*
Connect with us

Actualités

Julius Randle et les Knicks cherchent toujours des solutions : « Je sais que ça ressemble à la fin du monde ici, à New York, mais il y a que 15 matchs »

Source photo : The Players' Tribune

Encore une défaite pour les Knicks et Julius Randle ! Si le bilan comptable est positif, le bilan global est au contraire assez négatif, sachant que le niveau de jeu proposé est très moyen. Surtout offensivement, où l’équipe possède pourtant plein de scoreurs. 

Officiel : Julius Randle renouvelle son contrat chez les Knicks

Julius Randle a signé une extension de 117 millions de dollars

La saison dernière, après 15 rencontres, les Knicks avaient un bilan de sept victoires pour huit défaites. Au même stade la saison, cette année, c’est victoire une de plus et une défaite de moins, soit un bilan meilleur. Pourtant, le ressenti n’est pas le même car d’une part, les attentes ont évolué, mais surtout, les coéquipiers de Julius Randle sont très moyens en ce début de saison. Ce n’est pas forcément le plus inquiétant, et la défense n’y est plus, ce qui est assez étrange lorsque c’est Tim Thibodeau à la baguette. 19ème meilleure défense et lorsqu’on compare à l’année dernière, c’est flagrant. A l’image de la défaite contre le Magic, les Knicks ont donné trop de points à l’adversaire, et Julius Randle souhaite que ça cesse. L’intérieur veut d’abord retrouver une excellente défense.

Défensivement, je ne comprends pas. Vous regardez le premier truc que j’ai dit au début de la saison, j’ai dit que tout irait bien si nous défendions. Je l’ai dit depuis le premier jour du training camp. Ils ont scoré 104 points mais ils ont eu 18 points sur des secondes chances, 21 sur des ballons perdus. 39 points sur 104 viennent de ça. C’est beaucoup. C’est dur. Mais nous avons un super groupe de gars, tout le monde est ensemble. On vient, on s’entraîne durement. Nous devons continuer à trouver des solutions. C’est une longue saison. 15 matchs joués seulement. Je sais que ça ressemble à la fin du monde ici, à New York, mais il y a que 15 matchs. 

En revanche, là où c’est nettement moins rassurant, c’est l’attaque. Malgré des additions comme Evan Fournier ou encore Kemba Walker, New York est très faible en attaque. Certes, Coach Thibs n’est pas réputé pour son arsenal offensif, toutefois, ce n’est pas normal que les Knicks scorent moins de 100 points sur les trois dernières sorties, d’autant plus lorsque ça joue contre Orlando et Charlotte, deux des pires défenses de la ligue. Julius Randle et ses coéquipiers doivent vite trouver des solutions puisque le calendrier va se corser dans les jours à venir. Hormis, la réception de Houston, New York va défier que des équipes aux grosses ambitions : Bulls (x2), Lakers, Suns, Nets, Hawks, Nuggets. Tant offensivement que défensivement, les Knicks seront dans l’obligation d’afficher un tout autre niveau.

Les récents matchs reflètent bien le niveau des Knicks, c’est à dire, assez pauvre. Souvent, c’est le banc qui sauve les titulaires, et c’est pourquoi, New York a gagné quelques matchs dans le money-time. Julius Randle, et ses coéquipiers, doivent se remettre dans le droit chemin.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités