*
Connect with us

Actualités

Joel Embiid est un candidat MVP, son dossier est de plus en plus chaud : 42 points à 12/19 au shoot, 17/21 aux lancers et 10 rebonds face à sa bête noire

Source photo : Jesse D. Garrabrant

Quel match de roi de la part de Joel Embiid. Concentré, déterminé et même chambreur, Jojo laisse son jeu parler pour lui et sans doute que cette victoire est différente des autres. Bien jouer c’est bien et le faire contre sa bête noire, le plaisir de la victoire doit être encore plus doux. Les Sixers consolident leur premier place au sein de la conférence est. Boston est défait et ça tombe bien, les deux équipes se rejouent dès demain ! Non désolé les gars, pas le temps de passer chez Meek Mill pour fêter la victoire, protocole oblige.

La rencontre de Joel Embiid ? Trois fois rien : 42 points à 12/19 au shoot, 17/21 aux lancers et 10 rebonds. Le joueur ne cesse de progresser, déjà car il s’était préparé pour cette saison mais l’équipe est tout simplement mieux construite. Plus dominant vers le cercle, il prend mieux sa position et le nombre de lancers le prouve. Quand la défense est trop resserrée, Joel Embiid arrive à mieux les lire les prises à deux pour ses shooteurs tels que Danny Green ou encore Shake Milton comme cette nuit. Son principal lieutenant au scoring était fier de lui et annonce clairement la couleur » : « Ce n’est pas en quelque sorte, c’est du calibre » MVP. » Sur la saison, le camerounais tourne à 26.4 points, 54.5% au shoot, 36.8 à 3 points, 11.3 rebonds et 1.4 contre. Il a déjà dépassé deux fois les 40 points. Aucun pivot, aucun joueur n’est plus valuable que lui dans la ligue sur les premières semaines de compétition. Son équipe carbure, il performe, que demander de plus ? Bien sûr, ce n’est qu’un petit échantillon mais s’il continue à gagner, Joel Embiid pourrait vraiment devenir monstrueux. Il faut aussi l’avouer, Kemba Walker est encore limité en temps de jeu, Jayson Tatum n’était pas là, les Celtics n’ont pu se défendre à pleine capacité.

Quoi qu’il en soit, une victoire reste une victoire. La défense n’a rien pu faire face au monstre physique qu’est Joel Embiid. Est-ce une performance qui lui permettra de se débloquer mentalement face à cette équipe ? 2 éliminations en playoffs, un sweep en 2020, le Sixer n’a sans doute jamais oublié les Celtics. Avec des coéquipiers plus performants, il savoure : « S’ils me doublent, nous avons plein de shooteurs pour que je puisse ressortir. Je peux attaquer avec un style différent. Ca marche très bien. » En l’absence de Jayson Tatum, Jaylen Brown s’est chargé de prendre l’attaque en main avec Marcus Smart (26 points pour le premier cité, 25 pour le second). La victoire leur a échappé dans les dernières minutes de la rencontre. Boston menait même à l’abord du 4ème quart-temps. Joel Embiid plantera 7 points de suite et quand c’est aussi serré que la piste de danse sur un son de Fally Ipupa, Tobias Harris et Danny Green profitent d’écarter le jeu grâce à leur qualité de shoot en rentrant deux shoots improtants.

Les Sixers l’emportent 31 à 17 dans le dernier quart-temps. La revanche risque d’être de qualité, surtout avec le retour de Jayson Tatum, qui sera sans doute présent avec des nouveaux contours. Ce sera l’occasion pour Joel Embiid de prouver que le match de cette nuit était tout sauf une erreur. Même si Ben Simmons a été solide, on attend tout de même mieux de sa part.

Le coast to coast de l’année pour Cole Anthony : le buzzer beater du désespoir pour délivrer le Magic

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités