*
Connect with us

Actualités

Comment Kevin Durant est devenu le meilleur scoreur de l’histoire ?

Source photo : Handle Your Game Youtube

Kevin Durant est un sacré scoreur. Le meilleur de tous les temps grâce à sa taille, son physique, sa rapidité et bien sûr son toucher. Parmi les personnes qui lui ont permis d’être à ce niveau, on retrouve son coach à Oak Hill, une académie de basket pas comme les autres.

« Il n’a jamais été aussi fort ». C’est fou et pourtant, cette phrase n’a été répétée sans cesse avec KD à travers les années. Durant n’a cessé de progresser. En 2014 avec son MVP, puis lors de son association avec de Stephen Curry et puis lors de sa dernière année avec les Warriors en playoffs, en tournant à plus de 35 points par match. Blessé, il continue de travailler et d’être au top pour être encore plus fort avec les Nets. Ses derniers playoffs le prouvent à quelques centimètres près, les Bucks n’ont failli pas être champions en repoussant Brooklyn en 7 matchs. Le gars force à mort, il ne lâche pas et ses pourcentages n’ont jamais été aussi fous : 58.4% (meilleur pourcentage), 43.4% à 3 points (2ème meilleur pourcentage), 64% à 2 points (meilleur pourcentage). Il frôle les 30 points par match, moyenne, ce qu’il n’avait plus fait depuis 2014.

Comment l’ancienne superstar des Warriors a réussi à être si forte ? Comment peut-il scorer aussi facilement alors qu’un gars de sa taille n’est pas censé être si habile, si chaud au shoot ? Gros travailleur grâce à l’éthique de travail transmise par sa mère, tout change réellement lors de ses années lycées. Il est grand, il joue donc à l’intérieur mais a toujours été gars assez frêle. Ainsi, son coach décide de procéder à un changement drastique :

« Le coach souhaitait me faire jouer au poste d’arrière ou ailier. Mais ça faisait 4 ans que je jouais et pivot et ça me stressait. Je ne savais ni dribbler, ni shooter. »  Kevin Durant

« J’ai rapidement dit à Kevin qu’il était trop maigre pour être pivot et qu’on allait travailler sur son tir cette année. Je lui ai dis qu’il serait ailier l’année suivante et je lui ai donné 3 moves, et si tu maîtrises ces 3 moves tu seras imbattable. » son coach à Oak Hill

Ces fameux trois moves, tous les fans NBA le connaissent. Le fameux hesitation move qu’il adore utiliser encore aujourd’hui, le pull-up à mi-distance qui lui vaut une adresse à 71% cette saison (!!) et le drive ligne de fond. Il a bien sûr progresser et sa panoplie au fil des années est devenue monstrueuse. Avec une telle blessure subie lors des finales 2019,  c’est étonnant de le voir toujours aussi fort, l’exemple vivant qu’il est l’arme de destruction massive, quand vient le moment pour parler de scoring. Âgé de 32 ans, les Nets sont 2èmes à l’est en grande partie grâce à lui.

C’est fou de l’entendre dire qu’il ne savait ni shooter, ni dribbler. Comme quoi, à force de travail, on peut avoir n’importe quel don. Les joueurs aussi travailleurs que lui ne se trouvent pas aux 4 coins de rue.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités