*
Connect with us

lettre ouverte

Un an après la mort de Kobe Bryant, la Mamba Mentality continue de vivre

26 janvier 2021. Un sentiment inédit envahit d’innombrables personnes. Attendre un anniversaire qu’on ne veut pas souhaiter. Et pourtant, chaque personne s’est levée ce matin avec une perception différente, comme si on allait revivre cette même journée de 2020. Kobe et Gianna Bryant nous ont quitté il y a désormais un an. La douleur de leur perte n’est plus la même que ce fameux jour, mais elle est toujours aussi vive. Une impression de manque qui ne sera jamais véritablement comblée dans le paysage de la planète basket. Aujourd’hui, je vais essayer d’expliquer ce que peut ressentir un fan de la balle orange, parmi tant d’autres, comment il est difficile de percevoir à la fois de la tristesse mais aussi de la joie à la simple vue de Kobe et Gianna. De la terrible nuit du 26 au 27 janvier, jusqu’à cet anniversaire de 2021…

26 janvier 2020, la nuit est tombée sur Marseille, je rentre du playground comme chaque dimanche. Une rumeur publiée sur twitter par ce diable de compte qu’est TMZ allait changer le monde. A part pour délivrer des mauvaises nouvelles, ce papier poubelle n’apporte que malheur. Ces mots, je ne vous les apprends pas mais ils ont arraché le cœur non pas de nombreux fans de basket mais de toute la planète : « TMZ reports Kobe Bryant dead due to helicopter crash. Daughter possibly aboard as well.” Vous comme moi savez à quel point le vide a été immense mais l’espoir que cette hantise s’amenuise nous pousse à espérer. Ne pas y croire, relire la phrase une centaine de fois, ne toujours pas y croire jusqu’à l’information officielle. Les rumeurs fusent de toute part, certains parlent de toute la famille Bryant, d’autres parlent de Rick Fox présent dans l’avion, le seul moyen d’avérer ces possibles faits, c’est d’attendre. Ainsi chaque fan NBA qui se respecte ne craint qu’une chose, corroborer cette version. Espérer jusqu’à ce que Adrian Wojnarowski tweete des faits qui deviendront réalité aux yeux du monde. On actualise, on pense à tous les scénarios possibles et le couperet tombe : « Kobe Bryant is among those dead in a helicopter crash outside Los Angeles, a source confirms to ESPN. » De ce moment, c’est l’univers qui s’écroule sous mes yeux, si la petite voix dans ma tête me dit que c’est impossible d’y croire, les larmes coulent seules comme si mon inconscient essaye de me faire comprendre que la vérité est là et qu’elle sera dure à accepter.

TORONTO, ON - FEBRUARY 14:  Kobe Bryant #24 of the Los Angeles Lakers and the Western Conference warms up with daughter Gianna Bryant during the NBA All-Star Game 2016 at the Air Canada Centre on February 14, 2016 in Toronto, Ontario. NOTE TO USER: User e

Les minutes défilent lentement et on se retrouve déjà devant la soirée NBA et toutes les pensées traversent mon esprit. Le record de Lebron James qui a battu Kobe Bryant la veille au nombre de points, du dernier passage de Kobe et Gigi à Brooklyn, en repensant à ses accolades au Staples Center, comme s’il n’avait jamais été aussi heureux. A l’image de chaque soir, je me pose devant les matchs mais non pas que le cœur n’y est pas mais le regard est livide, Kobe Bryant n’était pas censé mourir, il faisait partie de ces personnes qu’on pensait immortelles. Un personnage qu’on ne peut pas lier à la mort. Le 1er match de la soirée à 21h30 entre Denver et Houston n’est qu’une succession d’images. S’en suit Toronto contre San Antonio. Habituellement heureux de retrouver l’un de mes joueurs favoris, je voyais un DeMar DeRozan tête basse, considéré comme l’un des fils spirituels de Kobe, être enlacé par Gregg Popovich, l’un des plus grands rivaux du Mamba. Je vois en ça un signe, inconsciemment, ils se multiplieront toute la soirée. Des retrouvailles avec son meilleur ami Kyle Lowry, du torrent de larmes de mon joueur préféré Vince Carter, auteur de son seul unique alley-oop et dunk de la saison, le jour, de son anniversaire, et désormais date de mort de Kobe Bryant. Observer mon artiste préférée, Alicia Keys, maîtresse des Grammys Awards, dans la maison de Kobe, au Staples Center, le jour même de son décès et au lendemain de son anniversaire, lui rendant un vibrant hommage en chanson. Je pourrais citer tous les détails de cette soirée, du numéro 8 de Trae Young, au fadeway de Joel Embiid en passant par le « posage » de ballon de Andrew Wiggins à l’endroit où le quintuple champion NBA a dépassé Michael Jordan. Et vous êtes sans doute dans le même cas, de l’annonce de cette nouvelle tragique jusqu’à votre coucher, non seulement vous vous souvenez de ce qui s’est passé mais aussi de ce sentiment épouvantable à cet instant T, qui vous a été difficile de vous débarrasser.

Le lendemain de cette journée du 26 janvier sera à l’image des semaines qui suivront. Tout simplement horribles. Pas une fois il vous est impossible de ne pas penser à Kobe Bryant plusieurs fois dans la même heure, toujours avec cette même conclusion, ne pas y croire. La NBA a ce feeling que n’a pas les autres championnats. Des matchs tous les soirs, des entraînements tous les jours, du drama toutes les semaines, la NBA est en partie ancrée dans chaque fan. C’est littéralement comme être dans une vraie famille. On adore aimer, on adore taquiner, on adore détester et quotidiennement, de nouvelles aventures prennent place, des histoires vibrantes aux plus drôles en passant par les plus passionnantes et touchantes. Il y a cette phrase que je me répétais « comment l’expliquer aux autres ? » Comment faire comprendre à une personne de son entourage, qu’une personne qu’on a jamais côtoyé, ni ami, ni famille, nous donne littéralement le sentiment d’avoir perdu quelqu’un qui nous est proche ? Finalement, je n’en aurais pas besoin durant les premiers mois. Kobe Bryant a laissé une trace indélébile dans le monde du basket, et peut être même encore plus dans celui de l’humanité. Le fait d’avoir perdu la vie avec sa fille, a rendu cela encore plus tragique et beaucoup se sont ainsi identifiés, de quoi rendre la nouvelle encore plus tragique. Kobe Bryant a ainsi dépassé le ballon rond à ma plus grande surprise mais aussi mon plus grand plaisir. Kobe Bryant a laissé un héritage immense et difficile de ne pas voir un sourire en coin, c’était sa mission. Inspirer au delà des frontières du sport.

Quand une personne est triste, elle écoute des musiques tristes ou regarder un film à l’eau de rose, de mon côté, je me tannais aux vidéos youtube du 13ème choix de la draft 1996. Depuis sa retraite, je regardais de plus en plus ses highlights, mais surtout ces fameux clips de motivation. Je me suis rendu compte qu’avec le temps, je connaissais par cœur le joueur et finalement pas grand chose de l’homme. Son passage en Italie, sa famille, son adolescence à Philadelphie n’avaient pas de secret pour moi. Connaître et comprendre une personne sont deux choses bien distinctes et j’allais l’apprendre à mes dépends. La façon dont il pensait, la façon de gérer la pression, comment  encaisser l’adversité, se relever de ses défaites, s’améliorer, tout ça je l’ai appris en détail. C’était bien loin de l’idée de ce que je me faisais, hormis le fait de travailler dur, se lever tôt le matin et ne jamais reculer devant les objectifs, je ne savais finalement rien des détails du vrai Black Mamba. Pendant des mois durant, je bouffais jusqu’à 2 à 3 heures par jour de clips de Kobe Bryant. Je commençais à me poser même la question si c’était vraiment logique de faire ça ? On allait me prendre pour un fou et c’était d’ailleurs le cas. D’autant que je regardais souvent les mêmes images, on a beau regardé 20 ou 30 clips, à force, les témoignages identiques reviennent sans cesse. Mais c’est à ce moment que j’ai commencé à appliquer la Mamba Mentality non seulement à ma vie professionnelle mais aussi à ma vie personnelle. De l’importance de déléguer pour réussir collectivement, jusqu’à inspirer la nouvelle génération et le plus important, avoir une éthique de travail pour continuer à pousser encore et encore jusqu’à réaliser ses rêves. Travailler dur pour moi se résumait à travailler beaucoup, la façon de voir de Kobe Bryant m’a fait revisiter complètement cet aspect, à l’image de beaucoup d’autres qu’il inculquait. En soit, les 12 derniers mois m’ont fait complètement changer ma vision de la vie et dans mon imagination les plus folles, je n’aurais jamais pensé à ça le 26 janvier 2020. De la tristesse ? Oui. Une remise en question ? Absolument pas.

Gigi, Vanessa, Kobe, Bianka and Natalia Bryant at Kobe's jersey retirement in 2017.

Encore aujourd’hui, j’ai dû mal à croire au décès de Kobe Bryant. Si je l’ai accepté, j’ai toujours cette impression qu’il va se montrer à l’écran. Ses souvenirs sont tellement ancrés dans ma mémoire, que cela donne l’impression qu’il continue de vivre non seulement à travers mon amour pour le basket mais aussi à ceux des millions de fans de basket qui ressentent la même chose. La Mamba Mentality est une telle source d’inspiration, qu’on continue d’apprendre tous les jours. Vivre sans regret était le leitmotiv principal du Black Mamba. Il en va de la mission de chacun de faire de même. Si on souhaite vraiment honorer sa mémoire, il faut aller vivre sa passion à fond, se remettre en question tous les jours et surtout avoir une existence fun, pour avoir la meilleure vie possible et donc exister sans amertume, comme Kobe l’avait fait pendant 41 années bien trop courtes.

ORLANDO, FL - JUNE 14: Kobe Bryant #24 of the Los Angeles Lakers kisses his daughter Gianna Bryant as they celebrate the Lakers winning the 2009 NBA Finals against the Orlando Magic in Game Five of the 2009 NBA Finals at Amway Arena on June 14, 2009 in Or

Nos pensées iront forcément à Vanessa Bryant et ses filles adorées. Encore plus dans cette période pour le moins trouble, il est difficile de pouvoir vivre à fond, un autre rappel qu’il ne faut pas avoir de regret dans la vie, et ne rien prendre pour acquis. Après sa mort, Kobe Bryant continue d’inspirer et être une muse pour de nombreuses personnes. Peut être que vous vous êtes reconnus dans ce papier, peut être que non, peut être que vous avez appris, une chose est sure et quelles que soient les circonstances, Kobe Bryant ne sera jamais oublié à travers tout ce qu’il a laissé pendant son passage sur terre :

« La chose la plus importante est d’essayer d’inspirer les gens afin qu’ils réussissent dans ce qu’ils entreprennent »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in lettre ouverte