Connect with us

Actualités

La première sortie de Markelle Fultz : très réussie, un peu de déchet mais surtout de la confiance et c’est ce qui compte !

Markelle Fultz a fait plaisir et il voulait prouver pourquoi il est un 1st pick. Quand on voit ce genre de sortie, il mérite largement ce choix. Maintenant il faut continuer et gommer les défauts peu à peu.

Tout ne fut pas parfait, c’est clair mais c’est le chemin logique pour arriver parmi l’élite. Les fans ont été durs avec lui et il ne faut pas leur en vouloir, ils sont juste passionnés. Dès qu’il remonte son premier ballon, le soutien est bien présent dans la salle et les cris d’amour vont le pousser. Le joueur est le meilleur scoreur du 1er quart-temps. Markelle Fultz prouve qu’il a taffé son jeu, notamment sans ballon. Ben Simmons le trouve comme les infidélités de Kendall Jenner. Son shoot n’est pas encore au point et c’est important que le meneur trouve des points faciles pour se mettre en confiance et par la suite, tenter les shoots extérieurs.
Fultz a aussi montré qu’il n’a rien perdu de son explosivité, enchaînant les spinmoves et parfois même un peu trop. Entre paniers easy ou trouvailles pour Joel Embiid, le juste milieu est trouvé. Le meneur de jeu des Sixers aura même droit à une belle ovation, quand il swish à mi-distance dans le 3ème quart-temps. En défense aussi, le joueur s’est donné et que dire de son énorme chasedown, qui a enflammé le Wells Fargo center. Non pas qu’on retrouve un autre joueur mais il semble clairement mieux dans sa tête. On attend cela dit la première bombe à 3 points car en presque 20 matchs, il n’en n’a pas planté un seul la saison dernière…

Et maintenant, le temps est venu de parler des choses qui ne nous ont pas plu, même si elles restent minimes. Justement, le shoot est un des sujets fâcheux. Markelle Fultz n’est pas Ben Simmons et c’est ce qui nous embête. Dans le sens où le joueur fut un sacré shooteur à la fac avec plus 2 tirs primés par match. Retrouver la confiance derrière la ligne est avant tout une question de déclic psychologique. En rentrant des shoots extérieurs, il devrait la retrouver. En parlant de Ben Simmons, les rôles devront être déterminés à la mène. Quand l’Australien n’est pas là, c’est clair que Fultz peut porter la balle et jouer plus libéré. Quand les deux sont sur le terrain, le numéro 20 ne doit pas se contenter de rester dans le corner et être actif. C’est là où un shoot extérieur pourrait être intéressant. Utiliser sa vitesse en backdoor et son côté athlétique, avec une défense qui devra le surveiller de loin. En ayant eu peur de prendre des shoots, la défense se tient donc prête aux percées offensives et donc s’habitue à un jeu prévisible. C’est de cette manière que Fultz a perdu ses 4 ballons. Déjà qu’avec Simmons les turnorvers sont de rigueur, il ne faut pas que 2 joueurs ensemble sur le terrain partagent les mêmes défauts.

14 points, 4 passes et un énorme chasedown. Un match qui permettra de retrouver la confiance peu à peu et ce fut une vraie bonne sortie de sa part. On vous l’annonce, les 3 points vont pleuvoir, c’est une certitude, le gamin a un sacré talent, la 3ème superstar des Sixers, c’est bien lui.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités