*
Connect with us

WNBA

Officiel : Kelsey Plum, Jonquel Jones, Connecticut domine outrageusement les récompenses WNBA


Les playoffs battent leur plein et les récompenses WNBA sont tombées. Kelsey Plum fait partie des grandes gagnantes mais la franchise la plus représentée est bien le Connecticut Sun.

On commence naturellement par la MVP de la saison régulière, en obtenant 48 des 49 votes possibles ! Jonquel Jones a réussi une saison de haute volée : 19.4 points, 11.2 rebonds, 2.8 passes et 1.26 contre/interception par match. Elle devance Brittney Griner, Breanna Stewart et Sylvia Fowles.

Ce n’est pas le titre le plus imposant mais chaque récompense est importante. Kelsey Plum a été élue meilleure 6ème joueuse de l’année. Après avoir été sur le flanc pendant à cause de la même blessure que Kevin Durant, au tendon d’Achille. La joueuse de Las Vegas tourne à 14.8 points, 2.5 rebonds et 3.6 passes. On retiendra son joli 38.6% à 3 points.

Kelsey Plum aurait pu aussi aller boxer pour le MIP car elle a presque doublé ses stats (8.6 points). Mais rendons à César ce qui est à César, Brionna Jones est élu meilleure progression de l’année… juste devant Plum, 8 points derrière mais aussi Marina Mabrey et Betnijah Laney. Brionna Jones termine à 14.7 points, 7.3 rebonds et 1.8 passe de moyenne.

On continue avec le Connecticut avec le coach de l’année, Curt Miller. Pour la 6ème fois de l’histoire, un coach réussit à remporter cet award plusieurs fois. Il devance Cheryl Reeve et Bill Laimbeer. Un bilan de 26 victoires et 6 défaites et une longue série de 14 victoires de suite. Le championnat ne dure que 34 matchs, c’est dire la hauteur de cette performance.

Pour terminer les récompenses individuelles, Sylvia Fowles est élue meilleure défenseure de l’année, devançant Brittney Sykes, Jonquel Jones et Brianna Turner. 2ème à l’interception, aux contres et 3ème aux rebonds défensifs, son équipe se place 4ème au défensive rating quand Sylvia Fowles est sur le terrain.

Une nouvelle saison exceptionnelle s’est achevée et les playoffs sont encore plus jouissifs. Les légendes sont toujours dans la place, on a eu droit à plusieurs comebacks et la jeunesse assume son statut.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in WNBA