*
Connect with us

Actualités

DeMar DeRozan, un nouveau rendez-vous manqué pour sa très certainement dernière à San Antonio

Si DeMar DeRozan devait quitter les Spurs de cette manière, ce serait vraiment triste. Catastrophique au shoot, sa première mi-temps a gâché toute sa belle saison et bien qu’il ait redressé la barre, les Spurs n’ont pu passer l’obstacle Grizzlies.

Autant qu’une reprise d’Alicia Keys par The Voice à la télé française, la performance de DeMar DeRozan fut véritablement un massacre à tout point de vue. 20 points à 5/21 au shoot, 3 passes, 2 turnovers. En soi, tout ce qu’on aime pas voir chez la star des Spurs. Dans un rôle moins scoreur mais tout aussi playmaker, DeRozan a excellé cette saison, à tel point qu’il n’a jamais semblé être un basketteur aussi accompli. De l’avis de beaucoup de spécialistes, il s’agissait de sa meilleure saison en carrière. Sa meilleure quand bien même il tournait à 27.3 points, 5.2 rebonds et 3.9 passes en 2016. Cette même saison, il jouait la finale de conférence, en perdant face à Lebron James, mais avec les honneurs (23 points par match à 47%).

Le playin ressemblait énormément à son match face aux Nuggets, il y a deux ans, lors du match 7 du 1er tour : 17 points à 6/17. Là aussi, Deebo avait raté sa première mi-temps, avant de se rattraper. Son bourreau se nommait Torrey Craig à l’époque, qui l’avait contré dans la dernière minute et avait globalement très bien défendu sur lui. DeMar DeRozan était alors un joueur qui comptait beaucoup, pour ne pas dire exclusivement sur le scoring. On pensait que ce temps était révolu, c’était il y a tout de même deux saisons. Depuis, il a évolué en tant que créateur, en frôlant les 7 passes par match. Plus d’une fois, il a fait des matchs en-dessous des 10 points, mais avec un impact monstre à la création. Cette nuit, DeRozan n’a pas su rentrer les shoots qui étaient les siens. Il faut dire que la défense de Dillon Brooks l’a bien gêné. Ce dernier l’a même croqué. En se contentant de nombreuses isolations, quitte à oublier le jeu en pick and roll, le natif de Compton n’a pas su peser comme il a su le faire cette saison.

Dire d’un joueur à 20 points qu’il a choke, ce serait assez sévère. Mais c’est le constat. Les stars font gagner leur équipe, quand bien même la défense est solide, du moins ils donnent tout, on a pas ce sentiment à la vue de ce match d’hier. DeMar DeRozan n’a pas joué son habituel basket et l’a payé cash. C’est assez difficile de juger un joueur sur un match, mais c’est à ça qu’on reconnait les grands joueurs. L’arrière a évolué énormément, surtout cette saison, d’autant qu’il s’est retrouvé décisif pas mal de fois dans les dernières secondes en SR mais il lui manque toujours cette opportunité à saisir en playoffs, pour prouver qu’il peut être quelqu’un sur qui on peut compter. Difficile de parler de simple narrative, il a eu les occasions pour se montrer, il ne les a pas encore saisies et c’est d’autant plus triste que malgré ce grand défaut, les fans des Spurs dans leur globalité, l’adorent et qu’ils vont certainement lui dire adieu de cette manière. Une sortie par la petite porte…

Voilà ainsi l’histoire de DeMar DeRozan qui se répète encore et encore. Free agent en juillet, une équipe lui fera t-elle confiance en tant que go to guy ? Sans doute que oui mais on attend encore ce moment en playoffs où il saura véritablement inverser la tendance pour faire partie véritablement du statut de bon joueur à grand joueur.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: DeMar DeRozan ne pense pas à la free agency : la pilule va mettre longtemps à passer

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités