Le 5 majeur de la Draft 2010 : La superteam Wall, Cousins, PG envoie la sauce
*
Connect with us

Analyses

Le 5 majeur de la Draft 2010 : La superteam Wall, Cousins, PG envoie la sauce

Source photo : ABC News
Nouvelle chronique ! On réalise le cinq majeur parfait avec un sixième homme des dix dernières drafts. Bien évidemment, la draft 2018 ne compte pas car les jeunes n’ont toujours pas mis le moindre pied en NBA. Nous essayons de respecter les postes et d’être cohérent dans les choix. Au tour de la draft 2010 !

Meneur : John Wall

Certains diront que c’est le meilleur meneur de l’Est, d’autres diront que non. En tout cas, il est dans cette liste. Et dans une NBA où le pick & roll est la base, John Wall pourrait être très important. Lorsqu’il prend de la vitesse, il voit tout avant tout le monde, ce qui rend son équipe bien meilleur. Le meneur des Wizards vous servira dans d’excellentes conditions pour avoir un tir ouvert.

Arrière : Paul George

Oh le bordel. Vous fermez la raquette et vous êtes obligés de laisser un léger espace à Paul George. Manque de chance, ça fait bang bang. L’ailier fait partie de seules stars qui n’a pas besoin du ballon afin de briller. De plus, il se bougera les fesses en défense, donc c’est que du bénéfice pour l’équipe.

Ailier : Gordon Hayward

Votre rotation est bonne, Paulo fait l’extra passe à Gordon Hayward, c’est cruel. Derrière, l’ancien franchise player du Jazz est à la fois capable de sanctionner et à la fois capable de ré-agresser vers le cercle. Au niveau du playmaking, le joueur des Celtics est pas mal non plus et puis il pense pas à sa gueule contrairement à d’autres joueurs.

Ailier fort : Derrick Favors

Ah tiens, un autre joueur du Jazz. Certes, Derrick Favors ne sera pas la star de votre équipe, il vous fera du bien car il peut ainsi débloquer des situations. Un mid range presque parfait, des moves au poste très bon, un shoot à trois points en dévelopement. Derrick Favors c’est la discrétion, mais c’est avant tout l’efficacité.

Pivot : DeMarcus Cousins

DeMarcus Cousins peut facilement joindre cette équipe de All-Stars, vous ne trouvez pas…? Restons tout de même concentrés sur le terrain, car en effet, une fois sur le parquet, Boogie ne fait aucun cadeau et écrase les défenses adverses. Pivot dominant, complet, grande gueule, c’est beaucoup trop chiant de défendre sur DMC.

Sixième homme : Eric Bledsoe

La formation Kentucky est à son sommet avec un gros big three. Eric Bledsoe a un bon profil de sixième homme, pouvant accélérer, appuyer là où cela fait mal. En sortie de banc, le meneur pourra utiliser son agressivité comme une arme. Mini LeBron est bien trop costaud pour ne faire que des simples apparitions non remarquées.

Sur demi-terrain, c’est pas facile à affronter tout ça. Une relation John Wall – DeMarcus Cousins sur pick & roll en laissant Paul George dans le corner et avec Gordon Hayward qui coupe, c’est quel genre d’équipe ?
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods




More in Analyses