Connect with us

Actualités

Les Knicks réinventent la honte chaque jour : défaite après avoir mené de 28 points, New-York perd le derby à cause d’un…rookie

Que va t-on faire des Knicks ? La question mérite d’être posée. Nouvelle défaite et celle-ci fait encore plus mal que les autres, pourtant, il y a un sacré level de nullité. Chaque fan des Knicks est déprimé à l’heure actuelle et honnêtement, on ne peut pas leur jeter la pierre. Une nouvelle défaite cette nuit, face au voisin, après avoir mené de 28 points. Oui, il n’y a aucune faute dans cette phrase.

Les Knicks, les Knicks… On aurait bien voulu commencer par la mauvaise nouvelle avant la bonne nouvelle mais en réalité, il n’y a que des mauvaises nouvelles. La franchise a perdu un nombre de matchs incalculable dans le money-time. Rien que sur le mois de février, elle a perdu 3 matchs avec 20 points d’écart ou plus. C’est simple, aucune équipe NBA de l’histoire n’a réussi tel « exploit » dans un si peu laps de temps. Sur leurs 3 dernières défaites, ils ont toujours perdu en menant de 10 points ou plus… Et si seulement ce n’était que ça. Arrêtons de parler de chiffres mais du terrain. Les matchs des Knicks, c’est un peu comme si tu mettais encore et encore la même chanson en replay. Pour New-York, tout va bien en début de match, chaleur ambiante à 3 points (6/6 pour commencer), l’écart monte vite d’autant que les Nets ne mettent rien. En première mi-temps, New-York va même mener jusqu’à 28 points. Mais comme chaque fan des Knicks le sait, aucun match n’est fini jusqu’au bout des 48 minutes. Cette fois-ci, ils ont voulu y croire, l’équipe jouait trop bien pour choke de manière catastrophique et c’est pourtant ce qui va se passer. Julius Randle a pourtant planté 31 points… En vain.

Brooklyn commence à chauffer au fur et à mesure de la rencontre. Lamarcus Aldridge s’échauffe et reste le roi du mid-range. Avec Seth Curry (20 points), il est l’une des rampes de lancement pour forcer un comeback. C’est doucement mais sûrement, que les hommes de Steve Nash commencent à rêver. Toutefois, les Knicks tiennent. A chaque fois que leurs opposants reviennent à 10 points dans ce 3ème QT, ils se font repousser. C’était sans compter ce dernier quart-temps catastrophique… Les locaux vont prendre 38 points par leurs voisins, pendant qu’ils en inscriront que 19. Lors de ce money-time, deux hommes vont se montrer, Cam Thomas et Lamarcus Aldridge. On voit déjà les progrès du rookie dans ce genre de situation. S’il est une machine à shooter, il comprend les situations de pick and roll avec LMA, ce qui permet aux deux hommes de rentrer des paniers important. Thomas va inscrire 16 points dans cette dernière période et surtout, il va balancer une bombe à 3 points pour tuer le match, juste après être passé devant au score. Le 3 points d’Evan Fournier sera anecdotique. Le Madison Square Garden est silencieux comme une cathédrale à cause d’un 1er année. Scénario incroyable. On a donc vu une équipe des Knicks qui n’a pas fait jouer Kemba Walker dans un moment chaud ENCORE une fois. Quickley a perdu un ballon important, Burks a fait n’importe quoi, résultat des courses, une nouvelle défaite…

C’est peut être un tournant de la saison pour Brooklyn. On a clairement senti une nouvelle énergie et elle est clairement positive. On a hâte de voir ce beau monde ensemble sur le terrain et cette victoire est la meilleure façon de finir avant le break du All-Star.

Nicolas Batum sort tout droit d’un manga : le français réinvente le shoot en moins d’une seconde sur la tronche de Chris Paul, le résultat est édifiant

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités