Stephen Curry et les Warriors prennent le match 2 (126 – 117) : les Mavericks n’auront tenu qu’une mi-temps
*
Connect with us

Actualités

Stephen Curry et les Warriors prennent le match 2 (126 – 117) : les Mavericks n’auront tenu qu’une mi-temps

Warriors

Bien emmenés par Stephen Curry, les Warriors se sont offert ce match 2 (126 – 117). Malgré une première mi-temps complètement maitrisée et un avantage de 19 points, Dallas a complètement craqué dans le second acte. La série retourne dans le Texas à 2 – 0.

Après un match 1 plombé par une mauvaise adresse au tir, les Mavericks se devaient de réagir. On attendait avec impatience, de voir les ajustements de Jason Kidd ainsi qu’un Luka Doncic différent après la claque reçue mercredi. Et dès l’entame du premier quart-temps, les Texans ont voulu prévenir tout le monde tout de suite : cette fois-ci, on va mettre nos tirs ! Et c’est Luka qui débute particulièrement bien la rencontre. Très agressif d’entrée, il participe bien au mouvement du ballon de son équipe et obtient des lancers francs. Contrairement au match précédent, les Mavericks mettent leurs tirs ouverts et ça rend la tâche difficile pour les Warriors qui encaissent un 10 – 2 pour commencer. C’est finalement Stephen Curry qui décide de prendre les choses en main. Le meneur répond à Doncic dans le run des Warriors (13 – 0) qui réveille un Chase Center un peu refroidi depuis le début de match.

Le début du deuxième quart-temps ressemble au premier. Dallas étouffe les Warriors par un 14 – 5, malgré un Luka Doncic sur le banc. Le supporting cast des Mavericks prend bien la relève, à l’image du trio Finney Smith – Bullock – Brunson qui terminent à eux trois le premier acte à 11/14 à longue distance. Une belle performance qui permet au Slovène de bien se reposer. Du côté des Warriors, on ne vit pas très bien le séjour de Stephen Curry et d’Andrew Wiggins sur le banc. Klay Thompson et Draymond Green quant à eux, peinent à entrer dans leur match. Leurs plus/minus à la mi-temps sont représentatifs de leurs difficultés : -20 pour Green et -25 pour Thompson. Comme au premier quart temps, c’est Stephen Curry qui maintient son équipe à flots. Mais les Warriors rentrent quand même au vestiaire avec un déficit important (72 – 58). Au retour des vestiaires, la donne change. Les Mavericks ne mettent plus un tir, le ballon ne circule plus et on se retrouve avec des isolations qui se soldent par des pertes de balle. Alors que Draymond Green prend sa 4ème puis sa 5ème faute, les Warriors recollent au score (79 – 73, 4’10). Grâce à un Stephen Curry en chef d’orchestre et à un très bon Kevon Looney, Golden State remporte le 3ème quart temps (25 – 13) et revient à hauteur de Dallas (85 – 83). Les hommes de Steve Kerr reviennent de loin après avoir été à -19 dans le match. La très bonne dynamique des Warriors se confirme à l’entame du dernier quart temps puisqu’ils prennent pour la première fois l’avantage dans cette rencontre : 85 – 86. Ils attaquent très bien, s’offrent des paniers faciles et poussent Dallas à prendre des tirs compliqués. A partir de ce moment-là, les coéquipiers de Luka Doncic ne reverront plus leurs adversaires. Golden State s’impose donc dans ce match 2 (126 – 117).

Dallas va sûrement s’en vouloir. Complètement dominateurs en première mi-temps, les Texans se sont appuyés sur une belle adresse au tir (75% à trois points dans le second quart-temps) pour prendre jusqu’à 19 points d’avance. Mais la deuxième mi-temps et surtout le 3ème quart-temps va leur coûter très cher. Les hommes de Jason Kidd ne vont plus rien mettre dedans :  5/19 au tir et 2/13 à trois points. Cela confirme l’impression du match 1 : sans une très bonne adresse, les chances de Dallas de remporter cette série se réduisent considérablement. Pourtant, ce soir, Luka Doncic a tout donné : 42 points, 5 rebonds et 8 passes et a bien rebondi après son match 1 moyen. Le supporting cast a surtout été bon en première mi-temps mais s’est petit à petit effacé. Brunson termine quand même à 31 points. Du coté du banc l’apport a également été faible (seulement 13 points). Or pour battre les Warriors, Dallas doit s’appuyer sur plus qu’un ou deux joueurs.

Puisque Golden State, de son côté, peut s’appuyer sur un certain nombre de joueurs, à l’image d’un Kevon Looney. Le pivot a été déterminant durant ce match. Il a offert par ses rebonds (12) un nombre de secondes opportunités importantes à son équipe. Dans les moments forts, il a énormément été servi sous le panier et termine à 21 points. Il devient le premier pivot des Warriors à terminer en 20/10 dans un match de playoffs depuis Robert Parish en 1977.

A noter la bonne performance de Poole en sortie de banc : 23 points à 7/10 au tir. Mais le chef d’orchestre de ce match n’est autre que Stephen Curry. Dans les moments durs, c’est lui qui a gardé son équipe hors de l’eau. Défendu par deux joueurs tout le match, le meneur a réussi à trouver ses coéquipiers libres et a inscrit d’importants tirs pour tuer le match. Il termine avec des belles statistiques : 32 points (52% au tir et 60% à trois points), 8 rebonds et 5 passes.

Les Warriors prennent donc ce match deux et conservent leur invincibilité sur leur terrain en playoffs. Les Mavericks avaient très bien commencé mais sont retombés dans leurs travers ensuite. La série retourne à Dallas à 2 – 0, une situation qu’ils connaissent, mais attention quand même, ce n’est pas Phoenix en face.

 

Stephen Curry symbole du craquage complet des Warriors aux lancers

 

 

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Luka Doncic croit encore en la victoire après une victoire symbolique

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités