*
Connect with us

Street credibility

Qu’est ce que le box-and-one ?

Source Photo : ABC

Tu veux apprendre à défendre sur Stephen Curry ? Et bien aujourd’hui nous allons revenir sur un terme précis pour tous les amateurs de défense en NBA : le box-and-one defense. Le cocktail parfait entre défense de zone et marquage individuel pour tous ceux qui veulent contenir les gros scoreurs isolés.

De manière générale et synthétique en NBA, on distingue deux manières de défendre : le marquage individuel, où chaque joueur doit garder son adversaire direct peu importe le système en face, et la défense de zone où chaque joueur se voit attribuer une partie du terrain sur laquelle il doit défendre sans en sortir. Entre les deux, il existe pourtant le box-and-one. Ce système défensif est très précis et s’adapte face aux équipes avec un seul gros scoreur, une seule grosse menace offensive. En réalité, ce système est simple, quatre joueurs font de la défense de zone, pendant que le cinquième joueur colle comme un vrai chien de garde le seul gars d’en face capable de mettre la misère.

Les Raptors de Nick Nurse sont l’équipe qui ont remis la lumière sur ce système en NBA. Lors des Finales de 2019, les blessures de Kevin Durant et Klay Thompson ont laissé Stephen Curry tout seul pour venir à bout de l’équipe canadienne. Ainsi, les Raptors se sont ajustés, tout le monde garde sa zone sauf Fred VanVleet qui reste collé à Stephen Curry (vidéo), l’empêchant non seulement de shooter, mais aussi de participer à la création de l’équipe. De ce fait, les autres font ce qu’ils peuvent face à une défense en zone rugueuse (surtout avec Kawhi Leonard et Danny Green) et se retrouvent incapables d’aller au panier.

Néanmoins, le box-and-one est limité, ne s’employant que très rarement. En reprenant l’exemple des Warrriors, encore d’actualité pour cette saison 2020-2021, cela marche puisque Steph Curry est le seul à pouvoir faire gagner le match à lui tout seul, mais si Klay Thompson revient, tu laisses un des plus grands pyromanes plus ou moins seul pendant toute une rencontre. De plus, nous vivons dans une ère où les meilleures équipes NBA sont composées d’au moins deux superstars (LeBron-AD, Kawhi-PG, Booker-Paul…). Autrement dit, une équipe ne peut pas bâtir sa défense sur le box-and-one, mais s’en servir pour s’ajuster face à un adversaire bien précis. Pour être plus précis, Steph est le seul joueur défendu par le box-and-one de toute la NBA. Les autres équipes n’ont pas peur d’Andrew Wiggins et de Kent Bazemore (bizarre), donc chaque coach a envoyé un soldat au front pour se coller à lui cette saison : Dillon Brooks, Justin Holiday… D’ailleurs, cela montre la limite du box-and-one, car même comme ça, Stephen Curry a terminé meilleur scoreur de la NBA avec 32 points de moyenne par match. Bon après, être Stephen Curry ça aide un peu aussi.

Le box-and-one est donc un système défensif relativement évident, mais qui peut s’avérer très utile avec une bonne coordination défensive. En tout cas, si aujourd’hui vous devez défendre sur un gars beaucoup trop chaud avec des partenaires moyens, vous savez ce que vous pouvez tenter.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Street credibility