*
Connect with us

Actualités

Première femme de l’histoire à coacher en NBA : du respect sur le nom de Becky Hammon !!

Source photo : ESPN

Comment cela n’a t-il pu pas arriver plus tôt ? Becky Hammon est rentrée dans l’histoire de la NBA et même du sport en général. Elle a coaché aujourd’hui pour la première fois en NBA et devient ainsi la 1ère femme à occuper ce poste de head coach au sein de la ligue nord américaine.

Gregg Popovich a eu son 227527ème coup de sang en carrière. Il fallait ainsi prendre la relève et Becky Hammon a enfin eu ce droit. Fini les privilèges de Tim Duncan en tant que 1er assistant alors que ce n’était pas un vrai entraîneur. Ce dernier avait eu la chance d’être entraîneur principal, sans l’avoir vraiment mérité, encore durant une expulsion de Pop. Becky Hammon est une coach, une vraie. Arrivée à San Antonio en 2007, d’abord en WNBA, c’est en 2013 que la future coach devient une subordonnée de Gregg Popovich. Dans le 2ème quart-temps, l’histoire est en marche. Il reçoit donc sa 2ème faute technique et sait que l’expulsion arrive. Il se dirige vers Becky et la pointe du doigt : « Tu te charges d’eux. » Becky Hammon n’est pas étrangère à ce fait. D’abord en summer league, elle devient entraîneuse des Spurs. Puis pendant la bulle, les coachs assistants ont coaché les uns après les autres mais ce n’était pas vraiment officiel. C’est donc avec une immense fierté que la légende WNBA a porté le bleu de chauffe :

« De toute évidence, c’est un moment important. Je fais partie de cette organisation, j’ai été échangé ici en 2007, donc je suis à San Antonio et je fais partie des Spurs et de l’organisation sportive avec les Stars [equipe WNBA] et tout depuis 13 ans. Donc ils ont beaucoup investi en moi pour me construire et m’améliorer. « 

Becky Hammon a eu quelques entretiens, malheureusement en vain. L’expérience parle pour elle, son passage en WNBA en tant que star et légende, côtoyer les Tony Parker, Tim Duncan et Manu Ginobili, ce n’est qu’une question de temps pour que le job lui appartienne un jour ou l’autre, à San Antonio ou ailleurs. Dans la vie, on a besoin de pionniers et la pionnière dans le sport US car il ne s’agit pas que de basket, pourrait se nommer Becky Hammon. Le monde du sport est souvent dur avec les femmes, beaucoup plus qu’avec les hommes. La fonction de journaliste sportive le montre assez bien. Mais il ne faut pas brûler les étapes, c’était un jour très important, sauf qu’il le sera encore plus lorsque son emploi sera un CDI :

« Les gars ont très bien répondu. Je pensais que nous nous étions donné des chances. Nous nous sommes battus plusieurs fois. Je pense que c’était comme d’habitude [quand un journaliste lui demande comment ça s’est passé avec les joueurs]. Ils ont l’habitude d’entendre ma voix dans la pratique. »

C’était clairement pas un cadeau de jouer les Lakers pour Becky mais elle a fait son job. Si son retour sur le banc en tant que numéro 2 se fera au prochain match, on a espoir que tout change un jour pour porter cette responsabilité que tout est possible en sport, même pour les jeunes filles qui auront une grande source d’inspiration.

Brook Lopez trolle Bam Adebayo pour flopper un peu trop : les joueurs NBA sont des grands enfants

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités