C'est déjà les playoffs à Minnesota : les Wolves fêtent leur qualification dans une ambiance de fou, comme s'ils avaient gagné le titre... Et ils ont bien raison !
*
Connect with us

Actualités

C’est déjà les playoffs à Minnesota : les Wolves fêtent leur qualification dans une ambiance de fou, comme s’ils avaient gagné le titre… Et ils ont bien raison !

Minnesota s’est qualifié pour les playoffs et au bout des premières minutes, on a senti que le Target Center serait derrière ses joueurs tout du long. Cela n’a pas loupé et ils sont bien récompensés avec une victoire, synonyme de qualification. Plus que la win, c’est l’effervescence des joueurs et des fans qui fait plaisir à voir. Elle peut être difficile à comprendre, on vous l’accorde mais après des années de galère, l’équipe semble s’être trouvée un identité et voir une franchise atteindre leur objectif, même un peu too much, ça fait plaisir à voir.

Jimmy Butler avait réussi l’exploit de qualifier les Wolves en playoffs mais on sentait à l’époque qu’il y avait la star Butler et le troupeau qui suivait son berger. Aujourd’hui, Minnesota est une véritable équipe, avec un collectif, un leader et un bon coach qui compte sur tout un groupe. On avait l’impression que les locaux voulaient cette victoire plus que tout au monde, l’ambiance est à la limite du réel et même à la TV, c’était facile de ressentir l’excitation des fans. Au coup de sifflet final, c’est la folie. Patrick Beverley, suivi par Anthony Edwards, saute sur le podium et enlève son maillot pour faire le tour du terrain, comme une holà d’honneur. On le sent bien, ce groupe est spécial et chacun a trouvé son rôle. Quand ton meilleur joueur est nul, le jour le plus important de l’année et que tu gagnes malgré tout, ça en dit long sur l’état d’esprit de cette équipe, qui ira donc défier les Grizzlies pour le 1er tour.

Une ambiance de fou, une qualification méritée pour une équipe dont personne ne croyait. Toujours moquée, les joueurs avaient bien raison de se lâcher mais il faut retourner au boulot dès demain à l’entraînement pour se préparer face à Memphis, l’équipe surprise de la saison. Vu les grandes gueules des deux côtés, on ne risque pas de s’ennuyer.

Russell Westbrook ne prend aucun détour pour parler de Frank Vogel : « Je ne sais pas quel était son problème avec moi »

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Les Wolves ont réussi le choke ultime et les stats le prouvent : une défaite qui peut faire mal dans les têtes...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités