Connect with us

Actualités

La GOAT a débuté à UConn ce week-end : Paige Bueckers a déjà montré son talent

Source photo : Youtube

Paige Bueckers a enfin fait ses débuts. Imaginez un peu la situation. Commencer sa saison presque un mois plus tard que ses collègues. Ce cauchemar est derrière les joueuses de UConn et ont pu cartonner, notamment la future 1st pick la plus attendue de la décennie 2020.

Le score est assez équivoque de la domination attendue de l’ancienne fac de Kemba Walker et Maya Moore. Les Huskies ont démonté leurs adversaires du soir sur le score de 79 à 23. Une rencontre digne des tournois minimes nations. Paige Bueckers a fait du très sale : 17 points, 9 rebonds, 5 rebonds, 5 passes décisives. Elle est leader des 4 principales catégories (il manque juste les contres). Cela en dit long et son coach résumait très bien la situation en déclarant que ses coéquipières adorent jouer avec elle car Paige ne vient pas pour planter 30 points tous les soirs, bien qu’elle pourrait le faire aisément. Un premier match à l’université est toujours spécial, de quoi impressionner son monde après avoir travaillé d’arrache pied. C’est tout simplement le travail acharné qui a payé comme elle aime le rappeler à ESPN :

« Mes attentes sont très élevées. Je ne me concentre pas sur ce que les gens pensent et ce que tout le monde veut que je fasse, parce que je n’avais pas être parfaite. Mais j’ai travaillé pour être la meilleure version de moi même. »

Le College Basketball vit des heures difficiles avec le virus, notamment chez les garçons avec beaucoup de matchs annulés.  On notera aussi la belle prestation de Aaliyah Edwards  et  Mir Mclean, deux autres freshmans. Il faudra garder des forces jusqu’au nouvel an, UConn joue 4 matchs lors des 7 prochains jours. On espère qu’il y aura un peu plus de niveau, pour voir Paige Bueckers élever le sien. On a en tout cas apprécié ses passes aveugles, son and one mais aussi ses shoots, malgré le manque flagrant d’adversité dans ce duel qui a tourné court.

Paige a beau être élite en attaque, c’est décevant de voir que les joueuses sont obligées de rester 3 ou 4 ans pour aller en WNBA. Si la native du Minnesota n’a pas encore le physique, elle a le talent. Un petit one and done ne serait pas de refus pour ce genre de cas exceptionnel.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Actualités