des dernières années de coaching de Pop à fond. 

Les contrats

*Team Option*Qualifying offer

Les Spurs ont bien changé en l’espace de quelques temps. Fini les saisons à 50 victoires, on laisse désormais place aux saisons un peu plus contrastées. Moins de talents, plus de concurrence, moins de résultats.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités