*
Connect with us

Actualités

DeMar DeRozan se souvient des 60 points de Kobe Bryant : « C’était comme un film des Avengers »

S’il fallait  choisir un joueur au cours de la dernière décennie, qui ressemble trait pour trait à Kobe Bryant, c’est bien sûr DeMar DeRozan. Le natif de Los Angeles a remonté le temps et à l’image d’un nombre important de personnes, lui aussi a vécu cela avec les yeux d’un adolescent. Il a écrit une lettre pour se remémorer ce grand moment (1er et 2ème paragraphe, puis à partir du 7ème paragraphe) mais aussi tout ce qui a conduit à son amour pour le Black Mamba :

« J’avais ressenti cela avant, une sensation stupéfaite, des papillons dans l’estomac. Quand j’étais enfant à Compton avec presque rien, cela se produisait lorsque les matchs des Lakers passaient sur KCAL 9 [une chaine locale de LA]. Et il y a cinq ans, cela s’est reproduit, cette fois chez moi à Toronto.

Mon équipe à l’époque, les Raptors, jouaient à Brooklyn et [le coach] a laissé tranquille une partie des joueurs avec une place de playoffs déjà acquise. J’ai donc pu m’asseoir sur mon canapé, allumer ma télévision et regarder chaque seconde de mon idole, et mon ami, Kobe Bryant jouer son dernier match NBA.

C’est drôle parce que je n’ai jamais vraiment pensé à la façon dont je me rapprochais de Kobe. C’est en quelque sorte arrivé de manière normale. Je suis allé dans son camp à Mater Dei. Klay Thompson était là aussi. Dans ce camp, Klay et moi étions parmi les gars qui se sont démarqués. Il y a une photo de moi assis là, en train d’écouter Kobe, l’un des joueurs les plus intelligents de tous les temps. Il allait nous surveiller.

Je pouvais en quelque sorte rester avec ce cercle de gars lors des pickup games. Un été, c’était à Loyola Marymount. Un autre était à UCLA. Je me souviens d’être allé à un match des Lakers et d’être assis à l’arrière en train de parler à Kobe. Il m’a envoyé des chaussures. Quand je suis arrivé à l’USC [l’université de DeRozan], nous étions la première équipe à avoir ce parrainage de Kobe. Il y a toujours eu cette connexion.

Lorsque nous avons joué pour la dernière fois lors de la dernière saison de Kobe, j’ai pu lui offrir des chaussures. Nous avions ces Kobe 10 tout en or que nous avons signés. J’ai écrit un message personnel. Nous les avons personnalisés. C’est fou parce qu’en tant que compétiteur, vous le prenez pour acquis. Vous oubliez que vous jouez contre l’une de vos idoles. Vous prenez beaucoup de moments pour acquis et vous levez les yeux au ciel et vous êtes sur le terrain en riant, en plaisantant et en serrant votre idole dans vos bras pour la dernière fois. Nous avons parlé avant ce match et de sa retraite mais aussi pour voir à quel point il était heureux aussi, sachant qu’il était sur le point de s’éloigner du jeu – vous savez que j’ai trouvé tellement d’inspiration et de plaisir en ça.

En tant que joueur, vous voudrez vous éloigner du jeu simplement en étant heureux. Et il était vraiment heureux. Cela a toujours fait partie de la possibilité de jouer contre Kobe, car je ne suis toujours que ce gamin de Compton, espérant que le match de ce soir serait sur KCAL pour que je puisse le regarder. Quand je pense à mon voyage en NBA, je pense à Kobe parce qu’il était une telle inspiration. Je ne lui ai pas envoyé de SMS ni quoi que ce soit avant ce dernier match parce que je savais à quel point tout était mouvementé, mais je savais qu’il allait faire quelque chose de spectaculaire. Quoi ? Je n’étais pas sûr. Peut être le shoot de la victoire. Mais c’était fou – je ne peux pas penser à un meilleur finish.

Je suis un grand fan de Peyton Manning; c’est mon quarterback préféré. Et oui, il a remporté un Super Bowl mais ce n’était pas la meilleure version de lui même[..]

Vous vous souvenez du dernier match de Michael Jordan, lorsque son équipe perdait et que les fans voulaient tous qu’il revienne dans le match ? Jordan se leva et fit un signe de la main. Tant de gars dont j’ai été fan, quand ils prennent leur retraite, ils sortent tranquillement. [Kobe] C’était différent. C’était comme un film «Avengers». Dans vingt ans, si vous voulez montrer à quelqu’un quel genre de joueur était Kobe Bryant, tout est dans ce match. C’est incroyable, mec.

Je me souviens après que le match soit fini, je n’arrêtais pas de penser de le voir shooter autant. J’ai pris 38 shoots quand j’avais 27 ans. Et j’étais mort. Vraiment. Imaginez donc pour le dernier match, après 20 ans, prendre 50 shoots. C’est fou. Je sais à quel point c’est dur la dernière saison. Il ne pouvait pas jouer les back to back, les défaites. Il devait persévérer avec son énergie dans beaucoup de matchs, pour essayer de donner aux fans un dernier show. Il voulait leur donner un dernier grand moment. C’est vraiment fou de penser comment ça a payé.

Les grands sportifs ne terminent pas de cette manière avec un match si parfait. Cela ne finit jamais de cette façon mais Kobe mec, il était juste différent. »

Partir au top, même sur un simple petit match, c’est du domaine de l’impossible. Kobe Bryant a réussi à le faire et rien que pour ça, ses haters lui ont rendu hommage après ce dernier match. La fin ne pouvait pas être plus parfaite, surtout après 2 années de galère à cause des blessures.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par The Daily Dunk (@thedailydunk)

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: DeMar DeRozan heureux de voir son "petit frère" grandir : "Je suis heureux d'avoir fait partie de son début de carrière"

  2. Pingback: Michael Jordan présentera Kobe Bryant pour son intronisation au Hall of Fame : les larmes vont être réelles une nouvelle fois

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités