*
Connect with us

Actualités

Le plus grand shooteur de la ligue a frappé : DeMar DeRozan prend feu à 3 points pour se faire ses anciens coéquipiers

On ne l’avait clairement pas vu venir. 2020 a été si bizarre qu’on n’est plus à un détail près. Non seulement DeMar DeRozan joue bien, dans la continuité de la bulle et en plus il shoote à 3 points. Obligé d’y voir une coïncidence avec le fait d’affronter son « équipe de toujours ».

L’arrière de Toronto a commencé par un panier à 3 points et a fini par un panier à 3 points. DeMar DeRozan termine la rencontre à un somptueux 3/4 de loin. En ce qui concerne le reste de sa performance, c’est à l’image de son 1er match contre Memphis ainsi que ses sorties dans la bulle. Il enfile le costume pour ce nouveau rôle et le fait plutôt à merveille. Moins de dribble pour plus de création. Il clôt la rencontre à 27 points à 10/17 au shoot, ainsi que 5 rebonds et 8 passes. La grande question est de savoir s’il pourra continuer à entretenir ce niveau de superstar. Ce ne sont que deux matchs. Outre son shoot sur Kyle Lowry c’est surtout son 3 points à -4 durant l’avant dernière minute qui témoigne d’une confiance véritablement retrouvée.

Il est peu de dire que l’attaque des Spurs est élite et il y a une tonne de choses à dire sur les joueurs de coach Pop. San Antonio a marqué beaucoup de paniers et 77% ont été inscrits d’une passe décisive, symbole d’un collectif retrouvé, peu importe les absents de marque. L’important est de développer une identité de jeu, celle vue dans la bulle et pour l’instant ça marche malgré des limites évidentes dans leur jeu. Les limites défensives notamment, un domaine catastrophique dans le 1er quart-temps mais pas que… Dejounte Murray finit en triple-double, Keldon Johnson a montré sa capacité à pénétrer ou encore les 21 points inespérés de Patty Mills. Le cinq départ en intégralité a dépassé la barre des 10 points et il est fou de se dire que Derrick White ne fait pas encore partie de ce groupe. Ce sera finalement sur un rebond chanceux de Lamarcus Aldridge, que les Spurs arriveront à forcer la victoire.

Toronto peut s’en vouloir, il y a eu un gros manque de constance et malgré la connaissance du dossier de  DeMar DeRozan, les Raptors se sont fait torcher par leur ancienne star. Le manque de régularité a aussi été due à de la maladresse ainsi qu’un banc bien faiblard. Une performance d’autant plus triste que Chris Boucher a été très bon cette nuit : 22 points, 10 rebonds et 7 contres. On notera surtout le mauvais match de Norman Powell, hideux au possible au shoot. Les dinos n’ont malheureusement pas réussi à tenir leur avance entre le shoot raté complètement esseulé de Kyle Lowry, sans oublier le 3 points de Fred Vanvleet (27 points) pour l’égalisation dans la dernière minute. Rater des shoots, c’est loin d’être une première pour les Raptors. Mais leur défense a été vraiment exécrable et ça c’est nouveau…

Les bonnes équipes sont mauvaises et les mauvaises équipes sont bonnes. C’est toute la drôlerie des deux premiers matchs. Le gros match de DeMar DeRozan doit en tout cas ravir les deux camps, on sait la place qu’a le joueur dans le cœur de la franchise canadienne.

Noël s’est fini en sang : Kawhi Leonard mis K.O par Serge Ibaka

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités