La question du Magic : Un Mo Bamba dominateur ?
*
Connect with us

Analyses

La question du Magic : Un Mo Bamba dominateur ?

Source photo : espn

Comme l’annonce la preview Daily Dunk du Magic, l’ambition n’est pas de mise à Orlando où la reconstruction depuis 2012 suite au départ de Dwight Howard aux Lakers n’a toujours pas vraiment de ligne directrice excepté celui de gagner un titre d’ici 2030 (oui oui, vous avez bien lu, en 2030). A moins d’avoit trouvé le successeur de D12 en la personne de Mo Bamba.

L’été a été très mouvementé du côté de la Floride avec un cinquième coach en cinq ans en la personne de Steve Clifford, les arrivées de Mozgov et Jerian Grant aux dépens de Bismack Biyombo et son salaire très encombrant et d’un Mario Hezonja qui n’a toujours pas justifié son cinquième choix de draft ou encore la prolongation au prix fort d’Aron Gordon qui soufflait ses 23 bougies hier. Mais surtout, le mouvement le plus important de l’été est probablement celui de la draft de Mo Bamba. Le futur rookie est annoncé comme un futur crack et les éloges ne manquent pas à son sujet notamment celles de Frank Ntilikina mais aussi de son futur coéquipier à la calvitie, Evan Fournier.

Ces compliment sont évidemment compréhensibles quand on sait que Mo Bamba est déjà à son age un monstre physique avec ses 2m16 de haut mais surtout ses 2m39 d’envergure, les plus longs bras de la NBA devant ceux de 2m36 de Rudy Gobert. Des chiffres énormes qui lui permettent d’atteindre presque 2m90 de hauteur quand il lève les bras, ce qui peut être pratique quand le panier est à 3m05 du sol. Mais malgré ces dispositions, Bamba se devra de perfectionner son physique pour tenir les intérieurs les plus costaud (coucou Demarcus Cousins) en prenant du muscle alors qu’il ne pesait au moment de la Draft que 102kg, le même poids que PJ Tucker qui fait tout de même 20 centimètres de moins que lui.

Aussi, Bamba devra travailler quelques aspects de son jeu pour être vraiment performant en NBA. On pense bien évidemment à l’attaque, domaine dans lequel il se devra d’être agressif mais aussi dans son jeu sur pick&roll dans lequel il est parfois trop attentiste. Un autre point qui est plus facile à corriger serait celui de son implication. En effet, Bamba donnait parfois l’impression de ne pas se donner au maximum l’année dernière, profitant peut-être du fait que son physique lui donnait bien trop d’avantages par rapport à ses adversaires, ce qui ne sera plus le cas l’année prochaine. Un défaut qui devrait tout de même rapidement être corrigé par le staff qui l’entourera.

A terme, Mo Bamba sera probablement un défenseur d’élite, tout comme Rudy Gobert peut l’être, mais peut-être qu’on peut en attendre un peu plus de lui et espérer qu’avec l’effectif assez faible du Magic, il saura profiter des occasions qu’il a pour prendre sa chance et montrer qu’il n’est pas seulement un bon défenseur, même si la protection du panier restera sa priorité avec des objectifs peut-être dès sa première saison ? Une nomination dans une All NBA Defensive Team dès sa saison rookie ? Cela n’est jamais arrivé mais l’Histoire n’est-elle pas faite uniquement de nouveautés ?

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Analyses