Connect with us

Actualités

L’anecdote de Taylor Rooks sur l’enfance dramatique de DeMar DeRozan

DeMar DeRozan a eu une enfance difficile, ce n’est un secret pour personne. La journaliste Taylor Rooks s’est remémorée sa première interview avec DeMar DeRozan. Attention, ça fait mal au cœur.

Le numéro 10 de San Antonio a eu une vie des plus difficiles. Il a grandi à Compton et dès son plus jeune âge, DeMar DeRozan a connu la vie de gangster. La moitié de sa famille était des membres d’un gang. Son meilleur ami était membre d’un gang et il en est mort. Même chose pour plusieurs de ses oncles. La vie de DeMar DeRozan est tellement triste que durant une seule et même année, sa mère a assisté à 20 enterrements. Le basket l’a encore quelque sorte sauvé, parfois, des gangsters venaient le voir jouer et cela n’a jamais été un problème. Tout ce qu’il voulait, c’était rassembler les gens, il ne voulait pas être un gangster.

Tout le monde connait le classique « retour vers le futur », du moins pour les enfants des années 70 et 80, voire 90. L’histoire est simple, dans ce film de science fiction, il s’agit de Marty McFly, un ado qui monte dans la machine à remonter le temps, avec Doc pour résoudre des problèmes temporels. Ce film aura deux suites et reste à ce jour l’une des plus grandes trilogies de l’histoire du cinéma. Taylor Rooks raconte que durant sa première interview, DeMar DeRozan lui a avoué une chose, concernant son enfance et notamment une scène classique du film :

« La première fois que j’ai interviewé Demar Derozan, il m’a demandé si j’avais vu le film « Retour Vers le futur ». Il m’a demandé si je me souvenais de la scène où les amis de Marty McFly ont commencé à disparaître de sa photo. Il a dit qu’à cause de la mort, voilà comment il s’est senti quand il a grandi. »

En écoutant ce genre d’anecdote, tout ce qu’on a envie de faire, c’est de faire un câlin à DeMar DeRozan. Son histoire est tout droit sorti d’un film et malheureusement, il n’y a pas toujours de happy end. Cette anecdote a été délivrée par Taylor puisque DeMar DeRozan s’est entretenu à nouveau avec la journaliste, pour évoquer les inégalités raciales mais aussi l’attitude de la police. Cette anecdote valait bien un papier spécial. Depuis, DeMar DeRozan essaye de propager le bonheur, partout où il passe et depuis qu’il s’est confié, sa cote de popularité est montée en flèche. Il a montré qu’un sportif de haut niveau, pouvait toucher le fond et qu’il ne faut pas en avoir peur d’en parler, bien au contraire, la thérapie commence ainsi.

Quand on évoque DeMar DeRozan, le mot compassion vient directement et après sa carrière, on ne serait pas étonné que le numéro 10 de San Antonio s’investisse encore plus.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités